Centrale des syndicats du Québec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Centrale des syndicats du Québec (CSQ)
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Centrale syndicale
Zone d’influence Drapeau : Québec Québec
Fondation
Fondation 1946
Identité
Siège Montréal, Québec
Présidente Sonia Éthier
Vice-présidents Line Camerlain
Anne Dionne
Mario Beauchemin
Directrice générale Marjolaine Perreault
Secrétaire Luc Beauregard
Trésorier Luc Beauregard
Affiliation internationale Internationale de l'éducation, Internationale des services publics, Comité syndical francophone de l'éducation et de la formation, Comité syndical consultatif de l'OCDE
Financement Cotisation syndicale
Membres 245 associations (2010)
200 000 membres
Employés 200
Représentativité Éducation, enseignement supérieur, santé et services sociaux, petite enfance, communications, loisirs, communautaire
Slogan Au service des personnes.
En mouvement avec son temps
Site web [1]

Notes

Nom natif : Corporation générale des instituteurs et institutrices catholiques de la province de Québec (CIC) (1946-1967)
Devenu : Corporation des enseignants du Québec (CEQ) (1967-1974)
Devenu : Centrale de l'enseignement du Québec (CEQ) (1974-2000)

La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) est une centrale syndicale québécoise qui regroupe des syndicats œuvrant principalement dans le domaine de l’éducation. Avec près de 200 000 membres, c'est le troisième plus important regroupement syndical au Québec après la FTQ et la CSN. La CSQ regroupe ses syndicats locaux affiliés en huit 11 fédérations qui représentent chacune un secteur d'activité. La CSQ est membre de l'Internationale de l'éducation (IE) et à l'Internationale des services publics (ISP).

D’abord constituée comme la Corporation générale des instituteurs et institutrices catholiques en 1946, il faut attendre août 1967 pour la constitution de la Corporation des enseignants du Québec qui prend le rôle d'organisation syndicale. L'association de défense devient réellement une centrale syndicale en 1974; la Centrale de l'enseignement du Québec (CEQ). Avec les années la CEQ représente de plus en plus de travailleurs hors de l'enseignement. Elle devient la Centrale des syndicats du Québec en 2000. La CSQ regroupe aujourd'hui plus de 240 syndicats qui couvrent près de 300 titres d'emploi dans les secteurs de l’éducation, des services de garde, de la santé et des services sociaux de même que dans les communications, le communautaire, les loisirs et le municipal[1]. Sa présidente actuelle est Sonia Éthier.

En plus d'être le principal syndicat de l'enseignement et de la petite enfance au Québec, la CSQ est la centrale comptant la plus grande proportions de femmes, soit 75% des membres.

Profil[modifier | modifier le code]

En juin 2000, la Centrale de l'enseignement du Québec changeait de nom pour devenir la Centrale des syndicats du Québec. La CSQ succédait ainsi à la CEQ afin de mieux rendre compte de son évolution, de sa diversité. La CSQ regroupe du personnel enseignant, professionnel et de soutien des commissions scolaires, des cégeps et des universités, des intervenantes en garderie, des infirmières et du personnel du secteur de la santé et des services sociaux ainsi que des travailleur(se)s des communications, du communautaire et du loisir. Elle compte également en ses rangs une association de retraité(e)s, l'AREQ avec ses 55 000 membres, qui ajoute une autre dimension à sa force représentative.

Les membres des syndicats affiliés sont très majoritairement des femmes (77 %) et se retrouvent dans environ 350 corps d'emplois, allant du personnel enseignant de tous les ordres d'enseignement au personnel d'inspection de l'industrie de la construction, en passant par des membres du personnel infirmier ou de la petite enfance.

Administration[modifier | modifier le code]

Présidents[modifier | modifier le code]

Fédérations[modifier | modifier le code]

La CSQ compte 11 fédérations[2] qui regroupent environ 245 syndicats affiliés en fonction des secteurs d’activité de leurs membres. Ces dernières sont :

Éducation primaire et secondaire[modifier | modifier le code]

Éducation - Enseignement supérieur[modifier | modifier le code]

Santé et services sociaux[modifier | modifier le code]

Loisir, culture et communautaire[modifier | modifier le code]

Associations[modifier | modifier le code]

La CSQ est également composée d'une association :

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Profil de la CSQ », sur CSQ.qc.net, (consulté le 12 juillet 2012)
  2. Présentation des fédérations sur le site officiel de la CSQ

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anik Meunier et Jean-François Piché (préf. Jacques Rouillard), Une histoire du syndicalisme enseignant : de l'idée à l'action, Montréal, Presses de l'Université du Québec, , 232 p. (ISBN 978-2-7605-3377-6, présentation en ligne)
  • Origine et développement de la CSQ : origine de la CIC-CEQ (1936-1969), la CEQ de 1970 à 1984, Québec, CSQ, , 26 p. (lire en ligne)
  • Jacques Rouillard, L’expérience syndicale au Québec : ses rapport avec l'État, la nation et l'opinion publique, Montréal, VLB éditeur, , 400 p. (ISBN 978-2-89649-012-7, présentation en ligne)
  • Pierre Graveline, Une histoire de l'éducation au Québec, Montréal, Bibliothèque québécoise, (1re éd. 2003), 162 p. (ISBN 978-2-89406-286-9)
  • Marie Gagnon (textes colligés et présentés par), De mémoire vive : la CSQ depuis la Révolution tranquille, Outremont, Lanctôt éditeur, , 443 p. (ISBN 2-89485-257-6)
  • Jacques Rouillard, Le syndicalisme québécois : deux siècles d'histoire, Montréal, Éditions du Boréal, , 335 p. (ISBN 2-7646-0307-X, présentation en ligne)
  • Michel Giroux, Les souvenirs de Laure Gaudreault. Une chronique du journal l'Enseignement, 1966-1967, Québec, Centrale de l'enseignement du Québec, , 85 p.
  • Programme-souvenir du premier congrès de la Fédération catholique des institutrices rurales de la province de Québec, La Malbaie, Imprimerie de Charlevoix, , 11 p. (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]