Cathédrale Saint-André de Wells

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cette cathédrale n’est pas la seule cathédrale Saint-André.
Cathédrale Saint-André
Image illustrative de l'article Cathédrale Saint-André de Wells
Présentation
Nom local Cathedral of Saint Andrew
Culte Anglican
Type Cathédrale
Début de la construction 1180
Fin des travaux 1490
Style dominant Gothique
Site web http://www.wellscathedral.org.uk/
Géographie
Pays Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Région Somerset
Ville Wells
Coordonnées 51° 12′ 37″ nord, 2° 38′ 36″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Angleterre

(Voir situation sur carte : Angleterre)
Cathédrale Saint-André

Géolocalisation sur la carte : Somerset

(Voir situation sur carte : Somerset)
Cathédrale Saint-André

La cathédrale Saint-André est une église anglicane située à Wells (Somerset), en Angleterre. Ce vaste édifice est l'église-mère du diocèse de Bath et Wells.

Saint-André de Wells est parfois décrite comme « la plus poétique des cathédrales anglaises »[1]. Construite de 1180 à 1490, elle mêle différents courants de l'architecture gothique anglaise (Early english, Decorated et Perpendicular)[2].

Une des innovations majeures de cet édifice est l'addition au XIVe siècle des « arcs renversés » ou « arcs en ciseaux » au niveau de la croisée du transept. Ce procédé, qui rompt la monotonie des traditionnelles séquences d'arcs ogivaux, permet de supporter et de mieux répartir le poids du clocher qui s'élève à cet emplacement et soutenir les piles endommagées lors d'un tremblement de terre au XIIIe siècle[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'édifice actuel est bâti à l'emplacement d'une première église érigée par le roi Ina de Wessex[3], en 705. Cette dernière prend le titre de cathédrale en 909, lors de la création du diocèse de Wells, dont le premier évêque est Athelm. Considérée comme vétuste par les autorités ecclésiastiques au XIIe siècle, elle est remplacée par la cathédrale actuelle, dont le chantier, ouvert par l'évêque Reginald de Bohun, débute en 1180 (creusement des fondations). L'ancienne cathédrale est progressivement détruite (1196) afin de laisser la place au nouvel édifice[4].

Le gros-œuvre (chœur, travées orientales de la nef, transept) est achevé en 1239. Ces parties de l'édifice sont caractéristiques du gothique primitif anglais (dit Early english).

Les travaux se poursuivent au XIIIe siècle sous la direction de l'évêque Jocelyn de Wells (travées occidentales de la nef, façade). La tour de la croisée du transept, soutenue par un système complexe d'arcs renversés, le bâtiment du chapitre et les différentes dépendances du palais épiscopal sont édifiés entre le XIIIe et XVe siècle, sous l'action de plusieurs évêques dynamiques, dont John Drokensford, Ralph de Shrewsbury et John Harewell.

La cathédrale subit une grande campagne de restauration au milieu du XIXe siècle, au cours de laquelle les fresques médiévales sont purement et simplement grattées ou recouvertes de chaux.

Architecture[modifier | modifier le code]

Cet édifice présente une synthèse de différents courants de l'architecture gothique anglais, passant du gothique primitif pour les parties les plus anciennes au gothique décoré ou curvilinéaire, puis au gothique perpendiculaire (dernière période du gothique anglais).

Principal accès à la cathédrale, la façade occidentale tient sa monumentalité tout à la fois de ses grandes dimensions (45 mètres de long) et du volume de ses deux tours d'angle, dotées de puissants contreforts sculptés qui contribuent avec force à la verticalité de l'ensemble. Le soin apporté au traitement iconographique se traduit par une profusion de statues (plus de 300)[5] dont certaines portent encore des traces de polychromie[2].

L'intérieur du sanctuaire est basé sur le traditionnel plan en croix latine, commun à de nombreuses cathédrales de cette époque. La nef, flanquée de bas-côtés, est divisée en dix travées couvertes de croisées d'ogives quadripartites. La perspective est cependant coupée par une curieuse structure en « arc renversé » ou « en ciseau » qui marque la séparation de la nef et de la croisée du transept. Cette innovation permet de soutenir et de répartir le poids de la tour qui s'élève à cet emplacement.

Les six travées du chœur sont couvertes de voûtes au dessin compliqué, marque caractéristique du gothique décoré, qui s'apparente au gothique flamboyant. Dans la chapelle de la Vierge, le dessin des nervures se complique encore pour former une spectaculaire voûte en étoile, tandis que de grandes baies laissent abondamment pénétrer la lumière.

Parmi les éléments de mobilier figurent une horloge mécanique datant du XIVe siècle, ainsi que des grandes orgues réalisées par le facteur Willis en 1857[6].

Utilisation cinématographique[modifier | modifier le code]

En 2010, la cathédrale a servi de décor pour la mini-série les Piliers de la Terre, adaptée du roman éponyme de Ken Follett.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. The cathedrals of England, par Alec Clifton-Taylor, éditions Thames and Hudson, 1967, p. 288
  2. a et b Cathédrales du Monde, par Graziella Leyla Ciagà, éditions White Star, 2006, p. 94
  3. a et b Larousse des cathédrales, par Gérard Denizeau, 2009, p. 144
  4. History of the cathedral
  5. Architecture of the cathedral
  6. Orgues et Vitraux

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]