Chapelle Saint-Michel de Lestre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chapelle Saint-Michel.
image illustrant une église ou une cathédrale image illustrant la Manche image illustrant les monuments historiques français
Cet article est une ébauche concernant une église ou une cathédrale, la Manche et les monuments historiques français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Chapelle Saint-Michel
Image illustrative de l'article Chapelle Saint-Michel de Lestre
Présentation
Type Chapelle
Début de la construction XIIe siècle
Fin des travaux XIVe siècle
Autres campagnes de travaux Chapelle latérale
Style dominant Roman
Protection Logo monument historique Classé MH (1862)[1]
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Commune Lestre
Coordonnées 49° 31′ 05″ nord, 1° 18′ 43″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Basse-Normandie

(Voir situation sur carte : Basse-Normandie)
Chapelle Saint-Michel

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Chapelle Saint-Michel

La chapelle Saint-Michel date du premier tiers du XIIe siècle. Ses vestiges se dressent sur la commune de Lestre dans le département de la Manche, région Normandie.

Elle est classée sur la liste des monuments historiques de 1862[1].

Situation[modifier | modifier le code]

La chapelle est orientée est-ouest sur une butte et domine la vallée de la Sinope.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sa situation et sa dédicace semblent suggérer qu'elle a remplacé un sanctuaire païen. Une tradition populaire y situe l'emplacement d'une vigie antique. Elle a certainement servi de chapelle castrale ; à ses abords, on voyait encore en 1900 les vestiges d'un « château »[2]. Les différents cultes auxquels elle est associée et sa proximité de Barfleur donnent à penser qu'elle était un lieu de passage pour les pèlerins d'outre-Manche se rendant au Mont-Saint-Michel ou à Saint-Jacques-de-Compostelle.

La chapelle dépendait de l'abbaye de Blanchelande. Elle est mentionnée pour la première fois vers 1160. Vendue après la Révolution française, en 1817, elle sert de carrière et ses pierres sont pillées.

Description[modifier | modifier le code]

Au XIVe siècle, la chapelle romane à nef unique et transept que termine une abside semi-circulaire a été complétée au nord par une chapelle gothique latérale. À la même époque, la nef a été augmentée d'un bas-côté.

Le chœur

L'abside romane en grès du début du XIIe siècle qu'épaulent deux contreforts plats en calcaire est voutée en cul de four. Au sud, on devine dans la maçonnerie un appareil en « opus piscatum » ou arête de poisson. Une corniche sculptée, ornée de modillons à visages grimaçants et de symboles géométriques [3], coiffe ses murs que percent deux fenêtres étroites et ébrasées. Elle abrite le maitre-autel, une statue décapitée de saint Jacques pèlerin datant du XVe siècle, d'un évêque et un chapiteau déposé du XIIe siècle.

La nef

Au XIVe siècle, la nef a été augmentée au sud d'un bas-côté ouvert latéralement par deux arcs brisés. Elle s'ouvre sur le transept par un arc roman et contient une sainte Trinité dans son angle sud-est.

La chapelle gothique

Elle s'ouvre par une baie ogivale et abrite un enfeu qu'encadrent des pilastres surmontés de pinacles dans lequel un gisant très dégradé, posé sur deux cylindres, est encadré par deux statues en pied, également très dégradées. Elle renferme un autel latéral que surmonte un haut relief des saints Côme et Damien.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Ruines de la chapelle Saint-Michel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. Lestre ; de extera, estre : « fossé ».
  3. Itinéraires de pèlerins - Les Chemins aux Anglais, Vire, Association « Les Chemins du Mont-Saint-Michel », , p. 32.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :