Commanderie de La Romagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Commanderie de La Romagne
image illustrative de l’article Commanderie de La Romagne
Présentation
Fondation Drapeau de l'Ordre du Temple Templiers 1144
Reprise Drapeau des chevaliers hospitaliers Hospitaliers 1312
Protection Logo monument historique Classé MH (1962)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Ville Saint-Maurice-sur-Vingeanne
Coordonnées 47° 35′ 29″ nord, 5° 23′ 35″ est[1]

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

(Voir situation sur carte : Côte-d'Or)
Commanderie de La Romagne

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Commanderie de La Romagne

La commanderie de La Romagne est une ancienne commanderie de l’ordre du Temple remaniée et fortifiée à la fin du XVe siècle par les chevaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, située à Saint-Maurice-sur-Vingeanne en Bourgogne, à la limite avec la Champagne historique et la Franche-Comté. Il ne reste rien de la période templière.

L’« ancien château »[Note 1] fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [2].

Historique[modifier | modifier le code]

En 1144, Jean de Courchamp fait une donation de terres, champs et prés, en présence des seigneurs voisins qui l’approuvent, aux frères de la milice du Temple. En 1167, l’évêque de Langres donne aux frères de La Romagne la moitié de l’église de Saint-Maurice, sans doute le bâtiment, à entretenir, et surtout la moitié du prélèvement qui, sous le nom de dîme, se faisait sur les récoltes de grain et de vin. En 1191, lors de la troisième croisade, au siège de Saint-Jean-d’Acre, Guy de Vergy donne à Dieu et aux frères de la milice du Temple de La Romagne, pour la rédemption de son âme et de celle de ses parents, une portion de terre qu’il possédait près d’Autrey-lès-Gray, avec des pâturages et des bois. En 1227, c’est la dame Agnès de Saint-Maurice qui donne aux frères, avec l’accord de ses enfants, Jacques, Laurent et Elisabeth, le four et le moulin du village.

La Romagne prend une part importante dans l'implantation templière en Franche-Comté[3],[4].

En 1309, pendant le procès, c'est Regnaut Mignart de Mussy, commis au gouvernement des biens du Temple en la baillie de Bure et de La Romagne qui gère le domaine[5].

À la disparition des Templiers, La Romagne devient une commanderie de l'ordre des chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem. Elle est remaniée et fortifiée à la fin du XVe siècle par le commandeur Pierre de Bosredon.

Commandeurs[modifier | modifier le code]

Nom du commandeur Dates
Humbert 1170
Guiardus de Blondefontaine 1185
Guillelmus li Vafres 1221
Guido 1221
Humbert 1226 1228
Hertaud 1228
Henri de Dôle 1269
Guillaume Charneyr[Note 2] 1282
Richard de Bettoncourt[6] 1294
Hugues de Beaune
Gui le Beuf, aussi de Thors, de Corgebin, Buxières et Avalleur 1529-1557

Possessions[modifier | modifier le code]

Organisation[modifier | modifier le code]

Les fortifications du XVe siècle et les nombreuses transformations et destructions postérieures ne permettent pas de donner une description des bâtiments à la période templière.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. À l’époque du classement, fait dans l’urgence vu l'état de délabrement, c’est le terme d’« ancien château » qui a été retenu.
  2. Douteux, il est cité dans par Trudon des Ormes (article de 1899 cité, p. 550) comme « commandeur de la Romagne » mais, d'après le contexte, l'auteur semble penser à la province de Romagne en Italie.

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Archives Départementales de la Côte d'Or 115H 1230 à 1243
  • Michel Miguet (préf. Alain Demurger), Les Templiers en Bourgogne,
  • Delphine Marie, Les Templiers dans le diocèse de Langres : des moines entrepreneurs aux XIIe et XIIIe siècles, Langres, D. Guéniot, (ISBN 2-87825-260-8)
  • Yvette Quenot et Xavier Quenot, La commanderie de La Romagne aux XVIe et XVIIe siècles : Une commanderie champenoise aux confins de la Bourgogne et de la Franche Comté, Editions universitaires de Dijon, (ISBN 978-2-36441-026-8)
  • Jean-Marc Roger, Le prieuré de Champagne des « Chevaliers de Rhodes », 1317-1522 Thèse de doctorat d'État 2001, Lille, Atelier national de Reproduction des Thèses notice: 2001PA040193 Université de soutenance Paris-Sorbonne 6 microfiches ; 105 × 148 mm, , 2000 p.
  • Éliane Vergnolle, La Création architecturale en Franche-Comté au XIIe siècle : du roman au gothique, Presses Univ. Franche-Comté, , 351 p. (ISBN 978-2-8462-7006-9, lire en ligne)
  • Yvette Quenot, La Romagne au fil des siècles : Brève histoire de la commanderie, La Romagne,
  • René Locatelli, Sur les chemins de la perfection : Moines et chanoines dans le diocèse de Besançon vers 1060-1220, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, (ISBN 2-86272-024-0)
  • Maurice Rey, L'ordre du Temple en Franche-Comté à la lumière des documents écrits : Académie des sciences, belles-lettres et arts de Besançon. Procès-verbaux et mémoires, t. 180, 1972-1973
  • Amédée-Louis-Alexandre Trudon Des Ormes, « Liste des maisons et de quelques dignitaires de l'Ordre du Temple en Syrie, en Chypre et en France d'après les pièces du Procès » dans plusieurs numéros de la Revue de l'Orient latin : no 5, 1897, 3-4, p. 389–459 [lire en ligne] ; no 6, 1898, 1-2, p. 156–213 [lire en ligne] ; no 7, 1899, 1-2, p. 223–274 [lire en ligne] & 3-4, p. 504–589 [lire en ligne].
  • abbé Roussel, Diocèse de Langres, Histoire et statistique, Langres, 1873-79, 4 vol. in-8
  • Jean Baptiste Stanislas Martial Migneret et Théodore Pistollet de Saint-Ferjeux, Recherches historiques et statistiques sur les principales communes de l'arrondissement de Langres, vol. 1 & 2, Sommier, , 515 p. (lire en ligne)
  • Émile G. Léonard, Introduction au cartulaire manuscrit du Temple (1150-1317)

Annexes[modifier | modifier le code]

Liste connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]