Dominique Orliac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Orliac (homonymie).
Dominique Orliac
Image illustrative de l'article Dominique Orliac
Fonctions
Députée de la 1re circonscription du Lot
En fonction depuis le
(9 ans et 20 jours)
Élection
Réélection
Législature XIIIe, XIVe
Prédécesseur Michel Roumégoux (UMP)
Conseillère générale du Lot
Élue dans le Canton de Cahors-Nord-Est

(8 ans 5 mois et 26 jours)
Prédécesseur Michel Roumégoux (UDF)
Successeur Geneviève Lagarde (PS)
Conseillère régionale de Midi-Pyrénées

(6 ans 4 mois et 15 jours)
Successeur Angelo Parra (PRG)
Biographie
Nom de naissance Dominique Dian-Flon
Date de naissance (64 ans)
Lieu de naissance Palaiseau (Essonne)
Parti politique PRG
Profession Médecin ophtalmologue

Dominique Orliac, née le à Palaiseau, est une personnalité politique française, membre du Parti radical de gauche.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née à Palaiseau (Essonne), Dominique Orliac est originaire de Sénaillac-Lauzès dans le Lot. Mariée et mère de trois enfants, elle exerce la profession de médecin ophtalmologue à Cahors depuis 1981[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

Elle commence sa carrière politique en 1995, en étant élue conseilière municipale de la ville de Cahors dirigée par Bernard Charles, chargée notamment de la régie de quartier[1]. Éncartée au Parti radical de gauche, elle est ensuite élue présidente de la fédération lottoise, puis occupe le poste de vice-présidente au niveau national[2].

En 2000, elle devient la première femme de Midi-Pyrénées à prendre la présidence départementale du conseil de l'Ordre des médecins[1].

De mars 2001 à juin 2007, elle siège au Conseil régional de Midi-Pyrénées présidé par Martin Malvy[3].

En octobre 2002, à la suite d'une élection cantonale partielle, elle est élue dans le canton de Cahors-Nord-Est avec 50,8% des suffrages face à Carmen Bardin (UMP)[4]. En avril 2004, pour les élections cantonales, elle est ré-élue dans le même canton face à Michel Roumégoux (UMP) avec 59,73%[5]. Dominique Orliac ne se représente pas pour les élections cantonales françaises de 2011, par souci du non-cumul de mandat[6].

Le , Dominique Orliac est élue députée de la première circonscription du Lot, battant au second tour le sortant Michel Roumégoux (UMP) avec près de 55 % des voix[7]. Elle est réélue le 17 juin 2012 avec près de 60 % des voix face au candidat UMP, Aurélien Pradié[8].

Travaux parlementaires[modifier | modifier le code]

Membre de la Commission des affaires sociales à l'Assemblée Nationale, elle est aussi membre de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST).

Dominique Orliac défend le non-cumul des mandats et la non-professionnalisation de la politique, gage selon elle de l'indépendance et de l’efficacité politiques. C'est dans cette optique qu'elle fait le choix du mandat unique, en choisissant de ne pas se représenter au Conseil général du Lot lors des élections cantonales de 2011. Elle est la seule députée du PRG à voter pour la fin du cumul de fonctions exécutives locales avec le mandat de député ou de sénateur, le [9].

En janvier 2014, elle est se voit confier par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault une mission auprès du ministre de l’Intérieur et de la ministre déléguée auprès de la ministre des Affaires Sociales et de la Santé chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l’exclusion. Cette mission porte sur l’accessibilité des personnes handicapées dans le domaine électoral[10].

En novembre 2014, elle est nommée membre de la commission « Avenir des trains d’équilibre du territoire » (TET) par Alain Vidalies, secrétaire d'État chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, dont la mission est « de clarifier l’articulation des trains TET avec les autres services de transport ferroviaire, notamment les TER, mais aussi avec les alternatives que peuvent représenter les autres modes de transports ou les nouvelles formes de mobilité »[11],[12].

Mandats[modifier | modifier le code]

Député
Conseillère régionale
Conseillère générale
Conseillère municipale

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Jean-Louis Barrère, « Une femme, pour la première fois » sur La Dépêche du Midi, 23 août 2000
  2. Les nouveaux élus à l'Assemblée nationale : Dominique Orliac sur Le Monde, 18 juin 2007
  3. Antoine Benji, « Les 70 qui font bouger le Lot : Dominique Orliac » sur L'Express, 23 mars 2006
  4. [PDF] Résultats de l'élection cantonale partielle de 2002 : Canton de Cahors-Nord-Est sur le site du Ministère de l'Intérieur, 20 octobre 2002
  5. Résultats des élections cantonales de 2004 : Canton de Cahors-Nord-Est sur le site du Ministère de l'Intérieur, 28 mars 2004
  6. Laurent Benayoun, « Un accord PS-PRG pour les cantonales » sur La Dépêche du Midi, 21 janvier 2011
  7. Dominique Orliac (PRG), nouvelle députée du Lot sur La Dépêche du Midi, 17 juin 2007
  8. Laurent Benayoun et Bernard-Hugues Saint-Paul, « Dominique Orliac: une victoire sans appel » sur La Dépêche du Midi, 18 juin 2012
  9. Scrutin public sur l'ensemble du projet de loi organique interdisant le cumul de fonctions exécutives locales avec le mandat de député ou de sénateur sur le site de l'Assemblée nationale, consulté le 31 mai 2014
  10. La députée PRG Dominique Orliac chargée par Jean-Marc Ayrault d'une mission sur l'accessibilité sur le site du Parti radical de gauche, consulté le 31 mai 2014
  11. Evolution du service des TET : lancement de la commission «Avenir des trains d’équilibre du territoire» sur developpement-durable.gouv.fr, consulté le 15 mars 2015
  12. La mission de Dominique Orliac sur La Dépêche du Midi, 21 novembre 2014

Liens externes[modifier | modifier le code]