Denis Clerc (économiste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Denis Clerc et Clerc.
Denis Clerc
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Denis Clerc, né le à Sidi-Bel-Abbès en Algérie, est un économiste français, fondateur de la revue Alternatives économiques.

Un économiste[modifier | modifier le code]

Né en 1942 en Algérie, Denis Clerc se retrouve 20 ans plus tard à Belfort. Étudiant en Sciences à Besançon, il s'intéresse très vite à l'économie, aux relations sociales et syndicales. À cette période, il s'abonne à la revue Économie et humanisme. Alors qu'il est en « taupe » pour préparer les concours des grandes écoles, il s'inscrit en licence de Sciences économiques. Il poursuit ses études à Dijon avant de commencer une carrière universitaire tout en préparant une agrégation des techniques économiques de gestion et une agrégation de sciences sociales.

En mai 1968, il est assistant à la faculté mais se retrouve brouillé avec son directeur de thèse. Il retourne en Algérie dans le cadre de la coopération. Il est nommé enseignant, dépendant du ministère algérien de l'Intérieur, pour former des fonctionnaires.

De retour en France, Denis Clerc, agrégé en sciences et techniques de gestion ainsi qu'en sciences économiques et sociales, est nommé professeur en lycée à Dijon, où il s'intéresse aussi à la formation continue. Celle-ci est rendue obligatoire pour les grandes entreprises par les Lois Delors de 1971[réf. souhaitée].

Denis Clerc est un économiste engagé. En novembre 2013, il est élu président de la Fédération nationale des associations de réinsertion sociale (Fnars) Franche-Comté.

Fondateur de la revue Alternatives Économiques[modifier | modifier le code]

En 1980, il lance Alternatives Économiques. Avec des moyens financiers modestes, la parution est d'abord bimestrielle. Grâce au soutien d'un imprimeur, les contraintes d'avance de trésorerie sont réduites, d'autant plus qu'Alternatives économiques arrive à convaincre 1 000 abonnés dans le mois qui suit son premier numéro, dans un contexte éditorial de la presse économique dominé par les magazines pour cadres (L'Expansion, etc.). Il reste le directeur bénévole de la revue jusqu'en 1993 (Philippe Frémeaux lui succède comme rédacteur-en-chef).

La ligne éditoriale est double: d'une part, rendre l'analyse économique accessible au plus grand nombre, dans l'esprit de la formation continue et de des mouvements d'éducation populaire; d'autre part, exercer le sens critique contre la pensée unique et penser l'ensemble du champ des possibles en économie (politiques publiques mais aussi initiatives de l'économie sociale et solidaire, etc.). Les analyses s'inspirent des théories keynésiennes, de la théorie de la régulation, de la pensée d'André Gorz, et contestent l'école dite « économie de l'offre » (vulgarisée par le « Théorème de Schmidt ».

En 1984, la revue prend un rythme mensuel. Le siège social, l'administration et la fabrication sont à Quetigny (banlieue de Dijon), ainsi que le secrétariat de rédaction (qui déménagera à Paris en 1989). Alternatives Économiques est d'abord édité sous un statut d'association loi 1901, puis sous statut de société coopérative de production.

En 1999, il lance L'économie politique, une revue destinée aux économistes professionnels qui exercent dans les institutions et les entreprises.

Économie et humanisme[modifier | modifier le code]

Au début des années 2000, Denis Clerc devient président de l'association Économie et humanisme, éditrice de la revue éponyme, dont il était membre de longue date. Il quitte sa fonction en 2004.

Denis Clerc fait partie en 2008 du conseil d'orientation du groupe Développements et Humanisme constitué par d'anciens salariés d'Économie et humanisme, dont le rédacteur en chef de la revue, Vincent Berthet.

Amateur de bons vins, Denis Clerc passe ses moments de loisirs entre deux feuilles de vigne, l'une dans le village jurassien de Mesnay à côté d'Arbois, l'autre à Ribérac dans la Dordogne. C'est d'ailleurs dans le Jura, à Poligny qu'il a soutenu le projet de librairie en coopérative: la librairie polinoise.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La paupérisation des Français, Armand Colin, 2010
  • La France des travailleurs pauvres, Grasset, Paris, 2008
  • Déchiffrer l'économie, La Découverte, Paris, 2007, 2011
  • 8e édition du lexique de sciences économiques et sociales, Repères, 2006
  • Pour une économie alternative et solidaire (avec Éric Dacheux), L'Harmattan, Paris, 2003
  • Déchiffrer les grands auteurs de l'économie et de la sociologie, Syros, Paris, 2001
  • Condamnés au chômage ?, Syros, Paris, 1999
  • Réduction du temps de travail : Que faut-il croire ? (avec Jean-Pierre Chanteau), Syros, Paris, 1999
  • Dictionnaire des questions économiques et sociales, éditions de l’Atelier, Paris, 1997
  • Les Désordres financiers, Syros, Paris, 1988

Source[modifier | modifier le code]

  • Céline Edwards-Vuillet, Denis Clerc : boulimique d'économie, La Tribune de la Vente, mai 1999, no 280, p. 32-34

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • La France des travailleurs pauvres (Grasset), interview de Denis Clerc à propos de son ouvrage sur nonfiction.fr, [lire en ligne].