Donjon de Vincennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Donjon de Vincennes
Image illustrative de l’article Donjon de Vincennes
Vue du donjon depuis la cour du château.
Période ou style Médiéval
Type Donjon
Début construction 1364
Fin construction 1370
Propriétaire initial Royaume de France
Destination initiale Logis royal et défense
Propriétaire actuel République française
Ministère de la Défense
Ministère de la Culture
Destination actuelle Tourisme
Protection Logo monument historique Classé MH (1993)
Logo monument historique Classé MH (1999)
Site web http://www.chateau-vincennes.fr/
Coordonnées 48° 50′ 34″ nord, 2° 26′ 05″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-de-Marne
Commune Vincennes
Géolocalisation sur la carte : bois de Vincennes
(Voir situation sur carte : bois de Vincennes)
Donjon de Vincennes
Géolocalisation sur la carte : Val-de-Marne
(Voir situation sur carte : Val-de-Marne)
Donjon de Vincennes
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Donjon de Vincennes

Le donjon de Vincennes est la pièce maîtresse du château de Vincennes, sur la commune de Vincennes du Val-de-Marne, en bordure du bois et du fort du même nom. S'élevant à 50 mètres de hauteur au-dessus du sol de la cour[1], il fut une résidence des rois de France[2] et l'un des plus hauts donjons d'Europe avec la tour de Crest dans la Drôme. Ancien logis royal puis prison d'État, il est classé aux monuments historiques en 1993 et 1999 et constitue un important site touristique du Val-de-Marne et de la proche banlieue de Paris.

Résidence de Charles V[3][modifier | modifier le code]

Le donjon est au sein du complexe castral l'espace d'habitation voulu par Charles V. Au commencement de sa création, le rez-de-chaussé devait être inclus dans les appartements royaux. Mais dès l'avènement de Charles V au trône, celui-ci fait le choix d'un accès au premier étage par le châtelet d'entré, indépendant du rez-de-chaussé. Il décide en même temps de créer un accès prestigieux à la chambre du 2e étage, par une "grande vis" telle qu'il en fait réaliser au même moment au Louvre. L'étroit escalier original devient alors un dégagement secondaire.

La salle du premier étage, aujourd'hui nommée "salle des gardes", était originellement la chambre à parer, c'est-à-dire la principale pièce de réception d'un appartement royal médiéval. On ignore l'usage que pouvaient avoir les pièces contenues dans les tours d'angles.

La salle du deuxième étage était la chambre du roi, seconde pièce principale de l'appartement, elle combine des fonction publiques et privées. Les pièces de cet étage sont bien décrites dans les archives. La salle centrale était meublée d'un buffet et de sa vaisselle, d'un lit et de trois coffres. Elle était décorée de pièces d'armement suspendus au mur. Sa somptuosité a frappé les contemporains de Charles V. Les pièces à l'entour étaient réservées à l'usage personnel du roi, accessibles à un nombre très réduit de personnes.

  • Au sud-ouest, la garde-robe, conservait les textiles précieux dans des coffres. Le souverain choisissait de s'y retirer pour recevoir quelqu'un seul à seul, comme l'indique les chroniques au sujet de la visite de l'empereur Charles IV. Cette pièces est l'une des plus confortable et des mieux éclairées.
  • Au nord-ouest, le "retrait" qui mène aux latrines, est plus sombre. Il servait probablement à la toilette du roi, ainsi que d'espace d'entrepôt du trésor royal. Seul cet étage présente, dans la tour des latrines, une pièce supplémentaire, "l'estude du roi", où il pouvait s'isoler et travailler.
  • Au nord-est se trouve la chapelle, et l'oratoire du roi ménagé dans l'épaisseur du mur. L'autel se trouvait dans la fenêtre est.
  • L'appartement du roi se poursuivait autour du le châtelet d'entrée, par une grande salle, détruite au XVIIe siècle, et une autre étude, située au dessus de la porte ouest, qui était accessible par un pont de bois par une porte-fenêtre depuis la salle principale.

Le troisième étage était destiné au dauphin Charles, futur Charles VI. L'appartement de la reine devait se trouver dans le manoir (aujourd'hui disparu).

Aux espaces résidentiels s'ajoute un programme défensif. Certains élements militaire participent de l'image guerrier de l'occupant, servent à asseoir sa puissance symbolique. D'autres indiquent un souci fonctionnel de protection, particulièrement dans les derniers niveaux du donjon, où se concentrent les défenses verticales et les plateformes de tir et au niveau de la chemise, sur laquelle se déploient les systèmes défensifs rasants. La tour dispose d'un petit arsenal, attestées par les sources, comprenant arbalètes, pièces d'artillerie, martinets et garrots.[4]

Liste des personnalités emprisonnées au donjon de Vincennes[modifier | modifier le code]

Denis Diderot n'a pas été emprisonné dans le donjon mais dans un bâtiment attenant à la Sainte-Chapelle et désormais détruit[6].

Vue de la chambre du Roi.
Une des cellules du donjon qui a été celle d'Étienne Antoine Boulogne et de Mirabeau.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Château de Vincennes - Le donjon », Château de Vincennes (consulté le ).
  2. « Histoire de Vincennes / Ville de Vincennes », sur vincennes.fr (consulté le ).
  3. Mary Whiteley, « La Grosse tour de Vincennes, résidence de Charles V », Bulletin Monumental, vol. 152, no 3,‎ , p. 313-335 (lire en ligne).
  4. Nicolas Faucherre, « La défense de la tour. », Bulletin Monumental, vol. 152, no 3,‎ , p. 337-355 (lire en ligne).
  5. Léon Dorez et Louis Thuasne, Pic de la Mirandole en France (1485-1488), Ernest Leroux, (Édition réimprimée : BiblioBazaar), , 224 p. (ISBN 978-1-103-09197-3, lire en ligne)
  6. a b c d e f g h i et j « Une prison dès la fin du Moyen-Âge », Château de Vincennes (consulté le ).
  7. « Personnages illustres », sur http://www.chateau-vincennes.fr (consulté le ).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mary Whiteley, « 1re partie : La Grosse tour de Vincennes, résidence de Charles V. », Bulletin Monumental, vol. tome 152, no 3,‎ , pages 313 à 335 (DOI 10.3406/bulmo.1994.3477, lire en ligne, consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :