Carla Fracci

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Carla Fracci
Image dans Infobox.
Carla Fracci et Fabio Grossi en 2006.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
MilanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Carolina FracciVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Formation
Accademia Teatro alla Scala (d)
École de ballet de La ScalaVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Fratrie
Marisa Fracci (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Beppe Menegatti (en) (de à )Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Carla Fracci, née le à Milan et morte dans la même ville le , est une danseuse italienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carla Fracci est née à Milan en 1936 d'un père alpin et d'une mère ouvrière. En 1946, à l'âge de 9 ans, sa mère l'emmène à l'école de ballet de La Scala de Milan. Être admise dans cet établissement est une façon pour une enfant de famille modeste de disposer d'une éducation gratuite et d'une profession. Elle est reçue dernière des 35 candidates[1]. Elle y étudie la danse classique de 1946 à 1954, notamment avec Vera Volkova : elle bénéficie ainsi d’une double tradition classique, milanaise et pétersbourgeoise [2],[3].

Engagée en 1954 dans la troupe de La Scala, elle est nommée étoile en 1958[2],[3]. Elle quitte cette compagnie en 1963, se considérant sous-employée et mal payée. Avec l'aide de son mari, Beppe Menegatti, metteur en scène de théâtre, elle décide de devenir indépendante[1]. Elle est appréciée de chorégraphes comme John Cranko ou Roland Petit, pour ses interprétations très personnelles qui traduisent l'émotion des personnages féminins qu'elle incarne sur les planches. Elle se consacre aussi à des créations originales, par exemple sur des œuvres de Mario Pistoni en 1966, ou de Roland Petit en 1996, ou à des reconstitutions de danse d’Isadora Duncan par Millicent Hodson, en 1990[2],[3].

Dans les années 1970, ses interventions au Festival de Vérone rencontrent un succès populaire. À la fin des années 1980, elle dirige le corps de ballet du Teatro San Carlo de Naples, les Ballets des Arènes de Vérone de 1995 à 1997, puis du Ballet de l'Opéra de Rome en 2002, poste qu'elle occupe pendant dix ans. Utilisant sa notoriété auprès du grand public, elle participe à la vitalité de la scène chorégraphique italienne[2],[3].

Le 15 octobre 2004, elle est nommée Ambassadrice de bonne volonté de l’Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO)[4]. En outre, de 2009 à 2014, elle est conseillère pour la culture de la province de Florence. Le , elle a présente le livre Ballerina écrit par l'auteur Roberto Baiocchi, publié par la maison d'édition Giunti à Florence, dont elle a signé la préface. Le , le sénat de la République italienne lui décerne la Médaille du mérite de la culture et de l'art.

Carla Fracci est morte le à l'âge de 84 ans dans sa maison de Milan, après une longue maladie[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Ludina Barzini, « Carla Fracci, 'Prim Ballerina Assoluta' », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  2. a b c et d Sylvie Jacq-Mioche, « Fracci Carla », dans Philippe Le Moal (dir.), Dictionnaire de la danse, Éditions Larousse, , p. 166
  3. a b c et d Sylvie Jacq-Mioche, « Fracci, Carla [Milan 1936] », dans Béatrice Didier, Antoinette Fouque et Mireille Calle-Gruber (dir.), Le Dictionnaire universel des créatrices, Éditions des femmes, , p. 1612
  4. (en) « The Goodwill Ambassadors of the Food and Agriculture Organization of the United Nations. Carla Fracci », sur le site de Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture
  5. (it) redazione tgcom24, « Carla Fracci è morta, l’étoile della Scala si è spenta a 84 anni nella sua Milano », sur Tgcom24, (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]