Chassal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chassal
Image illustrative de l'article Chassal
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Saint-Claude
Canton Saint-Lupicin
Intercommunalité Communauté de communes Haut-Jura Saint-Claude
Maire
Mandat
Christophe Eyssautier
2014-2020
Code postal 39360
Code commune 39113
Démographie
Population
municipale
449 hab. (2014)
Densité 87 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 21′ 32″ nord, 5° 47′ 15″ est
Altitude Min. 340 m – Max. 665 m
Superficie 5,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Jura

Voir sur la carte administrative du Département du Jura
City locator 14.svg
Chassal

Géolocalisation sur la carte : Jura

Voir sur la carte topographique du Département du Jura
City locator 14.svg
Chassal

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chassal

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chassal

Chassal est une commune française située dans le département du Jura en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Pratz Lavans-lès-Saint-Claude Rose des vents
Molinges N Saint-Claude
O    Chassal    E
S
Larrivoire

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 30 avril 2014)
Jean-Pierre Martorell    

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants sont appelés les Chassaliens.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 449 habitants, en diminution de -8,74 % par rapport à 2009 (Jura : -0,23 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
129 112 125 139 290 270 253 266 266
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
262 269 287 285 294 388 346 346 329
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
330 311 345 339 367 412 361 332 339
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
320 352 383 425 492 509 494 451 449
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

On y exploitait des carrières d'un marbre coloré, plutôt rare, la brocatelle. Il existe d'autres marbres brocatelle : de Moulins, de Boulogne...

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Carrière, exploitée depuis le XVIIIe siècle, au lieu-dit « à la Carrière », dont l'ensemble XXe a été inventorié par l'IGPC en 1990[5]
  • Fermes (XVIIIe-XIXe s), inventoriées par l'IGPC en 1997[6],[7],[8],[9];
  • Tourneries et tailleries (XIXe-XXe s), presque toutes au lieu-dit « Marignat », inventoriées par l'IGPC en 1990[10],[11],[12],[13],[14],[15]
  • Pont ferroviaire (XIXe s), au lieu-dit « en Risoux », inventorié par l'IGPC en 2004[16];
  • Maison de garde-barrière et passage à niveau n°62 (XIXe s), au lieu-dit « en Brive », inventoriée par l'IGPC en 2004[17];
  • Scierie (XXe s), au lieu-dit « en Risoux », inventoriée par l'IGPC en 1990[18]
  • Centrale hydroélectrique (XXe s), au lieu-dit « Marignat », inventoriée par l'IGPC en 1990[19];
  • Cascades de l'Enragé, jaillissent de parois abruptes, après un voyage souterrain de 20 km, depuis le lac de l'Abbaye.
  • Début 2017, la commune est « réputée sans clochers »[20]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  5. « Carrière », notice no IA39000346, base Mérimée, ministère français de la Culture
  6. « Fermes (XVIIIe-XIXe s) », notice no IA39000339, base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. « Ferme de Marignat (XVIIIe-XIXe s) », notice no IA39000340, base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. « Ferme du Moulin de Marignant(XIXe s) », notice no IA39000341, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. « Ferme de la Croix Rousse (XIXe s) », notice no IA39000342, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. « Tournerie du Moulin (XIXe s) », notice no IA39000352, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Tournerie Mob (XXe s) », notice no IA39000350, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. « Tournerie Millet et Lahu (XIXe s) », notice no IA39000353, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. « Taillerie Adamas (XXe s) », notice no IA39000351, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « Tournerie Dunod (XIXe s) », notice no IA39000349, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « Taillerie Dalloz (XIXe s) », notice no IA39000348, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « Pont ferroviaire du Risoux (XIXe s) », notice no IA39001174, base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. « Maison de garde-barrière et passage à niveau n°62 (XIXe s) », notice no IA39001173, base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. « Scierie du Risoux (XXe s) », notice no IA39000347, base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. « Centrale de Marignat (XXe s) », notice no IA39000354, base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. « Recherches sur critères », Clochers de France.