Christoph Eymann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Christoph Eymann
Illustration.
Fonctions
Conseiller national
En fonction depuis le
Législature 44e (1991-1995)
45e (1995-1999)
46e (1999-2003)
47e (2003-2007)
48e (2007-2011)
49e (2011-2015)
50e (2015-2019)
Conseiller d’État de Bâle-Ville
[1]
Député au Grand Conseil de Bâle-Ville
Biographie
Date de naissance (67 ans)
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Parti politique Parti libéral suisse
Diplômé de Université de Bâle
Résidence Bâle

Christoph Eymann, né le à Bâle, est une personnalité politique suisse, membre du parti libéral de Bâle-Ville et conseiller national.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il étudie le droit à l’université de Bâle de 1973 à 1978. Après avoir travaillé comme juriste dans l'association local des arts et métiers, il est directeur de l'association bâloise des entrepreneurs de 1984 à 2001.

Il est marié et père de 3 enfants. Il a le grade de capitaine à l'armée.

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Son premier engagement politique est son élection au Conseil bourgeoisial de Bâle-Ville en 1981. Il est ensuite député au Grand Conseil de Bâle-Ville de 1984 à 1995. Il est élu une première fois au Conseil National en 1991, siège qu'il conserve jusqu'en 2001, date de son élection au Conseil d'État bâlois[2]. Chargé du département de l'éducation, il conserve son poste jusqu'en 2017. Le 1er novembre 2013, il prend la succession d'Isabelle Chassot à la tête de la Conférence suisse des directeurs cantonaux de l'instruction publique[3],[4]. Après une campagne victorieuse, il est à nouveau conseiller national de 2015 à 2019.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) « alt Regierungsrat Dr. Christoph Eymann », sur Site du gouvernement bâlois (consulté le 19 décembre 2017)
  2. (de-ch) Daniel Ballmer, « Zur Not kämpft Nationalrat Eymann gegen seine eigene Fraktion », bz Basel,‎ (lire en ligne)
  3. « Christoph Eymann, pour la paix des langues », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  4. « Christoph Eymann succède à Isabelle Chassot », Tribune de Genève,‎ (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]