Isômes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Isômes
Isômes
L'église, classée monument historique.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Haute-Marne
Arrondissement Langres
Canton Villegusien-le-Lac
Intercommunalité Communauté de communes d'Auberive Vingeanne et Montsaugeonnais
Maire
Mandat
Nicolas Hérard
2014-2020
Code postal 52190
Code commune 52249
Démographie
Gentilé Isômois, Isômoises
Population
municipale
150 hab. (2017 en diminution de 5,66 % par rapport à 2012)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 38′ 49″ nord, 5° 18′ 18″ est
Altitude 262 m
Min. 256 m
Max. 321 m
Superficie 10,63 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Haute-Marne
Voir sur la carte administrative de la Haute-Marne
City locator 14.svg
Isômes
Géolocalisation sur la carte : Haute-Marne
Voir sur la carte topographique de la Haute-Marne
City locator 14.svg
Isômes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Isômes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Isômes

Isômes est une commune française située dans le département de la Haute-Marne, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située au sud de la Haute-Marne à la limite de la Côte-d'Or et de la Haute-Saône, à l'est de la RN 74 et de l'A31, le village est arrosé par la Coulangé et le Badin qui y confluent.

Communes limitrophes de Isômes
Le Montsaugeonnais Choilley-Dardenay
Le Montsaugeonnais Isômes
Occey Cusey

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

La ferme de la Chassagne était, à partir de 1189 une maison du Temple autonome[1],[2] puis, après la suppression des Templiers, passa aux Hospitaliers et devint un membre de la commanderie de La Romagne[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1843 1848 M. Dassigny Nicolas
1848 1852 M. Bertrand Joseph
1852 1856 M. Dassigny Nicolas
1856 1860 M. Boisselier Claude
1860 1865 M. Pitollet Nicolas
1865 1877 M. Balland J-Baptiste
1877 1881 M. Bertrand Joseph
1881 1888 M. Balland J-Baptiste
1888 1892 M. Chignardet Nicolas
1892 1895 M. Pitollet Adolphe
1895 1904 M. Raillard Nicolas
1904 1931 M. Japiot Victor
1931 1945 M. Renevey Raymond
1945 1945 M. Remond Marcel
1945 1947 Mme Remond Alida
1947 1953 M. Renevey Jules
1953 1955 Mme Remond Alida
1955 1971 M. Renevey Roger
1971 1986 M. Clerc James
1986 1989 M. Covelli Sauveur
1989 2014 M. Herard Jean-Pierre
2014 .... M. Herard Nicolas
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5].

En 2017, la commune comptait 150 habitants[Note 1], en diminution de 5,66 % par rapport à 2012 (Haute-Marne : -3,57 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
387378344316357348337314308
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
276267266250249251231224227
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
215210169157168162156169182
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
155156156148125103131149152
2017 - - - - - - - -
150--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine du toponyme est discutée, deux traditions orales s'affrontent :

  • du nom de la déesse Isis, quelque peu sorcière, puisque les gens d'Isômes passaient pour sorciers ;
  • du grec isos, égalité.

Au XVIIIe siècle, on trouve l'orthographe : « Yiome ».

Époque romaine[modifier | modifier le code]

L'implantation romaine est attestée, dans la région, avec la voie protohistorique de Langres à Genève, que les Romains modernisèrent et qui fait ici sa jonction avec la voie de Lyon - Trèves, qui traverse la plaine.

Des fouilles réalisées à la fin du XXe siècle à Bellefontaine ont confirmé cette implantation romaine. Une construction isolée le long de cette voie de forme circulaire, dans une enceinte quadrangulaire est un monument funéraire remontant à l'époque augustéenne[8].

Moyen Âge et époque moderne[modifier | modifier le code]

  • Une église abbatiale fut construite au centre du village vers 1100.
  • Un monastère, existait autrefois : maison Covelli.
  • Un seigneur se nomme Jean d'Isômes.
  • La dépendance d’un couvent de femmes est mentionnée sous la domination espagnole en 1500 : maison Apert.
  • Le château féodal, qui a été détruit par Henri IV en 1593 (comme tous les châteaux féodaux de la région), dans les épisodes de la bataille de Fontaine-Française.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Pendant la Révolution, l'église était un magasin de paille.

L'église avait deux cloches. La plus petite fut conduite en 1793 à Til-Châtel pour faire des canons. L'autre, cachée par les habitants dans un trou du Badin, a été fêlée dans ce transbordement et ne fut refondue que vers 1895. Fêlée encore une fois, elle a été refaite avant la Seconde Guerre mondiale.

Le clocher de l'église, en pierre (stuc), a été refait en 1850. Les pierres en excédent ont servi à élever les murs du cimetière, dont l’enceinte autour de l'église n’a été démontée que vers 1900.

Le cimetière, à l'origine autour de l'église, a été transféré route de Vaux en 1854 à cause d’une épidémie de choléra.

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église (photo de Camille Enlart).
  • Église de l'Assomption de la Vierge :

Cette église abbatiale de style bourguignon, élevée aux XIIe - XIIIe siècle, se dresse au centre du village. L'édifice, d'aspect fortifié avec sa tour-clocher à arcades géminées et flèche octogonale de pierre (remarquée comme unique en Haute-Marne), s'ouvre par un portail avec chapiteaux sur colonnettes et possède un vitrail en rosace représentant l’Assomption de la Vierge. Les autres vitraux représentant la Sainte Famille sont plus récents. Une toile, avec le même motif que la rosace (don de M. de Tricornot, peintre) est appliquée à un mur du chœur.

Elle est classée monument historique depuis 1840[9].

  • Vestiges du château féodal :
Tour en ruine.

Tour, considérablement dégradée, mais encore visible à la sortie Est du village.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Delphine Marie, Les Templiers dans le diocèse de Langres, 2004, p.134
  2. Jean-Marc Roger, Le Prieuré de Champagne des Chevaliers de Rhodes, thèse de paris IV 2001, université Paris-Sorbonne, 2003, 2000 p. 64
  3. Jean-Marc Roger, Le Prieuré de Champagne des Chevaliers de Rhodes, thèse de paris IV 2001, université Paris-Sorbonne, 2003, 2000 p. 1693
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  8. Archéologia, no 482 - Novembre 2010. p. 35.
  9. Notice no PA00079076, base Mérimée, ministère français de la Culture.