Château de Montmirail (Sarthe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Château de Montmirail
Image illustrative de l’article Château de Montmirail (Sarthe)
Début construction XIe siècle
Fin construction XIXe siècle
Protection Logo monument historique Inscrit MH (1964, 1995, 1996)
Coordonnées 48° 06′ 11″ nord, 0° 47′ 25″ est
Pays Drapeau de la France France
Région historique Pays de la Loire
Département Sarthe
Commune Montmirail
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Château de Montmirail
Géolocalisation sur la carte : Sarthe
(Voir situation sur carte : Sarthe)
Château de Montmirail

Situé dans le Perche-Gouët (dans l'est de la Sarthe) et culminant à 320 mètres, le château de Montmirail surplombe le village du même nom.

Historique[modifier | modifier le code]

Les grands événements[modifier | modifier le code]

Le château est bâti sur une motte castrale (ou une tour de bois sur un mont). C'est au IXe siècle que ce que l'on nomme un « château fort » est attesté à Montmirail. C'est durant cette période qu'ont lieu les invasions normandes (vikings). Une résistance se met en place autour des possessions de l'évêché de Chartres, dont font partie les terres de Montmirail. Pour « service rendu », l'évêque de Chartres fait don des terres du château à la famille Gouët, qui reste en possession des terres pendant près de six cents ans. Cette petite province du Perche est nommée « Perche Gouët », elle est constituée de 35 paroisses et 5 baronnies : Alluye-La-Belle, Montmirail-La-Superbe, la Bazoche-La-Gaillarde, Brou-La-Riche et Authon-La-Pouilleuse.

C'est sous l'un des descendants de Guillaume Gouët, en 1169, que le château accueille la rencontre entre le roi de France Louis VII le Jeune, Henri II Plantagenêt, roi d'Angleterre et Thomas Becket, archevêque de Canterbury. Les deux rois ont en commun la même épouse : en premières noces, Aliénor d'Aquitaine avait épousé le roi de France puis avait rompu ses noces pour se remarier avec Henri II Plantagenêt le roi d'Angleterre. Le royaume de France n'est alors plus qu'une enclave dans le royaume anglais. Le site de Montmirail est, de ce fait, idéalement situé pour accueillir les deux souverains, puisqu'il est à la frontière entre les deux territoires.

Deux raisons ont motivé cette entrevue :

Thomas Beckett était l'archevêque de Canterbury. À l'origine de la discorde, la place d'archevêque de Beckett. En effet, Henri II l'avait nommé archevêque dans l'espoir de pouvoir garder une mainmise sur la religion de son royaume. Mais Thomas Beckett a menacé d'excommunication le roi d'Angleterre. Ainsi, il se voit obligé de venir sous la protection du roi de France, qui souhaite réconcilier les deux hommes.

Dans le chœur de l'abbaye royale de Saint-Riquier, se voit encore, le tombeau de Jean V de Bruges.

Cette rencontre ne va aboutir qu'à l'assassinat de Thomas Becket, dans sa cathédrale de Canterbury, par deux chevaliers, armés de la main du roi d'Angleterre.

Au cours des nombreux conflits illustrant la Guerre de Cent Ans, le château de Montmirail lors de la Bataille de Baugé exposé aux assauts des anglo-bourguignons connu en mars 1421 un fait majeur à la suite de la mort de Thomas de Lancastre (1er duc de Clarence) . Voici selon les chroniques rendues par l'historien parisien Nicole Gilles , l'évocation de cet important fait historique , qui vit la délivrance du château de Montmirail par l'armée franco-écossaise commandée par Gilbert Motier de La Fayette et John Stuart de Buchan : " Puis s'en alla mondit seigneur le dauphin ( Charles VII ) régent au Mans et prindrent les françois, le chastel de Montmiral et la ville de Galardo ( Gallardon ) sur les bourguignons qui estoient alliez aux anglois. Et après s'en retourna mondit seigneur le dauphin à Amboise ". Dans sa Chronique de Charles VII, l'historien Jean Chartier, confirma également à l'identique, cette prise du château de Montmirail.

Au début du XVIe siècle, le château arriva en 1505 dans l'héritage de dame Marie de Melun d'Epinoy, descendante du Connétable Louis de Luxembourg-Saint-Pol, à qui appartint cette baronnie du Perche-Gouêt. Revenue de son mariage en Flandre en 1505 avec Jean V de Bruges , Marie de Melun et son Ier époux apportèrent quelques transformations , dont le fameux pignon flamand à degrés ( Pignon à gradins ) du château, directement inspiré de l'architecture brugeoise. L'église paroissiale de Montmirail conserve à cet effet, un témoin inestimable de ce mariage fait en 1505 : le vitrail ( début XVIe ) du mariage de Marie de Melun et de Jean de La Gruthuse, parfois appelé le retable, et miraculeusement épargné pendant les guerres de religion des déprédations des iconoclastes. Arrivée toute jeune du pays de Tournai, Marie de Melun n'eut en Perche-Gouêt, qu'un seul parent : Philippe de Luxembourg dit Le Cardinal du Mans. Devenue veuve en 1512 de Jean V de Bruges de La Gruthuse, Marie de Melun baronne de Montmirail après l'organisation de somptueuses funérailles rendues à son Ier époux à l'Abbaye de Saint-Riquier, se remaria en 1513 au célèbre maréchal de la Palice. Le légendaire compagnon d'armes de François Ier et du chevalier Pierre Terrail de Bayard, Jacques II de Chabannes et Marie de Melun commencèrent vers cette époque, la première édification du castelet, en style renaissance.

L'édifice passe ensuite aux mains de Louis-Armand de Condé prince de Conti. Celui-ci a épousé la fille illégitime de Louis XIV : Marie-Anne de Bourbon, la princesse de Conti. Cette-dernière hérite du château à la mort de son époux en 1685. Elle prend la décision de vendre le château au marquis de Neuilly en 1719. À partir de ce jour, le château ne sera hérité que par les femmes, d'où les changements de nom successifs sans pour autant que le monument ne change de mains.

Les grandes figures du château[modifier | modifier le code]

Architecture[modifier | modifier le code]

Les parcs et les dépendances[modifier | modifier le code]

L’aspect extérieur du château est surprenant car il porte les témoignages de plusieurs siècles d’architecture. Entre château d'habitation et château fort, le site de Montmirail est exceptionnel : toutes les époques de construction sont représentées. Le soubassement (cachots et salles d'armes) date des XIIe et XVe siècles. Les façades, bien que remaniées, et une des portes datent de la Renaissance (XVIe siècle). La grande Tour (ou Observatoire) a été construite au XIXe siècle et s'élève à une trentaine de mètres au-dessus du sol. Depuis la terrasse du parc, la vue sur le Perche Sarthois est panoramique. Sont toujours debout les écuries, le pigeonnier, les métairies et le logement du jardinier. Enfin, une glacière (la plus grande du département), permettait, encore au début du siècle dernier, de conserver les aliments.

Intérieur[modifier | modifier le code]

Dans le château, la même superposition d'époques se retrouve. En effet, les salles d'armes et l’un des cachots datent du XVe siècle. Les deux autres cachots, plus profonds, datent du XIIe siècle. Á l'étage, c'est le château d'habitation qui prend le dessus sur l'édifice médiéval. En effet, la salle à manger date du XVIIIe siècle et est garnie d'un poêle hollandais, d'un lustre et de porcelaines diverses datant de la même époque. Les pièces voisines sont des salons datant des XVIIe – XVIIIe siècles. L'un deux (le Grand Salon) est classé, ainsi que ses fauteuils, consoles en marbre et boiseries. Enfin, le tableau de la Princesse de Conti est toujours en place dans le château.

Le château aujourd’hui[modifier | modifier le code]

Un château classé[modifier | modifier le code]

Le château en 2011.

Le château a fait l'objet de plusieurs inscriptions au titre des monuments historiques[1] :

  • Depuis le 15 juin 1964 pour les façades et les toitures ainsi que deux pièces du XVIIIe siècle ornées de boiseries.
  • Depuis le 8 novembre 1995 pour l'ensemble du bâtiment ainsi que le parc et le jardin.
  • Depuis le 15 mai 1996 pour des bâtiments annexes (logement du jardinier, métairie).

Restaurations successives[modifier | modifier le code]

Le château est étonnamment bien conservé et a toujours été habité. Les salles d'armes et les cachots ont été restaurés il y a 20 ans. Le sol en terre battue a été déblayé et refait en dur et les murs ont été nettoyés. Rien n'a été re-sculpté ou rebouché (mis à part les endroits où l'électricité a été passée). À l'étage, le Grand Salon a été nettoyé dans les années 1970, surtout les boiseries classées.

Actuellement, le château est de nouveau en cours de rénovation (à la suite du changement de propriétaire intervenu fin 2015).

Un monument historique ouvert au public[modifier | modifier le code]

Le château est ouvert au public à partir du mois d'avril et toute l'année pour les groupes sur rendez-vous.

Le parc est en visite libre.

Le château n'est accessible qu'en visite guidée (français et anglais).

Ouverture et horaires :

  • Du 5 avril 2020 au 20 septembre 2020 : tous les dimanches et jours fériés de 14h00 à 18h30.
  • Du 6 juillet 2020 au 30 août 2020 : tous les jours sauf le samedi, de 11h à 12h30 et de 14h00 à 18h30
  • De 18 octobre 2020 au 1 novembre 2020 : tous les dimanches et jours fériés de 14h00 à 18h30

Les visites de groupes (15 personnes minimum) sont possibles sur réservation.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Source familiale
  • Guides

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]