Avenue du Recteur-Poincaré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

16e arrt
Avenue du Recteur-Poincaré
Image illustrative de l’article Avenue du Recteur-Poincaré
L'avenue vue depuis la place Rodin.
Situation
Arrondissement 16e
Quartier Auteuil
Début 24, rue Jean-de-La-Fontaine
Fin 1, place Rodin
Morphologie
Longueur 244 m
Largeur 12 m
Historique
Création 1928
Dénomination 1928
Géocodification
Ville de Paris 8083
DGI 8084
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Avenue du Recteur-Poincaré
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

L'avenue du Recteur-Poincaré est une voie du 16e arrondissement de Paris, en France.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

L'avenue du Recteur-Poincaré est une voie publique située dans le 16e arrondissement de Paris. Elle débute au 24, rue Jean-de-La-Fontaine et se termine au 1, place Rodin.

Le quartier est desservi par la ligne (M)(9), aux stations Jasmin et Ranelagh, ainsi que par les lignes de bus RATP 22 52.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Elle porte le nom de Lucien Poincaré (1862-1920), vice-recteur de l'Académie de Paris, nommé en 1917 mais mort peu de temps après[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Cette voie est ouverte sous sa dénomination actuelle par un arrêté du sur les terrains de l'ancien couvent des religieuses l'Assomption.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

  • No 4 : Centre scientifique et technique du bâtiment.
  • No 5 : ancien hôtel de la duchesse de Vendôme, 1930. De 1983 à 1998, siège de Radio France Outremer[2].
  • Nos 11-13 : pavillon Bourdan.
  • No 15 : le , le colonel urugayen Ramòn Trabal, attaché militaire en France, ex-chef du renseignement militaire, est abattu de 6 balles dans le parking de son immeuble[3].
  • No 24 : en 1943, centre de recrutement de SS français[4].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Poincaré Lucien Antoine », Bibliothèque historique de l’Éducation, 1986, www.persee.fr.
  2. Sites et monuments, Paris, octobre 1996, disponible sur Gallica.
  3. Les attentats contre des diplomates et des hommes politiques en France depuis 1973, Le Monde, 2 août 1978, abonnes.lemonde.fr.
  4. Fred Kupferman, Pierre Laval, Paris, Balland, 1987.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]