Catherine Goldstein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Catherine Goldstein (née le 5 juillet 1958 à Paris) est une mathématicienne française et historienne des mathématiques.

Catherine Goldstein et James Ritter à Oberwolfach en 2005 (coll. MFO[1]).

Elle a étudié de 1976 à 1980 à l'École normale supérieure (agrégation de mathématiques en 1978) et a soutenu en 1981, à l'université Paris-Sud (Orsay), une thèse dirigée par John Coates (Fonctions L p-adiques (en) et théorie d'Iwasawa). Elle a travaillé à partir de 1980 comme chargée de recherches à l'université Paris-Sud et depuis 2003, elle est directrice de recherches à Institut de mathématiques de Jussieu. En 1995-96 et 1998, elle a été professeur invitée à l'Institut Max-Planck d'histoire des sciences à Berlin.

Catherine Goldstein a commencé sa carrière en théorie des nombres. Depuis les années 1990, elle travaille surtout sur l'histoire de cette théorie et ses acteurs, comme Fermat, Hermite et Gauss.

Sélection de publications[modifier | modifier le code]

  • (de) « Algebra in der Zahlentheorie von Fermat bis zu Lagrange », dans Erhard Scholz, Geschichte der Algebra, B.I. Wissenschaftsverlag,
  • (fr) Un théorème de Fermat et ses lecteurs. En: Histoires de science. Presses Universitaires de Vincennes, Saint-Denis 1995, 232 p., (ISBN 2-910381-10-2)
  • (en) The Shaping of Arithmetic, after C.F. Gauss's Disquisitiones Arithmeticae, Springer, 2007 [détail des éditions] : coéditrice avec Norbert Schappacher (de) et Joachim Schwermer (de) ainsi qu'auteur des chapitres « The Hermitian Form of Reading the Disquisitiones » et, avec Schappacher, « A Book in Search of a Discipline (1801-1860) » et « Several Disciplines and a Book (1860-1900) »

Note et référence[modifier | modifier le code]

(de) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « Catherine Goldstein » (voir la liste des auteurs).

Liens externes[modifier | modifier le code]