Dominique Charpin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charpin.

Dominique Charpin, né le , est un assyriologue français, professeur au Collège de France, membre correspondant de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, spécialiste de la période « paléo-babylonienne ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le à Neuilly-sur-Seine, Dominique Charpin est en classe de première lorsqu'un voyage en Turquie puis l'année suivante un séjour en Syrie et au Liban déterminent sa vocation. Après son baccalauréat en 1971, il poursuit des études d'histoire, et choisit plus spécialement l'épigraphie que l'archéologie, mais apprend ces deux matières, et commence à les pratiquer lors de fouilles en Irak[1],[2]. Il passe l'agrégation d'histoire en 1976, une thèse de doctorat du troisième cycle en 1979 sur les Archives familiales et propriété privée en Babylonie ancienne, et sa thèse de doctorat d'État en 1984, sur Le Clergé d'Ur au siècle d'Hammu-rabi, sous la direction de Paul Garelli[1],[2].

Il participe aux fouilles et études sur le site de Larsa en Irak, et sur les sites de Mari et du tell Mohammed Diyab en Syrie[1].

Assistant à l'Université de Paris 1 à partir de 1976, il intègre le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) en 1985 comme chargé de recherches, puis retourne en 1988 à Paris 1 comme professeur. En même temps directeur d'études cumulant à l'École pratique des hautes études (EPHE) en « Histoire et civilisation de la Babylonie ancienne » de 1994 à 2005, il y devient directeur d'études non cumulant en 2005, jusqu'en 2013[2].

La Mésopotamie est son principal centre d'intérêt, particulièrement la période paléo-babylonienne ou « amorrite » ; c'est la grande époque de la civilisation mésopotamienne, avec Hammurabi sur lequel il signe en 2003 le premier livre en français[1].

Correspondant de l'Académie des inscriptions et belles-lettres depuis le 30 mars 2012, Dominique Charpin est nommé professeur au Collège de France, titulaire de la chaire « civilisation mésopotamienne » à compter du 1er janvier 2014[1],[2],[3].

Il est par ailleurs directeur de la Revue d'assyriologie, président de la Société pour l'étude du Proche-Orient ancien, co-directeur de la collection « Archives royales de Mari », directeur-adjoint de l'UMR 7192 « Proche-Orient - Caucase : langues, archéologie, cultures » (CNRS, Collège de France, EPHE, INALCO)[2].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Les principales publications de Dominique Charpin, sans compter les différents articles et contributions diverses, sont les suivantes[4] :

  • Archives familiales et propriété privée en Babylonie ancienne : étude des documents de « Tell Sifr », Hautes Études Orientales 12, Genève et Paris, Droz, 1980, 357 p.
  • Documents cunéiformes de Strasbourg conservés à la Bibliothèque Nationale et Universitaire, en coll. avec J.-M. Durand, tome I, Cahiers 4, Paris, Éditions Recherche sur les Civilisations, 1981.
  • Le Clergé d’Ur au siècle d’Hammurabi (XIXe-XVIIIe siècles av. J.C.), Hautes Études Orientales 22, Genève et Paris, Droz, 1986, 520 p. — Prix Saintour de l'Académie des inscriptions et belles-lettres 1987.
  • Archives Epistolaires de Mari I/2, Archives Royales de Mari 26/2, Paris, Éditions Recherche sur les Civilisations, 1988, 232 p.
  • (dir.) Marchands, diplomates et empereurs. Études sur la civilisation mésopotamienne offertes à Paul Garelli, en coll. avec F. Joannès, Paris 1991.
  • (dir.) La circulation des biens, des personnes et des idées dans le Proche-Orient ancien, Actes de la XXXVIIIe Rencontre assyriologique internationale, en coll. avec F. Joannès, Paris, 1992.
  • (dir.) Florilegium Marianum II. Recueil d’études à la mémoire de Maurice Birot, en coll. avec J.-M. Durand, Mémoires de NABU 3, Paris, 1994.
  • (dir.) Florilegium Marianum III. Recueil d’études à la mémoire de Marie-Thérèse Barrelet, en coll. avec J.-M. Durand, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997.
  • (dir.) Mari, Ébla et les Hourrites: dix ans de travaux. Actes du colloque international (Paris, mai 1993). Deuxième partie, Amurru 2, Paris, 2001.
  • (dir.) Florilegium Marianum VI. Recueil d’études à la mémoire d’André Parrot, Mémoire de Nabu 7, Paris, 2002.
  • Florilegium Marianum V, Mari et le Proche-Orient à l’époque amorrite, essai d'histoire politique, en coll. avec N. Ziegler, Mémoires de NABU 6, Paris, SEPOA, 2003, 303 p. — Prix du Budget de l'Académie des inscriptions et belles-lettres 2004.
  • Hammu-rabi de Babylone, Paris, PUF, 2003, 312 p. Traduit en italien, 2005 ; en anglais, 2012 ; en allemand et en russe, en cours.
  • Histoire politique de la Mésopotamie (2002-1595), dans D. Charpin, D. O. Edzard et M. Stol, Mesopotamien : Die altbabylonische Zeit, Annäherungen 4, Orbis Biblicus et Orientalis 160/4, Fribourg, Academic Press et Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2004, 457 p.
  • Lire et écrire à Babylone, Paris, PUF, 2008, 317 p. ; Traduit en russe, 2009 ; en anglais, 2011.
  • Writing, Law, and Kingship : Essays on Old Babylonian Mesopotamia, Chicago, Chicago University Press, 2010, 181 p.
  • (en) Gods, Kings, and Merchants in Old Babylonian Mesopotamia, PIPOAC 2, Louvain et Paris, Peeters, 2014, 206 p.
  • Il a écrit en outre plus de deux cents articles, 120 comptes rendus, 159 notes brèves, 50 contributions de vulgarisation et divers rapports[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Daniel Bermond, « Portraits : le voyage en Mésopotamie de Dominique Charpin », L'Histoire, no 406,‎ , p. 17 (lire en ligne).
  2. a, b, c, d et e « Dominique Charpin, Civilisation mésopotamienne – Biographie », sur college-de-france.fr (consulté le 8 janvier 2015).
  3. « Charpin Dominique », sur aibl.fr, Académie des inscriptions et belles-lettres (consulté le 9 janvier 2016).
  4. a et b « Publications de D. Charpin » (consulté le 8 janvier 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Vidéographie, audiographie[modifier | modifier le code]