En guerre (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
En guerre
Description de cette image, également commentée ci-après
L'équipe du film au festival de Cannes 2018.

Réalisation Stéphane Brizé
Scénario Stéphane Brizé
Olivier Gorce
Acteurs principaux
Sociétés de production Nord-Ouest Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre drame
Durée 105 minutes
Sortie 2018

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

En guerre

Score cumulé
SiteNote
Metacritic59/100
Rotten Tomatoes55%
Allociné4.1 étoiles sur 5
Compilation des critiques
PériodiqueNote
CinéSéries2.0 étoiles sur 5
Télérama5.0 étoiles sur 5


En guerre est un film dramatique coécrit, coproduit et réalisé par Stéphane Brizé, sorti en 2018. Il s'agit du quatrième film de Stéphane Brizé avec Vincent Lindon, après Mademoiselle Chambon, Quelques heures de printemps et La Loi du marché.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Les ouvriers de l'usine Perrin d’Agen protestent contre l’annonce de la fermeture annoncée par leur direction. Laurent Amédéo (Vincent Lindon) est le leader syndical à la tête de la contestation. Les ouvriers s’appuient sur un accord conclu deux ans auparavant de maintien de l’emploi pour cinq ans en échange d'une modération salariale et d'un renoncement aux primes, tandis que la direction de l’entreprise, faisant partie d’un groupe allemand, invoque la rentabilité insuffisante face à la concurrence, qui les presse de supprimer la production sans tarder[1].

Le film suit le combat des syndicats, qui tenteront de joindre la direction nationale de leur entreprise, puis de solliciter l’appui du Président de la République ; un conseiller économique du Président les assure de son soutien moral. Ils envahiront les locaux du Medef, chercheront à contacter un repreneur potentiel ou à rallier les travailleurs d’une autre usine à leur cause, puis provoqueront une rencontre avec le P-DG allemand du groupe. Sans succès, puisque malgré les différentes promesses, la direction confirme son intention de fermer l’usine d’Agen.

Le mouvement syndical est en proie à une division entre les partisans d’une lutte jusqu’au bout pour tenter de maintenir l’emploi, incarnés par Laurent Amédéo, et ceux qui se rangent à l’idée d’une négociation avec la direction pour obtenir une majoration des indemnités de licenciement, tandis que le blocus prolongé de l’entreprise assèche financièrement les ouvriers, qui sont de plus en plus nombreux à vouloir reprendre le travail. Le film montre aussi le traitement médiatique qui est donné au sujet, les chaînes de télévision mettant essentiellement en avant les violences, ce qui conduit certains leaders syndicaux à chercher à calmer les débordements de leurs membres. L’agression du P-DG allemand par des ouvriers à l’issue de leur rencontre mettra fin au dialogue social et au soutien de l’Élysée.

L’obstination de Laurent Amédéo ne lui permet pas d’avoir gain de cause et la fermeture de l’usine est confirmée. Rejeté par de nombreux ouvriers, il se rend en Allemagne pour s’immoler de manière spectaculaire sous les fenêtres du siège de l’entreprise. Son décès entraînera l’annonce par la direction de la reprise d’un dialogue avec le personnel.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Plusieurs acteurs ont tourné sous leurs vrais noms ou prénoms, notamment Mélanie Rover, Jacques Borderie et Martin Hauser.

Guillaume Draux (M Censier - PDG France) avait dejà joué dans la Loi du Marché (M Draux - Le DRH) film de Stéphane Brizé, avec Vincent Lindon

Production[modifier | modifier le code]

Le film a été tourné en seulement vingt-trois jours. Stéphane Brizé tenait « à ce que l’énergie du tournage fasse écho à l’énergie du combat que peuvent mener des salariés dans un cas comme celui décrit dans le film »[6].

Comme dans La Loi du marché (2015), Vincent Lindon est le seul acteur professionnel du casting. Son personnage est inspiré du syndicaliste Édouard Martin[7].

Le syndicaliste Xavier Mathieu a participé à l'écriture du scénario[7].

Autres similitudes envers ce précédent film, En guerre sort en salle en même temps qu'il est présenté au Festival de Cannes, et les dialogues ne sont ni écrits ni récités, mais presque totalement improvisés autour d'une trame générale, Stéphane Brizé tenant, là encore, à ce que l'impression de réalisme pur absolu se fasse ressentir jusque dans l'expression verbale des personnages.

Accueil[modifier | modifier le code]

Sélection[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Vincent Lindon et Stéphane Brizé repartent “En guerre” à Cannes », sur Les Inrocks, .
  2. J. Sch., « « En guerre », le film de Stéphane Brizé tourné à Agen sera en compétition à Cannes », sur La Dépêche du Midi, (consulté le 16 avril 2018).
  3. AlloCine, « Mélanie Rover », sur AlloCiné (consulté le 14 août 2018)
  4. « Jacques Borderie - Conseil départemental de Lot et Garonne », sur www.lotetgaronne.fr (consulté le 14 août 2018)
  5. « Martin Hauser - BMH Avocats », sur bmhavocats.com (consulté le 14 août 2018)
  6. « En Guerre sélection officielle à Cannes 2018 », sur France Inter, .
  7. a et b Les Inspirations de Stéphane Brizé.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]