Antonio Caldara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Antonio Caldara
Description de cette image, également commentée ci-après

Antonio Caldara

Naissance
Venise, Drapeau de la République de Venise République de Venise
Décès
Vienne, Drapeau de l'Autriche Archiduché d'Autriche
Activité principale Compositeur
Style Musique baroque
Lieux d'activité Venise (1688–1700)
Mantoue (–1707)
Barcelone (–1709)
Rome et Bologne (–1716)
Vienne (–1736)
Maîtres Giovanni Legrenzi
Élèves Georg von Reutter

Antonio Caldara, né à Venise en 1670 et mort à Vienne (Autriche) le , est un chanteur, violoncelliste et compositeur de musique baroque italien de la fin du XVIIe et du début du XVIIIe siècle.

Considéré au XVIIIe siècle comme le plus grand compositeur italien[1], Caldara influença directement, de son vivant, Jean-Sébastien Bach, Heinichen et Telemann et, à travers son élève Georg von Reutter, Joseph Haydn et la formation du classicisme viennois[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Antonio Caldara est issu d'une famille de musiciens. Son premier maître est son père, Giuseppe, qui est violoniste. Il apprend la viole de gambe, puis le violoncelle. À partir de onze ans, il étudie la composition sous la direction de Giovanni Legrenzi à la maîtrise de la basilique Saint-Marc où il est alto. Âgé de 19 ans il présente son premier opéra, L’Argene (1689) au teatro Ai Saloni et au moins trois autres suivent en moins de dix ans. De petites pièces vocales ou instrumentales sont publiées à Venise et notamment ses 12 sonates a tre, opus 1 (1693 chez Giuseppe Sala, republiées à Amsterdam en 1698 et de nouveau à Venise en 1699) et sonate da camera, opus 2 (Sala, 1699). Sur la page de titre, Caldara se désigne comme musicien au violoncelle, ce qui indique son statut de virtuose, en poste à la basilique Saint-Marc dès 1693, et ce, jusqu'en 1700.

Jusqu'en 1707, il est engagé par le duc de Mantoue, Ferdinand-Charles de Gonzague en tant que maître de chapelle, tout en continuant à composer pour l'opéra : Farnace, Il Selvaggio Eroe, Partenope. Il fait de nombreux voyages en Italie et à l'étranger : en 1708, à Rome, il rencontre Alessandro Scarlatti, Arcangelo Corelli, Bernardo Pasquini, Cesarini, ainsi que Georg Friedrich Haendel qui séjourne en Italie à cette époque.

Il se rend à Barcelone en Espagne, appelé par l'empereur Charles VI de Habsbourg (le père de Marie-Thérèse) de 1708 à 1709 et grand amateur de musique ; il y écrit et fait représenter les premiers opéras italiens dans ce pays, Atenaide (1709) et Il più Bel Nome (Madrid, 1709). Quand le souverain retourne à Vienne, il le suit, au service de la cour, ponctué de séjours en Italie, à Bologne (L’Inimico generoso, 1709) et Rome où il est maître de chapelle, du marquis Francesco Maria Ruspoli. Sa production consiste en de nombreuses cantates de chambre (environ 200) de différents effectifs et quelques opéras. Il se marie avec la contralto Caterina Petrolli, en mai 1711.

Il quitte l'Italie pour s'établir définitivement en Autriche en 1716. Il est vice-maître de chapelle à la cour impériale (nommé le mais avec effet rétroactif depuis avril 1716[1]), sous la direction de Johann Joseph Fux, le remplaçant en 1723. Il présente quelques cantates ou oratorios et jusqu'à trois opéras par an dès 1727, en raison de l'état de santé de Francesco Conti[3] qui assumait l'essentiel de la responsabilité à la scène.

L'œuvre[modifier | modifier le code]

Sa production est importante (plus de 3 000 œuvres) dans tous les domaines et formes musicales : musique religieuse (messes, cantates, motets, 32 oratorios), instrumentale (symphonies, 16 sonates pour violoncelle de 1735) et lyrique (87 opéras, des madrigaux, 300 canons), etc. Son œuvre a influencé l'école de Mannheim, ainsi que Haydn et Mozart.

Son style peut rappeler celui de Corelli du point de vue instrumental, celui d'Andrea et Giovanni Gabrieli pour le style polychoral, mais s'apparente plus au style intérieur caractéristique de l'Europe centrale, que de la musique italienne[4].

Opéras[5][modifier | modifier le code]

Livret de Adriano in Siria (1732)
  • Argene (Venise, 1689)
  • Il Tirsi (collaboration avec A. Lotti et A. M. Ariosti - Venezia, 1696)
  • La Promessa serbata al primo (Venezia, 1697)
  • L'Oracolo in sogno (collaboration avec A. Quintavalle et F. Pollaroli - Mantoue, 1699)
  • La Partenope (collaboration avec G. Boniventi - Mantoue, 1701)
  • Farnace (Venise, 1703)
  • Gli Equivoci del sembiante (Casale, 1703)
  • Paride sull’Ida ovvero Gli Amori di Paride con Enone (collaboration avec A. Quintavalle - Mantoue, 1704)
  • Arminio (Gênes, 1705)
  • Il Selvaggio eroe (Venise, 1707)
  • Sofonisba (Venezia, 1708)
  • Imeneo (Barcelone, 1708)
  • Il più bel nome (Barcelone, 1708)
  • Atenaide (collaboration avec A. Fioré et F. Gaspanni - Barcelone, 1709)
  • Il Nome più glorioso (Barcelone, 1709)
  • L'inimico generoso (Bologne, 1709)
  • Chi s'arma di virtù vince ogni affetto (Rome, 1709)
  • L'Ingratitudine castigata (Rome, 1709)
  • Il Trionfo d'amore (Rome, 1709)
  • L'Anagilda (Rome, 1711)
  • Giunio Bruto, ovvero La caduta de' Tarquini (collaboration avec F. Cesarini et A. Scarlatti - Rome, 1711)
  • Mercurio, Adone, Venere (Milan, 1711)
  • Tito e Berenice (Rome, 1714)
  • L’Atenaide (collaboration avec M. A. Ziani et A. Negri (Rome, 1714)
  • Il Giubilo della Salza (Salzbourg, 1716)
  • Il Costantino (collaboration avec Fux et Lotti (1716)
  • Il Natale d'Augusto (1716)
  • Caio Marzio Coriolano (Pariati; 1717);
  • Il Tiridate ou La verità nell'inganno (1717, puis reprise, à Salzbourg en 1727)
  • Ifigenia in Aulide (1718)
  • Teodosio (collaboration avec Fux et F. Gaspanni (Hambourg, 1718)
  • Sirita (Laxenbourg, 1719)
  • Lucio Papirio dittatore (1719)
  • Dafne (Salzbourg, 1719)
  • Zaira (1719)
  • Gli Eccessi dell'Infedeltà (Salzbourg, 1720)
  • L'Inganno tradito dall'amore (Salzbourg, 1720)
  • Apollo in cielo (1720)
  • Psiche (collaboration avec Fux - 1720)
  • Il Germanico Marte (Salzbourg, 1721)
  • Ormisda, re di Persia (1721)
  • Camaide, imperatore della China (Salzbourg, 1722)
  • Nitocri (1722)
  • Scipione nelle Spagne (1722)
  • La Contesa de' Numi (1723)
  • La Concordia de' Pianeti (1723)
  • Il Venceslao (1723)
  • Astarto (Salzbourg, 1723)
  • Semiramide in Ascalona (1723)
  • Euristeo (1724)
  • Andromaca (1724)
  • Aglatido e Ismene (1724)
  • Gianguir (1724);
  • Il Finto Policare (Salzbourg, 1724)
  • Amalasunta (1726)
  • I due dittatori (1726)
  • Nigella e Tirsi (1726)
  • Ghirlanda di fiori (1726)
  • L'Etearco (Salzbourg, 1726)
  • La Verità nell'inganno ou Arsinoe (Salzbourg, 1727)
  • Don Chisciotte in corte della duchessa (1727)
  • Imeneo (Altenbourg, 1727)
  • Ornospade (1727)
  • La Forza dell'amicizia ou Pilade ed Oreste (collaboration avec G. Reutter - Graz, 1728)
  • Mitridate (1728)
  • Ciro riconosciuto (1728)
  • Amor non ha legge (Graz, 1728)
  • I Disingannati (1729)
  • Caio Fabbrizio (1729)
  • Il Natale di Minerva (1729)
  • Dialogo fra la vera Disoplina e il Genio (1730)
  • Nigella e Clori (1730)
  • La Pazienza di Socrate con due mogli (collaboration avec G. Reutter - 1731)
  • Demetrio (1731)
  • Livia (1731)
  • L'Asilo d'amore (Linz, 1732)
  • Adriano in Siria (1732)
  • Sancio Panza governatore dell'isola Barataria (1733)
  • L'Olimpiade (1733)
  • Demofoonte (1733)
  • Le Cinesi (1733)
  • Il Natale di Minerva Tritonia (1733)
  • Scipione l'africano il maggiore (1733)
  • Le Grazie vendicate (1733)
  • Enone (1734)
  • La Clemenza di Tito (1734)
  • Le Lodi d'Augusto (1734)
  • Achille in Sciro (1736)
  • Temistocle (1736)
  • La Selva illustrata dal merito (Salzbourg)

Oratorios[modifier | modifier le code]

Intermèdes[modifier | modifier le code]

  • Pimpinone e Vespetta (Rome, 1711)
  • Astrobolo e Lisetta (en prose - Rome, 1711)
  • La Dulcinea e Cuoco (Naples, 1713)
  • Atamo huono vecchio e Palancha giovine (Viennes, 1720)
  • Grespilla e Fanfarone (Salzbourg, 1721)
  • La Marchesina di Nanchin (Salzbourg, 1722)
  • Madame e il cuoco (Viennes, 1724)

Cantates[modifier | modifier le code]

  • Vaticini di pace (à 4 voix - Rome, 1712)
  • Amici pastorelli (à 3 voix - Rome, 1713);
  • Cantata da recitarsi la notte del SS. Natale nel Palazzo Apostolico (à 3 voix - Rome, 1713)
  • 5 Cantate per il Santissimo Natale (à 2-3 voix - Rome, 1713-1714)
  • Nice lascia d'amore (à 3 voix - Rome, 1713)
  • Amor senza amore (à 3 voix - Rome, 1716)
  • Il Natale d'Augusto (Viennes, 1716)
  • Il Trionfo d'Amore e d'Imeneo (à 2 voix - Rome, 1722)
  • Melibeo e Tirsi (Rome, 1727)
  • La corona d'Imeneo (à 4 voix - Rome, 1728)
  • La Gara di Pallade e Venere (Rome, 1729)
  • Germania, il dì che splende (à 2 voix - 1730)
  • Cantata pastorale eroica (à 5 voix - 1730)
  • Il nome di Giove celebrato (à 3 voix - 1731)
  • Il gioco del quadriglio (à 4 voix - 1734)

Airs et "arie antiche"[modifier | modifier le code]

  • Sebben, crudele
  • Pur dicesti, o bocca bella
  • Alma del Core
  • Selve amiche
  • Come raggio di sol

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dagmar Güxam (trad. Véronique Rat-Morris), Sinfonie a quatro (Ens. Ars Antiqua Austria, Dir. Gunar Letzbor), Arcana,‎

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Güxam 2003, p. 5
  2. Gino Negri (it) et Manola C. Steachi, L'Opéra italien : histoire, traditions, répertoire, Paris, Flammarion,‎ , 347 p. (ISBN 2-08-012059-X, OCLC 319758592, notice BnF no FRBNF43175344), p. 151
  3. Güxam 2003, p. 6
  4. Marc Vignal, Dictionnaire de la musique, Paris, Larousse,‎ , 1516 p. (ISBN 2-03-505545-8, OCLC 896013420, lire en ligne), p. 125
  5. http://www.haendel.it/compositori/caldara.htm

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :