English Racing Automobiles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
English Racing Automobiles
logo

Discipline Formule 1
Localisation Drapeau : Royaume-Uni Bourne, Lincolnshire, Angleterre
Dirigeants et pilotes
Directeur Drapeau : Royaume-Uni Humphrey Cook
Drapeau : Royaume-Uni Raymond Mays
Directeur technique Drapeau : Royaume-Uni Reid Railton
Drapeau : Royaume-Uni David Hodkin
Caractéristiques techniques
Châssis ERA
Moteurs ERA
Bristol
Pneumatiques Dunlop
Résultats
Début en CM F1 GP de Belgique 1952
Dernier GP GP des Pays-Bas 1952
GP disputés 3
Points marqués 0
Titres constructeurs 0
Titres pilotes 0
Victoires en Grands Prix 0
Podiums 0
Pole positions 0
Meilleurs tours en course 0

English Racing Automobiles ou ERA était un constructeur automobile britannique, actif de 1933 à 1954. Actuellement, la marque est détenue par un fabricant britannique de kit-car.

Avant-guerre[modifier | modifier le code]

ERA E-type GP1 à Donington Park en 2007.

La marque ERA est fondée en novembre 1933 par Humphrey Cook, Raymond Mays et Peter Berthon et établie à Bourne dans le Lincolnshire, à côté de l'Eastgate House, la maison familiale de Raymond Mays. Leur ambition est de fabriquer et former une équipe avec des monoplaces capables de défendre le prestige britannique lors des courses sur le continent européen.

Le coût de construction d'une voiture de Grand Prix étant trop important, ERA commence par produire des voitures de 1 500 cm3 suralimentées équivalent aujourd'hui à une Formule 2. Humphrey Cook finance l'opération en utilisant la richesse de l'entreprise familiale de vêtements et de draps, Cook, Son & Co. Peter Berthon est responsable de la conception de la voiture, tandis que Raymond Mays en est le pilote essayeur car il a déjà couru avec succès pour plusieurs autres marques dont Vauxhall, Bugatti et Riley.

Un nouveau châssis est conçu par le designer britannique Reid Railton (qui a également dessiné les voitures Bluebird conçue pour battre des records de vitesse pour Malcolm Campbell) et est construit par l'atelier Thomson & Taylor à Brooklands. Le moteur est basé sur un Riley 6 cylindres, mais est modifié sur un certain nombre de points importants. Le moteur utilise un compresseur conçu sur mesure par Murray Jamieson qui a travaillé avec Mays et Berthon sur la Riley White. Le moteur de l'ERA peut avoir trois configurations différentes : un 1 500 cm3 de base et un 1 100 cm3 susceptible d'être poussé jusqu'à 2 000 cm3. Dans sa configuration 1 500 cm3, le moteur est capable de produire entre 180 et 200 chevaux pour 250 à 275 lorsqu'il était dans sa forme de 2 000 cm3.

La présentation de la première ERA, la R1A, à la presse et au public a lieu à Brooklands, le 22 mai 1934. Après un châssis initial qui pose problème et qui nécessite un certain nombre de modifications, ERA trouve la formule gagnante. À la fin de l'année, ERA a déjà ouvert son compteur de victoire, en gagnant une course à Donington[1]. En 1935, ERA commence véritablement à gagner, ainsi lors d'une course au Nürburgring, ERA prend la première, la troisième, la quatrième et la cinquième place[2].

L'ERA E-Type apparaît juste avant la Seconde Guerre mondiale, mais n'est pas complètement aboutie.

Après-guerre[modifier | modifier le code]

ERA E-type Formula One de 1950 au musée de Donington Park.

La Seconde Guerre mondiale met un terme à la course automobile en Europe et le site de fabrication de Bourne est utilisé afin de produire des composants pour les avions. Lorsque les courses reprennent à la fin des années 1940, Berthon et Mays travaillent désormais sur le projet British Racing Motors.

Fin 1947, ERA reprend ses opérations à Dunstable avec un nouveau propriétaire, Leslie Johnson, qui achète également une des trois monoplace ERA E-type restante[3].

Une nouvelle monoplace 1,5 litre de Formule 2, la G-Type, court dans le Championnat du monde de Formule 1 1952 qui se déroule pour la première fois sous le règlement technique de la Formule 2. La voiture utilise un moteur Bristol avec Stirling Moss au volant, mais les résultats sont décevants. Moss dit :

« C'était, avant tout, un projet qui a fit beaucoup de bruit pour très peu. En ce moment, j'ai été très déçu par l'approche du professeur Clever concernant la conception des voitures de course. Je finis par apprendre que même le plus brillant des concepts pouvait échouer si l'équipe impliquée n'a pas la main-d'œuvre, l'organisation et l'argent pour corriger les problèmes que l'on peut rencontrer. »

Johnson vend des voitures à Bristol Cars, qui les utilise comme base pour réaliser la Bristol 450[4] qui gagne plusieurs fois les 24 Heures du Mans dans la catégories S 2.0 dans le milieu des années 1950. Il place l'entreprise dans une optique de recherche et développement en ingénierie[5]. Finalement, Johnson vend l'entreprise au motoriste Zenith, qui la revend à Solex, un autre motoriste.

Bien que renommé Engineering Research and Application et toujours dans une optique de recherche et développement, ERA réalise encore quelques petites préparation automobiles. Ainsi dans les années 1980 apparaît la ERA Mini Turbo, une version turbo de la Mini capable d'atteindre les 185 km/h[6].

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

ERA en compétition[modifier | modifier le code]

ERA R2A 1.5 litre de 1934 à Laguna Seca en 2008.

Une grande majorité des ERA d'avant-guerre sont encore capables de rouler. Celles-ci disputent des meetings historiques, la plus récente des voitures a environ soixante-dix ans. ERA est particulièrement associée à la course de côte de Shelsley Walsh grâce à Raymond Mays, vainqueur des deux premiers championnats britannique des courses de côte en 1947 et 1948, en effet ERA détient depuis de nombreuses années le record du circuit pour une voiture d'avant-guerre.

Exposition Mays[modifier | modifier le code]

Il existe une exposition permanente sur la contribution de Raymond Mays à la course automobile, comprenant aussi ses jours passé chez ERA, au Bourne Civic Society's heritage centre à Bourne.

Marque ERA[modifier | modifier le code]

Le fabricant de voitures de sport et de kit-car Tiger Racing, située au Royaume-Uni depuis 20 ans, détient les droits de la marque ERA et a produit deux véhicules sous ce nom : une voiture de sport deux places appelée ERA 30, similaire à la Lotus 23 et la Lotus 30, ainsi qu'une monoplace appelée ERA HSS.

Résultats complets en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Résultats de l'écurie English Racing Automobiles en championnat du monde de Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus Pilotes Grands Prix disputés Points inscrits Classement
1952 Drapeau : Royaume-Uni ERA Ltd ERA Type G Bristol 6 en ligne Dunlop Drapeau : Royaume-Uni Stirling Moss 3 - -
Tableau synthétique des résultats de l'écurie English Racing Automobiles en Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneumatiques Pilotes Courses Points inscrits Classement
1 2 3 4 5 6 7 8
1952 Drapeau : Royaume-Uni ERA Ltd ERA Type G Bristol L6 Dunlop SUI 500 BEL FRA GBR GER NED ITA - -
Drapeau : Royaume-Uni Stirling Moss Abd Abd Abd

Légende : ici


Écuries privées ou semi-privées ayant engagé des châssis English Racing Automobiles en championnat
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus Pilotes Grands Prix disputés
1950 Drapeau : Royaume-Uni T.A.S.O. Mathieson ERA Type E ERA Dunlop Drapeau : Royaume-Uni Leslie Johnson 1
1950 Drapeau : Royaume-Uni Tony Rolt ERA Type E ERA Dunlop Drapeau : Royaume-Uni Tony Rolt 1
1950 Drapeau : Royaume-Uni Peter Walker ERA Type E ERA Dunlop Drapeau : Royaume-Uni Peter Walker 1
1950 Drapeau : Royaume-Uni Cuth Harrison ERA Type B ERA Dunlop Drapeau : Royaume-Uni Cuth Harrison 3
1950 Drapeau : Royaume-Uni Bob Gerard ERA Type B/C ERA Dunlop Drapeau : Royaume-Uni Bob Gerard 2
1950 Drapeau : Royaume-Uni Raymond Mays ERA Type D ERA Dunlop Drapeau : Royaume-Uni Raymond Mays 1
1951 Drapeau : Royaume-Uni Bob Gerard ERA Type B/C ERA Dunlop Drapeau : Royaume-Uni Bob Gerard 1
1951 Drapeau : Royaume-Uni Brian Shawe-Taylor ERA Type B ERA Dunlop Drapeau : Royaume-Uni Brian Shawe-Taylor 1

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) R.M. Clarke, E.R.A. Gold Portfolio 1934-1994, Brooklands Books Ltd,‎ 1995, 172 p. (ISBN 978-1-8552-0267-2)
  • (en) David Weguelin, E. R. A.: History of English Racing Automobiles Ltd., 1934-78, New Cavendish Books,‎ 1980, 288 p. (ISBN 978-0-9045-6824-0)
  • (en) J.R.W. Barker, E.R.A., A Concise History, Transport Bookman Publications,‎ 1992, 75 p. (ISBN 978-0-8518-4049-9)

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Résultat du Nuffield Trophy de 1934 », sur formula2.net (consulté le 1er mars 2011)
  2. « Résultat de l'Eifelrennen de 1935 », sur formula2.net (consulté le 1er mars 2011)
  3. « The crooked Silver Arrow from Britain », sur forix.autosport.com (consulté le 1er mars 2011)
  4. Taylor .S, « Tunnel Vision », Motor Sport,‎ août 1999, p. 80-85
  5. Christian Maréchal, « Learning Curves », Classic and Sportscar,‎ juin 1996
  6. « Site officiel de l'ERA Mini Turbo », sur eraturbo.co.uk (consulté le 1er mars 2011)

Sur les autres projets Wikimedia :