Deidamia (opéra)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Deidamia est le dernier opéra de Georg Friedrich Haendel, dont le livret en italien fut rédigé par Paolo Antonio Rolli, d'après Achille in Sciro d'Ercole Bentivoglio, précédemment utilisé par Legrenzi en 1663, puis par Métastase, utilisé à l'origine par Antonio Caldara à Vienne en 1736.

Représentation[modifier | modifier le code]

La première représentation eut lieu le au Lincoln's Inn Fields Theatre, à Londres[1]. L'opéra n'a été représenté que trois fois, du fait en grande partie de la lassitude du public pour l'opéra italien. C'est ainsi que Haendel se concentra par la suite à ses oratorios chantés en anglais. Un second souffle a été donné à cet opéra dans les années 1950 et il est de temps à autre remis en scène.

Distribution[modifier | modifier le code]

Rôle Pupitres Première, [1]
Deidamia (Déidamie), fille de Lycomède soprano Élisabeth Duparc
Nerea, ami de Déidamie soprano Signora Monza
Achille, en habits de femme, sous le nom de Pirra soprano Miss Edwards
Ulisse, Roi d'Ithaque, sous le nom d'Antiloco contralto Signor Andreoni
Fenice, Roi d'Argos basse William Savage
Licomede, Roi de Skyros basse Henry Reinhold

Argument[modifier | modifier le code]

L'opéra se fonde sur le personnage mythologique de Déidamie, la fille du roi Lycomède de Skyros.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Deidamia - Simone Kermes, Dominique Labelle, Anna Maria Panzarella, Anna Bonitatibus, Furio Zanasi, Antonio Abete - Il Complesso Barocco dir. Alan Curtis - 3 CD EMI Records (2009)

Source[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Piotr Kaminski, Mille et un opéras, Fayard, coll. « Les indispensables de la musique », , 1819 p. (ISBN 978-2-213-60017-8), p. 608

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]