Eliz Barbosa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barbosa.
Eliz Barbosa
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Eliz Barbosa dans son atelier.
Naissance
(45 ans)
Vierzon (Cher)
Nom de naissance
Elisabeth De Castro Barbosa
Nationalité
Activité
Formation

Elisabeth De Castro Barbosa, dite « Eliz. Barbosa », née à Vierzon le 9 avril 1973[1], est une artiste plasticienne de double nationalité française et portugaise. Elle vit et travaille actuellement à Paris[réf. souhaitée].

Biographie[modifier | modifier le code]

Eliz Barbosa naît et grandit dans la région Centre.
Elle intègre l'école des Beaux-Arts de Bourges (1996-1998) et obtient deux mentions au DNAP et au DNSEP[réf. souhaitée].
Elle a été la compagne de Christian Babou (peintre du mouvement de la Figuration narrative) de 1994 jusqu'en 2005[réf. souhaitée].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Les séries[modifier | modifier le code]

  • Série Libellules entre 2001 et 2002, encre noire sur papier
  • Série Lingerie entre 2002 et 2003, encre noire sur papier et réhauts de couleurs
  • Série Écorchés entre 2003 et 2005, crayons de couleurs sur papier
  • Série Papiers Découpés entre 2005 et 2007, gouache et aquarelle sur papier
  • Série Hybrides entre 2008 et 2009, encres noire et blanche sur rhodoïd et incrustations d'ailes d'insectes
  • Série Reliures depuis 2009, livre-objet
  • Série Botanique entre 2011et 2013, gouache, aquarelle cire sur papier et bogolan sur coton marouflé sur papier
  • Série Opéra Chromatiques (ou la série des Bois) depuis 2013, gouache sur papier et acrylique sur toile
  • Série Furcifer depuis 2017, aquarelle sur papier

Livres d'artiste, livres illustrés[modifier | modifier le code]

  • 1997 : 586, textes inédits d'Eliz Barbosa (6 exemplaires)
  • 2000 : La Voyelle tendre, textes inédits de Gilbert Lascault (40 exemplaires)
  • 2005 : L'Écorché veuf, poèmes inédits de Patrice Delbourg (34 exemplaires)
  • 2010 : Les Gabelous[2], poèmes inédits de Tita Reut (20 exemplaires et un exemplaire de chapelle)
  • 2016 : Chromatiqu'Opéra, poèmes inédits de Tita Reut (30 exemplaires et un exemplaire de chapelle)

La médiathèque de la ville de Bourges détient une grande partie des multiples d'Eliz Barbosa.
Depuis 1994, elle a publié une cinquantaine de livres d'artiste en exemplaire unique.

Principales expositions et manifestations[modifier | modifier le code]

  • 1994 : « Sans Agent Conservateur », La Box, Bourges
  • 1998 : « Livres d'Artistes », Galerie Pictura, Bourges
  • 2001 : signature du livre d'artiste La Voyelle tendre en compagnie de Gilbert Lascault, La Hune-Brenner, Paris
  • 2002 : « Biennale d'art contemporain », Bourges
  • 2004 : « Un cabinet de curiosité », Galerie Vent d'Ocre, Paris
  • 2005 : signature du livre d'artiste Écorché Veuf en compagnie de Patrice Delbourg, La Halle Saint Pierre, Paris
  • 2006 :
  • 2008 :
    • « Planches anatomiques », médiathèque, Bourges
    • « Péchers capitaux », centre d'arts, Forcalquier
  • 2009 :
    • « Dessins 3 », Galerie Artegalore, Paris
    • « Histoires si naturelles », La Galerie, Paris
    • « Ché », Galerie Yves Suty, Coye-la-Forêt
    • Exposition personnelle, centre d'art contemporain du château Lescombes, Eysines
  • 2010 :
    • « Esthétique de l'existence », Galerie Pro-Art, Athènes
    • « Ché », Espace Art 22, Bruxelles
    • « Livres d'artiste », Galerie Virgile, Paris ; exposition du livre Les Gabelous
    • Art Elysées, Galerie Baudoin Lebon, Paris
    • Artistbook International, Centre Georges Pompidou, Paris
  • 2012 :
    • « Nature », Villa Tamaris, La Seyne-sur-Mer
    • « Voyager », Galerie Pro-Art, Athènes
    • « Botanique », Galerie Depardieu, Nice
    • « 31 peintres de la collection de la Villa Tamaris », Maison du Cygne, Six-Fours-Les-Plages
    • « Exposition collective », Galerie Depardieu, Nice
  • 2013 :
  • 2014 :
    • Exposition collective, Villa Tamaris, La Seyne-sur-Mer
    • Inauguration du nouvel espace de la Galerie Depardieu, Nice
    • Exposition collective, Galerie Depardieu, Nice
    • Exposition personnelle, Le Cube Rouge, Paris
  • 2015 :
    • « Tomber des nus », Galerie Detais, Paris 
    • Projet «Sac Polochon de Dognin», à Institut Français de la Mode (IFM), Institut National des Métiers d’Art (INMA), Paris
  • 2016 :
    • Exposition personnelle, L'Estran, Guidel
    • « La bibliothèque », 6B, Saint Denis
    • « Opéra Chromatique », Galerie Depardieu, Nice
  • 2017
    • Exposition personnelle, “Opéra Chromatique“, Conservatoire à Rayonnement Régional (CRR), Aubervilliers
  • 2018
    • Exposition collective, Galerie Convergences, Paris
    • “La forêt habitée", exposition "Résonances", Galerie de la Ferme du Mousseau, Élancourt
    • YIA 2018, Salon d'art contemporain, Carreau du Temple, Galerie Convergences, Paris
    • Exposition personnelle “Opéra chromatique“, Galerie Convergences, Paris
    • “Créations féminines“, Domaine de Lescombes, Eysines

Autres productions (catalogue, radio, télévision)[modifier | modifier le code]

  • 2009 : catalogue rétrospectif à la suite de l'exposition au château Lescombes, dans le Bordelais
  • 2009 : Lumières d'août sur France Culture avec Sophie Nauleau
  • 2010 : 50° Nord RTBF, Belgique
  • 2012 : catalogue rétrospectif à la suite de l'exposition à La Villa Tamaris, La Seyne-sur-Mer
  • 2013 : émission Focus Web TV, Grèce
  • 2014 : catalogue des acquisitions 2011-2013 de la Villa Tamaris, La Seyne-sur-Mer
  • 2018 : catalogue suite à l'exposition collective "Créations féminines" au Domaine de Lescombes
  • 2018 : catalogue "Opéra chromatique", Galerie Convergences, Paris

Commentaires[modifier | modifier le code]

« La botanique est une érotique féconde, disent les traits exquis d’Eliz Barbosa, délicate impertinente, qui convie à l'émerveillement. Le travail toujours sensible de l’artiste explore la nature dans son immense et fragile amplitude. Le détail, qu’il soit racine, pétale, bulbe, tige ou feuille dit chaque fois le grandiose en sa finesse. Dans ces compositions, le vivant se lit dans des tracés inouïs. Le support, soigneusement façonné est un sillon, la cire est une sève. La croissance merveilleuse, la vie fulminent : l’artiste les saisit dans le flamboiement d’une tige rouge. C’est l’exquis. L’humus est palpable. Les sens émoustillés. Après les libellules lubriques, la chair écorchée, le papier du désir découpé, l’hybride animal, Eliz Barbosa continue son exploration espiègle et attentive du vivant. Le végétal redit l’humain : ses racines, tel un rhizome postmoderne, conquièrent des profondeurs insondables. Les fines arborescences s’aventurent dans un devenir d’incandescente blancheur. La nature n’est pas morte. Jusqu’où ira le trait ? »

Anne-Sophie Jouanneau, éditrice et chroniqueuse, 2012

« Une des plus agréables découvertes de l’été : la première grande exposition personnelle d’une artiste inclassable, Eliz Barbosa (Centre d’art contemporain Domaine de Lescombes, Eysines). Sortie des Beaux-Arts de Bourges en 1998, il lui a fallu dix ans de travail et d’observation quelque peu ironique de l’art de son temps pour parvenir, à 36 ans, à la construction d’un univers plastique absolument personnel, où se rencontrent des libellules, des papillons et de la lingerie féminine du XVIIe siècle. Chaque image dit autre chose que ce qu’elle semble montrer, dans une technique irréprochable. De l’humour, de l’ambiguïté et du savoir-faire : la recette paraît simple, mais peu d’artistes dits contemporains sont capables de la réussir aussi bien qu’Eliz Barbosa. »

Jean-Luc Chalumeau, rédacteur de la revue Verso, 2009


« Eliz Barbosa, artiste graphiste, qui fait aussi des livres, travaille sur l'image cachée dans le volume réduit à une seule épaisseur. La fragilité du trait au crayon de couleur renvoie à celle de sa vie.
L'exposition réunit dessins et livres, ceux-ci acquis par la bibliothèque de Bourges ; elle témoigne du travail graphique entrepris depuis plusieurs années par l'artiste sur l'image cachée où le vêtement et le corps ne font qu'une seule trame, une seule épaisseur, où se résout le volume. Le regard du spectateur s'en trouve aiguisé comme le désir amoureux est avivé par le voilé/dévoilé du corps.
Cette mise à plat de la personne s'apparente également aux vanités, natures mortes en vogue au XVIIe siècle, images-supports de méditations sur la vie et la mort. La fragilité du trait aux crayons de couleur renvoie à la fragilité de la vie, tandis que la précision du trait affirme une rigueur scientifique où se loge un écart, qui abolit la froideur. [...] »

Elisabeth Dousset, conservatrice de la médiathèque de Bourges, 2008


« Elizabeth Barbosa se définit comme plasticienne. Contemporaine cela va sans dire, comment s'abstraire en effet de l'esprit du temps, mais avec une inscription revendiquée dans l'histoire de l'art et de ses techniques.
Ses livres d'artiste (La Voyelle tendre, L'Écorché veuf entre autres) et ses dessins, s'apparentent à des lieux habités par le mystère et les figures du désir (les Libellules).
Depuis plus de six ans, ses recherches graphiques évoluent ainsi avec constance autour du dessin dissimulé, de l'œuvre cachée, de la représentation masquée. Du Secret derrière la porte (Secret beyond the door) de cet au-delà que traquait Fritz Lang, y compris dans la quête d'une approche visible de l'inconscient.
Une pratique singulière de l'anamorphose qui, tout en relevant du jeu et de l'illusion, refuse la caricature et le simple divertissement.
Ainsi les séries sur les Écorchés, où l'utilisation des crayons de couleurs (réminiscence enfantine ? souvenir scolaire ?) favorisent la cohérence du propos et de la réflexion pratique sur les Vanitas. Et ce n'est pas outrer le propos que d'y voir tout à la fois des allusions au Portrait des ambassadeurs d'Holbein le Jeune ainsi qu'aux Vanités contemporaines de Cueco ou Philippe Favier.
Le travail d'Elizabeth Barbosa trouve ainsi son point d'équilibre entre référence et invention, Eros et Thanatos, comme autant d'éléments d'un cabinet contemporain de curiosités, où la gravité des bijoux indiscrets ne prendrait forme que par la sensualité du trait. »

Robert Bonaccorsi, directeur de La Villa Tamaris de La Seyne-sur-Mer, 2006

Références[modifier | modifier le code]

Lien interne[modifier | modifier le code]