Diamant noir (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Diamant noir.
Diamant noir
Réalisation Arthur Harari
Scénario Arthur Harari
Agnès Feuvre
Vincent Poymiro
Olivier Seror
Acteurs principaux
Sociétés de production Les Films Pelléas
Pays d’origine Drapeau de la France France, Drapeau de la Belgique Belgique
Genre Drame
Durée 115 minutes
Sortie 2016

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Diamant noir est un film dramatique franco-belge réalisé par Arthur Harari, sorti en 2016.

Nommé deux fois aux César, le film reçoit en 2017 celui du meilleur espoir masculin pour Niels Schneider.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Pier Ulmann vit de petits boulots et de cambriolages qu'il commet avec Kevin pour le compte de Rachid. Un jour, il apprend la mort de son père dont il n'avait plus de nouvelles depuis plusieurs années. Il renoue alors avec sa famille paternelle qui travaille dans le milieu des diamantaires à Anvers.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

L'accueil critique est globalement positif : le site Allociné recense une moyenne des critiques presse de 3,9/5 et des critiques spectateurs à 3,7/5[1].

Pour Jérémie Couston de Télérama, « Remarqué pour ses courts métrages percutants (La Main sur la gueule, Peine perdue), Arthur Harari réussit son passage au long en restant fidèle à ses obsessions, forgées notamment par la fréquentation des mélodrames de Kazan et de Minnelli : violence des rapports humains, fatalité de la filiation, pulsions mal contrôlées. La défaillance morale des protagonistes fait inexorablement glisser ce thriller, à la photographie superbement contrastée, vers la tragédie. »[2].

Pour Jacques Mandelbaum du Monde, « Ce film révèle un vrai cinéaste, et l'ignorance dans laquelle il a été tenu relève pour le coup d’un inexplicable aveuglement. Triste constat mais plaisante analogie avec la métaphore qui court tout au long du film autour de cette pierre qu’est le diamant, laquelle, comme le cinéma, doit sa préciosité au regard qui le reconnaît pour tel. [...] Arthur Harari signe en tout état de cause avec Diamant noir un film qui éveille la réminiscence du Little Odessa (1994), de l'Américain James Gray. Même jeu intense et élégant entre le film noir et la tragédie antique, même obsession lancinante de la vengeance et de la réparation, même attachement au modèle familial comme révélateur du système social, même justesse ciselée dans la mise en place de l’atmosphère et la conduite des acteurs, même sentiment de révélation d'un talent puissamment inspiré. »[3].

Box-office[modifier | modifier le code]

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Diamant noir », sur Allociné, .
  2. Jérémie Couston, « Diamant noir », sur Télérama, (consulté le 14 septembre 2016).
  3. Jacques Mandelbaum, « Diamant noir » : un si brillant polar, sur Le Monde, (consulté le 15 septembre 2016).
  4. JP-Boxoffice.com ; page du film Diamant noir (2016) consulté le 25 novembre 2016.

Liens externes[modifier | modifier le code]