Club XXIe siècle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Club XXIe Siècle)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Club XXIe siècle
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Siège social
Paris (9 bis, rue de Vézelay)Voir et modifier les données sur Wikidata
Pays
Organisation
Site web

Le Club XXIe Siècle est une association française loi de 1901 fondée en 2004[1]. Il se donne pour mission[2] de promouvoir une vision positive de la diversité, de l’égalité des chances et de la méritocratie républicaine auprès des décideurs des mondes économiques, politiques et médiatiques.

Histoire[modifier | modifier le code]

Si le nom du Club fait référence au très sélect « Le Siècle », il se distingue de ce dernier en mobilisant en premier lieu dans l'élite issue de la diversité socioculturelle. S'il est principalement composé de cadres dirigeants du secteur privé, il rassemble également des profils issus des secteurs public (hauts fonctionnaires), culturel ou encore artistique. Principalement composé de membres issus de la diversité, le Club se veut cependant être un reflet de la société française et ne pose donc aucun critère d'origine à l'acceptation de ses membres[3].

L'initiative de la création de ce Club a été prise en 2004 par Hakim El Karoui (qui l'a présidé jusqu'en 2012, année où Fleur Pellerin en est devenue présidente) et par une vingtaine de membres fondateurs dont Rama Yade, Jeanette Bougrab, Chenva Tieu, Rachida Dati et un ex-conseiller de Jacques Chirac, Béchir Mana, secrétaire adjoint au ministère de la Défense[4]. Rachida Dati a, depuis, dû quitter le club, « le gotha des minorités ne souhaitant pas devenir une officine sarkozyste », selon l'expression du Nouvel Observateur[5].

Surnommé "le 21" par ses membres, le Club XXIe Siècle se définit comme un collectif de femmes et d’hommes incarnant, par leurs parcours inspirants, l’ambition et le succès de la diversité : "porter par les actions et l’exemplarité de l'engagement une vision pragmatique et positive de l’égalité des chances et de la méritocratie républicaine" est le credo de cette association.

Actions[modifier | modifier le code]

Le Club XXIe Siècle se présente[6] à la fois comme un do tank et un think tank dont le champ d’action prioritaire est la diversité socio-culturelle se déployant sur deux axes :

D'une part, accompagner les personnes issues de la diversité dans leurs choix et leur évolution professionnelle avec les Entretiens de l'Excellence[7], Viens Voir Mon Taf, Article 1 et Talents des Cités, le mentoring de femmes issues de la diversité et rencontrant un "double plafond de verre" avec Revel@Her[8], de femmes entrepreneures avec l’incubateur Stand Up HEC[9], ou encore le suivi de projets pour la promotion de la diversité au sein des métiers du numérique avec French Tech Tremplin.

D'autre part, l'influence ou lobbying auprès des décideurs publics et privés à travers la diffusion d’idées et d’outils destinés à développer son influence : l'Annuaire des Administrateurs indépendants[10], la promotion de la diversité dans l’univers médiatique avec l’Annuaire Expertise Plus, et plusieurs événements régulièrement organisés autour de personnalités (petits déjeuner et dîners-débats), Trophées XXI de la Diversité[11]...

Gouvernance[modifier | modifier le code]

Présidence[modifier | modifier le code]

Le président ou la présidente est élu(e) pour un mandat d'une durée de deux ans par les membres du Club. Les statuts de l'association ont été modifiés en janvier 2020 pour permettre l'élection d'une coprésidence à la tête du Club XXIe Siècle. Les deux coprésidents sont, depuis le 30 janvier 2020, Laëtitia Hélouet et Boris Janicek[6].

Bureau[modifier | modifier le code]

Le Bureau est l’instance exécutive du Club XXIe Siècle. Nommés par la présidence du Club, les membres du Bureau pilotent au quotidien la stratégie et les actions de l'associations, se réunissant régulièrement (de une à trois fois par mois) pour passer en revue les projets en cours, le travail des différents groupes thématiques et prendre les décisions opérationnelles qui relèvent de sa compétence. Le Bureau est constitué des membres suivants : Batoul Hassoune, Dalila Berritane, Elsa Mainville, Huu-An Pham, Omar Hajeri et Régis Holo (en plus des deux coprésidents Laëtitia Hélouet et Boris Janicek).

Conseil d’Administration[modifier | modifier le code]

Le Conseil d’Administration est l’instance délibérante du Club XXIe Siècle. Élus par les membres de l'association, les administrateurs sont consultés sur les principales décisions liées à la vie du Club. Ils se réunissent régulièrement pour débattre des grandes orientations stratégiques de l'association et voter les décisions majeures. Le Conseil d'Administration est constitué des membres suivants : Abdallah Ould Brahim, Batoul Hassoune, Boris Martor, Boun Ngy-Chhuon, Bruce Roch, Dalila Berritane, Elizabeth Tchoungui, Elsa Mainville, Eric del Cotto, Fatiha Gas, Gen Oba, Hakim el Karaoui, Huu-An Pham, Ingrid Bianchi, Jean-Paul Tran-Thiet, Jérôme Lejeune, Jonathan Sinivassane, Médhi Famibelle, Najoua Arduini-Elatfani, Omar Belmahdjoubi, Omar Hajeri, Pap' Amadou Ngom, Pascal Perzo, Régis Holo, Sofia Benamar et Tong Chhor (en plus des deux coprésidents Laëtitia Hélouet et Boris Janicek).

Comité d'Orientation[modifier | modifier le code]

Créé en 2019, ce comité a pour objectif de renforcer les moyens de réflexion, d’actions et de rayonnement du Club XXIe Siècle. Doté d’un rôle consultatif auprès des organes de gouvernance de l’association (Bureau et Conseil d’Administration), il s’inscrit dans une démarche transversale et décloisonnée qui se veut non partisane.

Il est composé de femmes et d’hommes aux profils et aux parcours divers : Brigitte Baccaïni, Patrick Banon, Viviane de Beaufort, Pascal Blanchard, Kat Borlongan, Méka Brunel, Mercedes Erra, Leila Ghandi, Eric Hazan, Mémona Hintermann, Olivier Laouchez, Aïssa Maïga, Antoine Sire, Lilian Thuram, Jean-Noël Tronc et Daniel Truong-Loi.

Anciens présidents du Club[modifier | modifier le code]

  • De 2004 à 2010 : Hakim El Karoui
  • De 2010 à 2012 : Fleur Pellerin
  • De 2012 à 2014 : Pap’ Amadou Ngom
  • De 2014 à 2016 : Najoua Arduini-Elatfani
  • De 2016 à 2018 : Haïba Ouaissi
  • De 2018 à 2019 : Jacques Galvani[12], remplacé en novembre 2019 par Fatiha Gas (par intérim)[13].
  • Depuis le 30 janvier 2020 : coprésidence[14] de Laëtitia Hélouet et Boris Janicek

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Engagé pour la diversité », Le Point, no 2095,‎ , p. 116 (lire en ligne)
  2. « Les missions du XXIe siècle », Courrier Cadres, no 792,‎ (lire en ligne).
  3. « Pour réseauter efficace, suivez le guide », L'Expansion, no 792,‎ , p. 46-53 (lire en ligne [PDF]).
  4. « Les conquérants », Vanity Fair, no 2,‎ (lire en ligne [PDF]).
  5. Jacqueline de Linares, « Le très sélect club des minorités », Le Nouvel Observateur, no 2234, 30 août 2007 [lire en ligne].
  6. a et b http://club21siecle.org/le-club/
  7. Muriel Jasor, « Le Club XXIe Siècle célèbre le vivre-ensemble », sur Les Echos Executives, (consulté le 27 avril 2020)
  8. « Une étude démontre l'efficacité du mentorat pour l'affirmation des femmes », sur LExpansion.com, (consulté le 27 avril 2020)
  9. « Virginie Sassoon, Madame Diversité - Elle Active », sur elle.fr, (consulté le 27 avril 2020)
  10. « Les 24 administrateurs indépendants du Club XXIe Siècle - Challenges », sur www.challenges.fr (consulté le 27 avril 2020)
  11. politologue.com, « VIDEO - Gala des Trophées XXI de la Diversité 2017 - Club XXIème Siècle - FDMTV - Vidéo », sur Politologue.com (consulté le 27 avril 2020)
  12. Business Immo, « Jacques Galvani est nommé président du Club XXIe siècle », Business Immo - Le site de l'immobilier d'entreprise,‎ (lire en ligne, consulté le 30 janvier 2018)
  13. « Au Club XXIe siècle, les dessous de l'éviction de Jacques Galvani », La Lettre A,‎ (lire en ligne)
  14. Carole Bellemare, « Laëtitia Hélouet et Boris Janicek, un duo influent à la présidence du Club XXIè Siècle », sur Le Figaro.fr, (consulté le 27 avril 2020)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]