Chartreuse d'Auray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chartreuse d'Auray
Façade.
Façade.
Présentation
Nom local chartreuse Saint-Michel du Champ
Culte Culte (Pardon)
Début de la construction XVIIe siècle
Fin des travaux XIXe siècle
Protection  Inscrit MH (1928, Cloître et chapelle)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Commune Brech
Coordonnées 47° 41′ 02″ nord, 3° 00′ 04″ ouest

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Chartreuse d'Auray

Géolocalisation sur la carte : Bretagne

(Voir situation sur carte : Bretagne)
Chartreuse d'Auray

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

(Voir situation sur carte : Morbihan)
Chartreuse d'Auray

Géolocalisation sur la carte : arrondissement de Lorient

(Voir situation sur carte : arrondissement de Lorient)
Chartreuse d'Auray

La chartreuse d'Auray (autrement dénommée chartreuse Saint-Michel du Champ par égard à une précédente collégiale du même nom) [1] est située sur la commune de Brech, dans le Morbihan [2].

Historique[modifier | modifier le code]

La chartreuse d'Auray est fondée au XVe siècle :

« La chartreuse a été construite à la suite de la bataille d'Auray qui oppose Jean de Montfort à son cousin et rival Charles de Blois, pour le Duché de Bretagne. L’affrontement coûte la vie à Charles de Blois et met fin à la guerre de succession de Bretagne. En 1382, Jean IV de Montfort devenu Duc de Bretagne fait alors construire la collégiale Saint-Michel du Champ [1] en mémoire des combattants morts. En 1482, les Chartreux s’y installent, mais sont chassés en 1791. Les ossements des chouans et des émigrés fusillés par les troupes du général Hoche, en 1795, sont conservés dans le mausolée de la chartreuse. À l’époque, ils avaient été enterrés sommairement dans le « champ des martyrs », à 500 m de la chartreuse en direction de Sainte-Anne d’Auray[3]. »

Le cloître fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [2].

La chapelle, le réfectoire et la chapelle élevée à la mémoire des victimes de Quiberon font l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [2].

La chartreuse a été reconstruite partiellement après un incendie en 1968.

Aujourd'hui, les bâtiments abritent la communauté des sœurs âgées ou malades des Filles de la Sagesse.

Architecture[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Erwann Le Franc, Necessitas, commoditas, voluptas: l'architecture de la chartreuse d'Auray aux XVIIe et XVIIIe siècles, "Bulletin et mémoires de la Société polymathique du Morbihan", tome CXXXIX, 2013, p. 443-472.

Liens externes[modifier | modifier le code]