Djemâl ad-Dîn al-Afghâni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Djemâl ad-Dîn Al-Afghâni)
Aller à : navigation, rechercher
Djemâl ad-Dîn al-Afghâni
Sayyid Dschamāl ad-Dīn al-Afghānī.jpg

Djemâl ad-Dîn Asad Abadi

Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
Religion
Élève

Sayyid Jamāl Al-Dīn Al Afghani (en persan/dari: سید جمال الدین اسد آبادی, en forme longue Khatarat Jamal al-Din al-Afghani al-Husayni souvent dénommé en français Al Afghani, prononcé [al afʀani], l'Afghan), né en Perse à Hamadan[1] en 1838 et mort en 1897), est un intellectuel musulman d'origine persane et actif en Inde et dans l'Empire ottoman. Il est considéré comme étant un des principaux penseurs du panislamisme et de l'islamisme politique, et du salafisme en particulier[2].

Il est qualifié par l'archevêque Henri Teissier d'« initiateur du réveil politique de l'islam »[3], par Henri Lammens d'« agitateur panislamiste »[2] et par le géopoliticien Olivier Carré d'« agitateur politico-religieux dans tous les pays où il passa »[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

L'origine d'Al Afghani a fait l'objet de débats[1],[5],[6]. Longtemps considéré comme afghan[7] donc a priori sunnite, Al Afghani, en dépit du surnom qu'il s'est choisi, est né en Perse[5], et est donc chiite dans un premier temps. Il est par ailleurs parfaitement iranophone[5] et a fait ses études dans la ville sainte chiite de Kerbala[5]. Par ailleurs, Hussein, qui figure dans son nom complet, est un nom chiite typique.

Il est reporté qu'il a bien été au service de l'emir Dost Mohammad Khan en Afghanistan entre 1865 et 1869[6]. Sa présence en Afghanistan avant cette période ne repose que sur les propres écrits tenus par Al Afghani et aucune preuve extérieure atteste sa présence en Afghanistan entre 1858 et 1865[6].

Il s'installe en Égypte de 1871 (il a 33 ans) à 1879[5],[7]. Il en sera expulsé pour raison politique[8].

Al Afghani a peu écrit[2].

Discours et influences[modifier | modifier le code]

L'islam prêché par Al Afghani en Égypte est considéré comme fortement influencé par les traditions et la philosophie chiite et par la mystique soufie[5].

En défendant l'idée du tyrannicide, Al Afghani est considéré comme l'inspirateur de l’assassinat par Mirza Reza Kermani du Chah d'Iran Nasseredin Shah en 1896[4].

Il aura une influence déterminante sur Mohamed Abduh[7].

Il y fonde une loge maçonnique qui sera associée au Grand Orient de France[7].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

AL-AFGHANI Jamâl al-dîh, Hâkim al-sharq' (Le chef de l'Orient), Le Caire, mai 1979

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Salim Ayduz, İbrahim Kalın, Caner Dağlı et Nikki R. Keddie, The Oxford Encyclopedia of Philosophy, Science, and Technology in Islam, Oxford University Press, coll. « Oxford Encyclopedias of Islamic Studies »,‎ , 1152 p. (ISBN 9780199812578, lire en ligne), p. 9 et suiv.
  2. a, b et c Henri Lammens, L'Islam : Croyances et institutions, Beyrouth, Impressions catholiques de Beyrouth,‎ , 334 p. (lire en ligne), p. 270
  3. Henri Teissier, « L'épreuve du dialogue islamo-chrétien », Études,‎ , p. 288 (ISSN 0014-1941, lire en ligne)
  4. a et b Olivier Carré, « Problèmes géopolitiques de l'Égypte », Hérodote, vol. 55, no 36,‎ , p. 160 (ISSN 0338-487X, lire en ligne)
  5. a, b, c, d, e et f (en) Gabor Agoston et Bruce Masters, Encyclopedia of the Ottoman Empire,‎ , 650 p. (ISBN 978-0-8160-6259-1, lire en ligne), p.18 et suivantes
  6. a, b et c (en) Anwar Moazzam, Jamal al-Din al-Afghani : A Muslim Intellectual, New Delhi, Concept Publishing Company,‎ , 161 p. (ISBN 9788170221500), p. 134
  7. a, b, c et d Jacques Jomier, « Les Frères musulmans et leur influence », Études, t. 300,‎ , p. 428 (ISSN 0014-1941, lire en ligne)
  8. C. Snouk Hurgonje, « Einige Arabische Strijdschriften besproken », Revue de l'histoire des religions, t. 36, no 1,‎ (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]