Faculté de théologie d'Angers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Faculté de théologie d'Angers
Informations
Fondation 1879
Type Établissement privé d'enseignement supérieur, Faculté
Localisation
Coordonnées 47° 27′ 48″ nord, 0° 32′ 49″ ouest
Ville Angers
Pays Drapeau de la France France
Région Maine-et-Loire
Campus Université catholique de l'Ouest (UCO)
Divers
Site web www.theologie.uco.fr/

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Faculté de théologie d'Angers

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

(Voir situation sur carte : Maine-et-Loire)
Faculté de théologie d'Angers

Géolocalisation sur la carte : Angers

(Voir situation sur carte : Angers)
Faculté de théologie d'Angers

La Faculté de théologie et de sciences religieuses d’Angers est une faculté ecclésiastique. À ce titre elle appartient aux réseaux des universités et facultés ecclésiastiques – au nombre de 180 environ en Europe – délivrant des diplômes du Saint-Siège[1] . Elle est régie par la constitution apostolique Sapientia Christiana[2] du pape Jean-Paul II, publiée le 29 avril 1979, et par ses propres statuts reconnus par la Congrégation pour l'éducation catholique. Elle est l’une des institutions facultaires de l’université catholique de l’Ouest, établissement d’enseignement supérieur privé français, et contribue à la diffusion et à l’enseignement de la science théologique dans le Grand Ouest et au-delà par de multiples partenariats.

Localisation[modifier | modifier le code]

La faculté, après avoir longtemps occupé une partie du Palais universitaire, est désormais située dans le bâtiment Volney sur le campus de l’université, 3 place André Leroy à Angers. Son amphithéâtre porte le nom de saint Anselme. La décoration de l'oratoire de la faculté par la mosaïste Mosca de Selva est en cours de réalisation.

Historique[modifier | modifier le code]

À la suite de la loi du 12 juillet 1875 instaurant la liberté de l’enseignement supérieur en France, Mgr Charles-Emile Freppel, évêque d’Angers, fonde la première faculté libre de France : la Faculté de droit d’Angers. Cette faculté pionnière sera suivie par celles de Lettres en 1876 et de Sciences en 1877 : les trois nouvelles facultés libres d’Angers reçoivent la même année leur statut canonique de droit pontifical du pape Pie IX par la bulle Multiplices inter, donnant naissance ainsi à l’université d’Angers connue aujourd’hui sous le nom d’université catholique de l'Ouest[3] . L'université répondant à la demande du pape, l’actuelle Faculté de théologie et de sciences religieuses est fondée à son tour en 1879. Lui est adossé, de 1897 à 1977, un séminaire universitaire. Au cours de son histoire désormais séculaire, la Faculté a donné naissance à un Institut supérieur de philosophie (1956)[4] créé par le chanoine Henri Lusseau, à un Institut de musique sacrée (1957)[5] créé par le chanoine Jean Jeanneteau, à un Institut de formation doctrinale et pastorale des religieuses (1967)[6] sous l'impulsion du recteur Mgr Jean Honoré et à un Institut de théologie pratique (2002)[7] créé par le doyen Louis-Michel Renier.

Le territoire canonique de l’université est constitué aujourd’hui de 12 diocèses de France dont les évêques forment le conseil supérieur de l’université, lequel entretient des liens institutionnels privilégiés avec la Faculté de théologie : Angers, Angoulême, La Rochelle-Saintes, Laval, Le Mans, Luçon, Nantes, Poitiers, Quimper-Léon, Rennes-Dol-Saint-Malo, Saint-Brieuc-Tréguier et Vannes. Ces diocèses appartiennent à deux provinces ecclésiastiques : celle de Rennes et celle de Poitiers[8] . Ils sont situés sur trois régions administratives françaises : la Bretagne, les Pays-de-la-Loire et la Nouvelle-Aquitaine.
La Faculté de théologie d’Angers accueille depuis sa fondation des étudiants ecclésiastiques et religieux, mais aussi depuis le Concile Vatican II, des étudiants laïcs. Une quinzaine d’enseignants chercheurs permanents assure l’enseignement et la recherche au sein de la Faculté[9] . En 2011, La Faculté d’Angers a fait l’objet comme toutes les facultés ecclésiastiques d’une évaluation officielle par l’AVEPRO[10], l’Agence du Saint-Siège pour l’évaluation et la promotion de la qualité dans les universités et facultés ecclésiastiques. La Faculté de théologie est aujourd'hui présente sur trois des cinq campus de l'UCO: outre Angers, une section théologique existe sur le campus d'Arradon dans le Morbihan et sur celui de Papeete en Polynésie française. Elle dispose de deux chaires: la chaire Jean Rodhain et la chaire Pax Christi.

Liste des doyens[modifier | modifier le code]

La Faculté de théologie et de sciences religieuses, un pôle universitaire[modifier | modifier le code]

La Faculté de théologie est destinée à la recherche, à l’enseignement et à la formation. Elle comporte trois cycles universitaires :

  • Premier cycle : il constitue la formation de base en théologie et sciences religieuses
  • Deuxième cycle : il constitue un cycle d’approfondissement en théologie avec possibilité de spécialisation par le choix des séminaires thématiques et par la mention choisie pour le travail du mémoire
  • Troisième cycle : le cycle du doctorat canonique de la faculté permet de mener à bien une thèse en vue de faire progresser la recherche universitaire

Elle offre l’opportunité de pouvoir poursuivre trois types de cursus diplômant différents[18] :

  • Un cursus constitué par les diplômes canoniques, diplômes du Saint-Siège avec reconnaissance de grades et de niveau par la République française à la suite de l’accord du 18 décembre 2008 entre les deux parties : baccalauréat canonique de théologie, licence canonique de théologie, doctorat canonique de théologie et doctorat en éducation, carriérologie et éthique.
  • Un cursus en vue de l’obtention de diplômes nationaux au terme d’une convention signée en 1988[19] avec la Faculté de théologie catholique de Strasbourg : licence en sciences humaines et sociales mention théologie catholique et master en sciences humaines et sociales mention théologie catholique.
  • Un cursus constitué par des diplômes propres à l’université Catholiques de l’Ouest : certificat d’introduction à la théologie ; certificat d’études théologiques ; certificat supérieur d’études théologiques ; certificats d’études bibliques 1 et 2 ; certificat d’université de droit canonique en convention avec la Faculté de droit canonique de l'Institut Catholique de Paris ; certificats connaissance et théologie des religions ; certificat initial en pastorale scolaire ; certificat initial en pastorale hospitalière; diplômes d’université d’études théologiques 1 et 2 ; diplôme d’université en animation pastorale scolaire.

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Étudiants[20]
Enseignants

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Olivier Landron, L’Université catholique de l’Ouest; 1875-1970. Enracinement et ouverture (préface de Guy Bedouelle), Tours, Université catholique de l’Ouest/CLD éditions, 2012
  • Guy Bedouelle et Olivier Landron (dir.), Les universités et instituts catholiques. Regards sur leur histoire (1870-1950), Paris, Parole et silence, 244 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L’Osservatore Romano, « Des universités ecclésiastiques de qualité au service du défi de l’éducation - Entretien avec le père Franco Imoda, président de l'avepro », 15 juillet 2010, sur http://www.osservatoreromano.va/fr/news/des-universites-ecclesiastiques-de-qualite-au-serv#.UuACx-JKHZ4
  2. Jean-Paul II, Constitution apostolique Sapientia christiana, 1979 : http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/apost_constitutions/documents/hf_jp-ii_apc_15041979_sapientia-christiana_fr.html
  3. Olivier Landron, L’Université catholique de l’Ouest; 1875-1970. Enracinement et ouverture, Tours, Université catholique de l’Ouest/CLD éditions, 2012, 69-72.
  4. Cf. Germain Marc'Hadour. La "catho" d'Angers. In: Annales de Bretagne. Tome 74, numéro 3, 1967. 464.
  5. Cf. http://www.angers.fr/de-projets-en-projets/decouvrir-angers/histoire-d-angers/dictionnaire-des-rues/index.html?rue=2298
  6. Cf. Olivier Landron, L'Université catholique de l'Ouest; 1875-1970. Enracinement et ouverture, Tours, Université catholique de l'Ouest/CLD édition, 2012, 191-192
  7. Cf. Thèse de doctorat de Catherine Chevalier, Enjeux théologiques des parcours de formation de laïcs à la responsabilité ecclésiale - Analyse des parcours proposés par la Formation des Responsables de l’École Cathédrale (Paris) et de l’Institut de théologie pratique de l’Université Catholique de l’Ouest (Angers), 2012. Cf. site http://www.pastoralis.org/IMG/pdf/Chronique_no_6_These_Catherine_Chevalier.pdf
  8. Cf. http://www.eglise.catholique.fr/ressources-annuaires/guide-de-l-eglise/dioceses-et-paroisses/carte-des-dioceses.html
  9. http://www.theolarge.fr/spip.php?breve341
  10. Cf. http://www.avepro.va/
  11. Cf. Alphonse Legendre, La faculté de théologie d'Angers, 1910, 30
  12. Le chanoine A. Legendre est nommé Camérier secret le 20 juin 1902 puis Prélat de sa Sainteté le 7 février 1905, ce qui lui vaut de porter le titre de Monseigneur. Son enseignement universitaire fait qu'il est en outre nommé consulteur à la Commission Biblique Pontificale le 26 janvier 1903. Cf. Léon Gry, Éloge funèbre de Mgr Alphonse Legendre, 1928, 13.
  13. Auteur de Mysterium fidei, 1921, ouvrage qui connut un indéniable succès, cf. Maurice de la Taille
  14. Le Chanoine Henri Lusseau est l'un des fondateurs de la Pensée Catholique, revue qui prône un catholicisme intégral et intransigeant. Cf http://www.catholica.presse.fr/2009/04/04/les-hommes-de-la-pensee-catholique/all/1/
  15. Cf. Paul de Surgy, « C’était une période extraordinaire », Le Parisien 14 octobre 2012, http://www.leparisien.fr/espace-premium/air-du-temps/c-etait-une-periode-d-ouverture-extraordinaire-14-10-2012-2230847.php
  16. Le Révérend Père Dodin fut un proche de Julien Green. Pour quelques éléments biographiques, cf. Marie-Françoise Canerot - Michèle Raclot, Julien Green – Littérature et spiritualité, L’Harmattan 2008, 122-123 ou encore Myriam KISSEL, Julien Green et Fedor Dostoïevski, L’Harmattan 2012, 241. Il a écrit sur la vie et l'œuvre de Saint Vincent de Paul, cf. Entretiens spirituels de Saint Vincent de Paul à ses missionnaires, Paris, 1960
  17. http://www.sulpc.org/ed/20111031_avis_augrain_charles.pdf
  18. Cf. http://www.letudiant.fr/etudes/annuaire-enseignement-superieur/etablissement/etablissement-faculte-de-theologie-universite-catholique-de-l-ouest-8940.html
  19. Pour avoir un bref aperçu historique de la convention entre les deux institutions facultaires, cf. AAV, "25 ans de convention entre les Facultés de théologie catholique d'Angers et de Strasbourg", Revue des Sciences Religieuses 88/2(2014)209-234.
  20. Pour des informations complémentaires concernant les étudiants français devenus évêques, cf. Dominique-Marie Dauzet - Frédérique Le Moigne, Dictionnaire des évêques de France au XXe siècle, 2010.

Liens externes[modifier | modifier le code]