Château du Vivier (Fontenay-Trésigny)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Château du Vivier.

Château royal du Vivier en Brie
Image illustrative de l’article Château du Vivier (Fontenay-Trésigny)
Période ou style Gothique
Type palais
Architecte Raymond du Temple
Début construction XIIIe siècle
Fin construction XIVe siècle
Propriétaire initial Charles de Valois
Destination initiale Résidence
Protection Logo monument historique Classé MH (1996)
Site web http://www.chateauduvivier.com
Coordonnées 48° 41′ 10″ nord, 2° 50′ 56″ est
Pays Drapeau de la France France
Région historique Brie française
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Commune Fontenay-Trésigny

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château royal du Vivier en Brie

Le château du Vivier est situé à Fontenay-Trésigny dans le département de Seine-et-Marne en France.

Les ruines du château, ainsi que les sols correspondant à l'emprise initiale de l’ensemble, incluant les communs, font l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le .

Géographie[modifier | modifier le code]

Le domaine est situé dans un site remarquable du ru de Bréon, affluent de l'Yerres, rivière elle-même affluent de la Seine.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du site vient de l'étang poissonneux qui se trouve à côté.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines des terres[modifier | modifier le code]

La terre sur laquelle a été construit le château dépendait de la seigneurie de Tournan-en-Brie. Au XIIIe siècle, la terre appartenait à la famille de Garlande. La terre est vendue en mai 1293 par Jean II de Garlande, seigneur de Tournan, à Pierre de Chambly, exécuteur testamentaire de Philippe III, chambellan de Philippe IV le Bel. Le roi lui avait cédé en 1285 la seigneurie de Livry en 1285.

Domaine royal : 1293 à 1791[modifier | modifier le code]

Pierre de Chambly cède la seigneurie de Tournan à Charles de Valois en octobre 1293[1]. Il est fait mention d'un « hôtel seigneurial » en 1260.

Par achat et par des dons faits par son frère, le roi Philippe IV, Charles de Valois a augmenté son domaine autour de la seigneurie de Tournan. Il a fait le logis. Evrard d'Orléans, peintre de la Cour, peint en 1308 les « salles et galeries » du Vivier. Philippe IV fit plusieurs séjours au château. Son fils, Philippe V fit des séjours au château en 1319 et 1320 et y signe des ordonnances sur l'organisation de la Cour des comptes et le parlement de Paris.

En 1316, le pape Jean XXII publie une bulle autorisant la fondation d'une chapelle dédiée à saint Thomas Beckett.

En 1336, le roi Philippe VI de Valois, fils aîné de Charles de Valois, y ajoute une chapelle dédiée à saint Louis.

Le château sert en 1352 de cadre fastueux pour le mariage de Jeanne de France, fille du roi Jean II le Bon, avec le roi de Navarre Charles le Mauvais. La chapelle est élevée au rang de collégiale à cette occasion.

En 1368, le roi Charles V dépose dans la collégiale un fragment de la Vraie Croix faisant de la chapelle une « sainte chapelle »[2]. C'est probablement à cette époque qu'est construite la tour-porte du château qui semble antérieure aux tours du château de Vincennes.

Le château est visité par Charles VI dès le 26 octobre 1380, puis en 1381. Il va y être relégué pendant ses crises de folies à partir de sa première crise du 5 août 1392. Au cours de ses séjours, son médecin essaye de calmer celles-ci en jouant avec lui avec des jeux de cartes qui viennent d'être introduits en France. Après, le château va décliner mais on continue à servir des carpes du vivier au château du Louvre. Pendant la guerre de Cent Ans, le château est abandonné. On le restaure en 1391.

En 1471, Louis XI abandonne l'étang et le moulin aux chanoines de la sainte chapelle.

François Ier est le dernier roi à séjourner au château, en 1546. Cependant le logis royal étant dans un état de délabrement avancé par son manque d'entretien, cela l'oblige à se loger chez les chanoines.

La charge de Trésorier du chapitre se transmet dans la famille de Donon qui recueille les revenus des biens du chapitre.

En 1694, un procès-verbal de visite décrit la sainte chapelle « dans un état indécent, dans un château ruiné […] » Louis XIV décide alors de réunir la sainte chapelle du château du Vivier à la Sainte-Chapelle de Vincennes.

Le sanctuaire de la sainte chapelle du Vivier est définitivement supprimé par Louis XV en 1734.

Depuis 1791[modifier | modifier le code]

Le vicomte de Perthuis et son élevage de shetlands[Note 1].
Le bâtiment de 1930, construit à proximité des ruines, et les moutons[Note 1].
Le vicomte de Perthuis et son élevage de shetlands[Note 1].

Lemaître de Courtigny achète en 1791 le domaine comme bien national pour 25 000 livres. Les bâtiments sont alors transformés en dépendances agricoles : le château devient une ferme et la chapelle est transformée en grange à fourrage. Les pierres des ruines sont vendues localement[3].

En 1830, l'avocat parisien Jean-Baptiste-Nicolas Parquin qui a acheté les étangs, achète les ruines et entreprend des travaux. Il construit l'actuel château et aménage un parc à l'anglaise. La cousine de Napoléon III, la princesse Napoléon Elisa Biaccochi vient séjourner dans le nouveau château[3].

En 1854, la propriété est vendue 60 000 francs à Raymond Sabatier, ministre plénipotentiaire[3]. Ce dernier la revend au vicomte de Perthuis ; elle restera dans la famille jusqu'à la fin des années 1940. Au début des années 1930, le vicomte de Perthuis installe un important élevage de shetlands.

En 1958, la propriété est achetée par l'industriel parisien, M. Cousin, à l'origine de très importants travaux de restauration. En avril 1988, la SARL « C D V » (pour Château Du Vivier) est créée pour gérer les activités dès lors organisées (visites, spectacles…)[4],[5]. Elle est exploitée comme lieu de réceptions, de séminaires et de tournage de films[6],[7],[Note 2].

Depuis 2008, l'historien Gaetan Delbarre (de Sainte Maxence) est conservateur des vestiges du château royal du Vivier entreprend la remise en valeur historique du site.

Il a en partie restauré la "tour des gardes" et y a entreposé des pièces de collections en rapport avec l'histoire du château, Il organise des visites guidée du domaine.

Il à aussi écrit un livre sur l’histoire du château et réalisé avec l'aide de Guillaume Roignant, historien spécialisé dans l'histoire de la ville de Compiègne une vidéo de modélisation du château royal du Vivier tel qu'il pouvait être avant son abandon.

https://m.youtube.com/watch?v=Y6R3MYsL19c

Classement à l'inventaire des monuments historiques[modifier | modifier le code]

Le château est classé sur la liste des monuments historiques de 1875, mais est déclassé par la suite : il ne figure pas dans l'inventaire publié au Journal officiel du 18 avril 1914.

Par la suite, les ruines du château, ainsi que les sols correspondant à l'emprise de cet ensemble castral, y compris celles des communs sont « classés » par arrêté du 31 octobre 1996[4].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Photo prise au début des années 1930.
  2. Jérémie Navarro a été gérant de la SARL C D V de juin 2006 à 2008 et non pas propriétaire du domaine comme l'écrit à tort Marie de Mazan sur son blog[8].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Père Anselme, Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France des Pairs, Grands officiers de la couronne et de la Maison du roi; et des grands barons, tome sixième, Paris, 1730, [lire en ligne].
  2. Louis Archon, Histoire de la Chapelle des rois de France, tome II, p. 284, Paris, 1711 ; selon l'abbé Archon, c'est le dauphin Charles qui y fait créer une sainte chapelle.
  3. a, b et c « De nombreux acquéreurs se succèdent au Vivier », sur le blog de Marie de Mazan, (consulté le 24 mai 2015).
  4. a et b Notice no PA00087348, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  5. « Présentation de la société C D V », sur le registre du commerce via le site société.com (consulté le 10 mai 2012).
  6. « Invitation au château royal du Vivier », sur le blog de Marie de Mazan, (consulté le 24 mai 2015).
  7. « Présentation », sur le site de la SARL C D V (consulté le 10 mai 2012).
  8. « Monsieur Navaro, nouveau propriétaire depuis 5 mois du Vivier », sur le blog de Marie de Mazan, (consulté le 24 mai 2015).