Effinergie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Collectif Effinergie
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Association à vocation environnementale
Association loi de 1901
But Promotion d'une démarche environnementale dans la construction
Zone d’influence France
Fondation
Fondation
Identité
Siège 4, avenue du Recteur-Poincaré, Paris
Personnages clés Yann Dervyn (directeur)
Président Hubert Dejean de La Batie
Vice-présidente Monique Jung
Secrétaire Bruno Lacroix
Trésorier Jean-Claude Coiffard
Site web www.effinergie.org

Notes

Source[1]

Effinergie ou Collectif Effinergie est une association française créée en 2006, qui a pour objectif de promouvoir les constructions et rénovations de bâtiments à basse consommation d’énergie. Effinergie peut être comparé à d'autres marques utilisées en Europe : Minergie en Suisse et Passivhaus en Allemagne.

Son premier label, lancé en 2007, a eu un fort impact de stimulation dans l'évolution de la réglementation thermique française, dont l'objectif de consommation énergétique moyenne de 50 kWhep/m2/an a été repris comme base réglementaire de la RT2012. L'association poursuit son travail et propose le label « Effinergie+ », dans le but d'anticiper la future RT2020 et de favoriser l'intronisation du BEPOS comme norme constructive.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Collectif Effinergie est né à la suite de l'entrée en vigueur de la RT2005 et à ses premiers retours d'expérience.

Il a longtemps eu à sa tête Jean-Jack Queyranne, avant que celui-ci ne passe la main en 2016 à Hubert Dejean de La Batie.

Organisation et structure[modifier | modifier le code]

Actions[modifier | modifier le code]

Orientation générale[modifier | modifier le code]

L'association promeut un droit à « l'écart à l’énergie positive ». Ce droit est justifié par les inégalités induites par la géographie climatique en France. En effet, selon le climat local, l'altitude du bâtiment, la densité urbaine, la proximité d'un réseau de chaleur ou de frigories utilisant les énergies renouvelables, la disponibilité en bois énergie (ou les possibilités d'utiliser certaines ressources alternatives) et enfin selon le type de bâtiment (un logement et un bureau ne sont pas comparables du point de vue des usages et des besoins), il est plus ou moins facile d'être « positif en énergie ».

Label BBC-Effinergie[modifier | modifier le code]

Lancé en janvier 2007, le label BBC-Effinergie se voit comme la proposition d'aller plus loin que les exigences fixées par la RT2005. Globalement, les performances atteintes par un bâtiment certifié sont améliorées de 50 % par rapport à la base réglementaire, en matière de consommations d'énergie — soit 50 kWhep/m2/an — et de qualité thermique de l'enveloppe du bâtiment. À titre de comparaison, les labels d'État — HPE et THPE — visent alors des améliorations de 10 et de 20 % par rapport à la consommation conventionnelle.

En guise de bilan, fin septembre 2011, 42 000 maisons individuelles, 230 000 logements collectifs et 543 opérations tertiaires (soit 4 millions de m²) ont au total été labellisées BBC-Effinergie ou sont en passe de l'être[2]. En 2014 et 2015, Effinergie a respectivement publié un guide sur l'utilisation des logements BBC et des bâtiments tertiaires BBC[3] (en insistant sur les locaux de bureaux et d'enseignement dans le second guide. Ces guides évoquent les enjeux et bonnes pratiques en matière de de réception de chantier, d'usage, maintenance et travaux, à chaque étape de la vie du bâtiment. Il peut aussi être le « guide d'usage » qui est « obligatoire pour obtenir les labels Effinergie + ou Bepos, en l'absence de document plus spécifique »[3].

Label BBC-Rénovation[modifier | modifier le code]

Effinergie n'est pas en reste dans le domaine de la rénovation. En 2009, le Collectif Effinergie propose un label BBC-Rénovation, avec un objectif de 80 kWhep/m2/an[2]. À titre de comparaison, l'état du parc résidentiel préexistant affiche des performances aux alentours de 250 kWhep/m2/an[réf. nécessaire].

Label Effinergie+[modifier | modifier le code]

En janvier 2010, en parallèle de l'entrée en vigueur la réglementation thermique de 2012 dite « RT 2012 », le Collectif propose d'aller encore plus loin[4],[2]. Ce nouveau label plusieurs exigences supplémentaires par rapport à la RT2012 :

  1. la consommation énergétique moyenne passe de 50 à 40 kWhep/m2/an (soit 20 % d’amélioration).
  2. l'étanchéité à l'air du bâtiment doit être améliorée, avec 0,4 m3/h/m2 en maison individuelle, 0,8 m3/h/m2 en habitat collectif et 1,2 m3/h/m2 en tertiaire, contre respectivement 0,6 m3/h/m2, 1 m3/h/m2 et 1,7 m3/h/m2.
  3. il demande de prendre en compte la totalité des consommations d'énergie, ce qui implique d'évaluer toutes les consommations mobilières — dont électronique/informatique, électroménager, éclairage — idéalement en installant des compteurs de consommation sur les prises de courant ; avec affichage de la consommation conventionnelle d'énergie primaire par usage et type d'énergie.
  4. il encourage le développement de la production d'énergie locale et renouvelable et de moindres émissions de gaz à effet de serre, avec affichage de l'évaluation des consommations mobilières annuelles par usage, de la part de consommation couverte par la production locale d’énergie d’origine renouvelable en pourcentage, des émissions de gaz à effet de serre en kg eqCO2.

Un guide précise l'utilisation, l'entretien et la maintenance des équipements et du bâti permettant de préserver la pérennité énergétique ; une attention particulière est portée au confort visuel, acoustique, au confort l’été et à la qualité de l’air.

Le label d'État THPE-2012, en cours de mise au point, s'inspire directement des objectifs d'Effinergie+, avec toutefois des exigences moindres sur le plan de l'étanchéité à l'air ou du contrôle des consommations[5].

Label Bepos-Effinergie[modifier | modifier le code]

Afin de préfigurer les engagements pris dans la loi Grenelle II pour 2020 en matière de bâtiment à énergie positive, Effinergie a créé le label Bepos-Effinergie 2013. Caractérisé par un niveau d'exigences supérieur au label Effinergie+, son obtention nécessite en premier lieu d'être conforme à la RT2012 et de répondre aux critères Effinergie+, en parallèle de certains pré-requis :

  1. Faire l’objet d’une évaluation de la consommation d’énergie grise et du potentiel d’écomobilité.
  2. Mise en place de procédures de commissionnement afin de s’assurer du bon fonctionnement des équipements.

Ce label entend aller plus loin que la RT2012 et les autres labels du collectif, en prenant en compte un bilan énergétique total du bâtiment, incluant les consommations d'énergie relatives aux postes non-règlementaires (postes de consommation non pris en compte dans la RT2012)[6],[7].

Au 15 juin 2017, le label Bepos-Effinergie 2013 regroupe 170 opérations sur le territoire national français[8].

Deux nouveaux labels, Bepos Effinergie 2017 et Bepos + Effinergie 2017 ont été annoncés, s'appuyant sur les exigences du référentiel E+C- et anticipant la RT2012, prochaine version de règlementation thermique en France[9].

Perspectives, expérimentations[modifier | modifier le code]

Effinergie conduit aussi en 2012 une expérimentation pilote d'un an sur les bâtiments à énergie positive (produisant plus d'énergie qu'ils en consomment), avec un référentiel qui n'a pas vocation de label pour le moment[2].

L'association s'intéresse aussi, avec divers organismes certificateurs[Lesquels ?], aux moyens d'intégrer peu à peu l’énergie grise et les consommations liées à l'écomobilité des habitants ou usagers du bâti en question, ainsi que les émissions de CO2 induites. Ces postes de dépenses énergétiques et leur intégration dans une réflexion étendue sont étudiées au sein d'un groupe de travail commun avec le CSTB.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Collectif Effinergie : Identifcation », sur www.effinergie.org, Effinergie (consulté le 1er octobre 2013)
  2. a, b, c et d Rachida Boughriet, « Performance énergétique : lancement du nouveau label Effinergie + », sur www.actu-environnement.com, Actu Environnement, (consulté le 1er octobre 2013)
  3. a et b News intitulée Éduquer sans culpabiliser, comme c'est trop souvent le cas, les utilisateurs d'un bâtiment tertiaire énergétiquement performant, c'est l'objectif du guide que publie le collectif Effinergie ; Environnement magazine, 18 mai 2015
  4. Effinergie, Dossier de presse : Après le label BBC-effinergie en 2007, le label effinergie rénovation en 2009, le collectif effinergie a élaboré un nouveau label pour les années à venir 2012-01-17
  5. Eric Leysens, « Successeurs du BBC, les futurs labels de la RT 2012 se précisent », sur www.lemoniteur.fr, Le Moniteur, (consulté le 1er octobre 2013)
  6. « Effinergie - Bepos Effinergie 2013 », sur www.effinergie.org
  7. « Effinergie - Règles techniques Bepos », sur www.effinergie.org
  8. « Effinergie - Tableau de bord de la certification », sur www.effinergie.org,
  9. « Effinergie - Bepos 2017 », sur www.effinergie.org

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]