Canadian Warplane Heritage Museum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Canadian Warplane Heritage Museum
Warplane Heritage.JPG
Informations générales
Site web
Localisation
Adresse
Coordonnées

Le Canadian Warplane Heritage Museum (CWH) est un musée aéronautique situé à Hamilton (Ontario). Le musée possède et expose 47 aéronefs : avions à réaction militaires, avions à hélice et hélicoptères.

Historique[modifier | modifier le code]

L'histoire du CWH commence en 1972 à Hamilton (Ontario), une ville industrielle d'environ 300 000 habitants, à peu près à mi-distance entre Toronto et Niagara Falls, une ville que rien, en apparence, ne distingue de centaines d'autres villes similaires sur le continent nord-américain. Deux passionnés d'aviation, Dennis Bradley et Alan Ness, étaient propriétaires d'avions légers et membres du même aéro-club. Ils évoquaient régulièrement l'idée d'acquérir et de restaurer un warbird (avion militaire ancien). Un jour, l'occasion se présenta d'acheter un Fairey Firefly à un collectionneur en Georgie. L'avion fut ramené en vol au Canada. Entièrement restauré et repeint aux couleurs de la Royal Canadian Navy (qui avait utilisé cet avion après la Seconde Guerre mondiale), il eut beaucoup de succès au meeting aérien d'Oshkosh de 1972[1].

Cette même année, Bradley et ses amis créérent la société à responsabilité limitée Canadian Warplane Heritage, et débutèrent des négociations avec les autorités canadiennes pour obtenir le statut de fondation charitable, ce qui fut obtenu en 1973. La recherche d'avions anciens à acheter et restaurer s'intensifia[1].

En 1972, les forces armées canadiennes radièrent les de Havilland Canada DHC-1 Chipmunk , et l'un d'eux fut racheté par la CWH. En 1973, ce fut le tour d'un Supermarine Seafire Mk.XV, qui était utilisé par les pompiers pour les exercices à Dartmouth, en Nouvelle-Écosse. À l'été 1973, un de Havilland DH.82 Tiger Moth fut également retrouvé et acheté. Dennis Bradley acheta un FG-1D (variante du Chance Vought F4U Corsair construit par Goodyear) en parfait état de vol à un collectionneur de Tulsa, Oklahoma, et le ramena en vol au Canada. Il fut entièrement révisé et repeint aux couleurs de la Fleet Air Arm[1].

Afin de mettre un terme à la dissémination des avions à travers l'Ontario, il devenait urgent de leur trouver un emplacement unique permanent. Le choix se porta sur Hamilton, où se trouvaient déjà de nombreux avions. Un hangar fut acheté à Condor Aviation, et après quelques aménagements, toute la collection y fut regroupée en 1975[1].

En avril 1975, un North American B-25J « Mitchell » fut acheté dans le Delaware. Il s'agissait de la version au nez plein, transformé en avion de transport. Une équipe de mécaniciens se rendit sur place et passa une semaine à le remettre en état de vol pour le ramener à Hamilton. Quelques mois plus tard, repeint aux couleurs du Squadron 98 de la Royal Air Force et muni d'un armement factice, l'avion rejoignait la collection[1].

En juin 1975, la lecture des petites annonces permit de racheter l'épave d'un Westland Lysander. Le vendeur, qui habitait Edmonton, l'avait récupérée avec d'autres dans un parc à ferraille. La cellule était nue et dépouillée de tout équipement, mais compte tenu de la rareté de l'avion, il fut néanmoins décidé de l'acheter. Il fut mis en caisses, expédié à Hamilton et stocké dans le hangar[1].

Toujours en 1975, fut acheté un très rare Cessna T-50 Crane, qui rejoignit Hamilton par ses propres moyens[1].

En 1976, un General Motors TBM Avenger fut acheté en Californie à la collection Planes of the Fame. Sa restauration prit près de deux ans, et ce n'est qu'en mars 1978 que l'avion reprit l'air, splendide dans sa livrée de la Royal Canadian Navy. Cette année-là, un Fleet Fawn fut offert au CWH. Ce petit avion d'entraînement, construit à la fin des années 1920, avait échoué à Orlando (Floride), et il retrouva son pays d'origine[1].

Fin 1976, deux membres du CWH annoncèrent à Dennis Bradley qu'ils avaient trouvé un Avro Lancaster. L'avion appartenait à une association d'anciens combattants et était en exposition statique à Goderich dans l'Ontario. Après de longues tractations, l'avion fut offert au CWH le 1er juillet 1977 (Dominion Day). Après avoir démonté tout ce qui pouvait l'être (ailes, moteurs, etc.), le Lancaster fut emporté par un Chinook des Forces armées canadiennes, et déposé devant le hangar de Hamilton après un vol de plus de 200 kilomètres[1].

Le , le CWH fut endeuillé par la perte d'un de ses fondateurs, et de sa pièce la plus rare. Alan Ness avait décollé à bord du Fairey Firefly pour un vol de routine, quand il s'écrasa à la surface du lac Ontario, probablement désorienté par l'une des nombreuses nappes de brouillard que l'on trouve à la surface du lac. Un nouveau Firefly fut acheté en 1979 en Australie, et arriva à Hamilton en septembre 1980. Depuis, le CWH ne cesse d'acheter et de restaurer des avions anciens[1].

Collection[modifier | modifier le code]

Le musée possède les aéronefs suivants :

Avions de chasse à hélice[modifier | modifier le code]

Avions d'entraînement ou de transport[modifier | modifier le code]

Avions de chasse à réaction[modifier | modifier le code]

Bombardiers[modifier | modifier le code]

Le CWH a possédé un Douglas B-26 Invader. Construit en 1945 (serial 44-34313) et immatriculé C-GHLK, cet avion faisait partie des B-26 utilisés au Canada comme bombardier d'eau pour lutter contre les feux de forêt[3]. Lors de sa restauration, les membres du CWH ont découvert qu'il avait servi dans l'armée de l'air française, et combattu durant la guerre d'Indochine au sein du Groupe de bombardement 1/19 Gascogne de 1951 à 1955. Une souscription fut lancée, au Canada comme en France, afin de collecter des fonds pour le restaurer aux couleurs françaises. Sa restauration achevé, l'avion fut baptisé le . C'était le plus gros warbird au monde aux couleurs de l'armée de l'air[4].

Avions de lutte anti-sous-marine[modifier | modifier le code]

Avions d'observation[modifier | modifier le code]

Avions d'entraînement monomoteurs[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i et j Lucien Morareau, « L'histoire du Canadian Warplane Heritage », Le Fana de l'Aviation, no 145,‎ , p. 54-58.
  2. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac ad ae af ag ah ai aj ak al et am (en) « Aircraft Collection », sur Canadian Warplane Heritage Museum, (consulté le 19 novembre 2018).
  3. Denis Bradley et Jean Antikian, « Denis Bradley et le B-26 "Invader" », Le Fana de l'Aviation, no 271,‎ , p. 32-36.
  4. Thierry Thomassin, « Notre cocarde au Canada », Le Fana de l'Aviation, no 263,‎ , p. 6.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lucien Morareau, « L'histoire du Canadian Warplane Heritage », Le Fana de l'Aviation, no 145,‎ , p. 54-58.

Liens externes[modifier | modifier le code]