Almira

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Der in Krohnen erlangte Glückswechsel, ou “Almira, Königin von Castilien” (HWV 1), est le premier opéra de Georg Friedrich Haendel. La première représentation eut lieu en 1705 alors qu'il n'avait pas encore 20 ans.

Page de titre du livret

Création[modifier | modifier le code]

Arrivé à Hambourg à l'été 1703, Haendel joue du violon puis du clavecin au théâtre am Gänsemarkt. La première de son premier opéra a lieu le [1], sous la direction de Reinhard Keiser ; on suppose qu'il l'a composé dans les mois précédant cette date.

Le livret avait été d'abord rédigé en italien par Giulio Pancieri, à Venise, en 1691 et avait été mis en musique par Giuseppe Boniventi. Haendel utilisa une traduction de Friedrich Christian Feustking. La plupart des récitatifs et des airs sont en allemand, mais une partie n'ont jamais été traduits de l'italien.

Almira connut un grand succès. L'opéra fut joué à vingt reprises, avant d'être remplacé à l'affiche par un autre opéra de Haendel, Nero - dont la partition est perdue. En 1732, l'opéra fut à nouveau joué, dans une version revue par Telemann.

La première représentation contemporaine d’Almira eut lieu pendant le Halleschen Händelfestspiele (festival consacré à Haendel), le , à Bad Lauchstädt.

Rôles[modifier | modifier le code]

Rôle Tessiture Première, 8 janvier 1705
Almira, Reine de Castilie soprano Frau Conradin
Edilia, une princesse soprano Barbara Keiser
Consalvo, garde d'Almira basse Gottfried Grünewald
Osman, son fils ténor Johann Konrad Dreyer
Fernando, un orphelin ténor Johann Mattheson
Raymondo, Roi de Mauritanie basse Gottfried Grünewald
Bellante, Princesse d'Aranda soprano Frau Rischmüller
Tabarco ténor Christoph Rauch

Liens internes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Piotr Kaminski, Mille et un opéras, Fayard, coll. « Les indispensables de la musique », , 1819 p. (ISBN 978-2-2136-0017-8), p. 545

Liens externes[modifier | modifier le code]