Brigitte Giraud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Brigitte Giraud
BrigitteGiraud,2012.JPG
Brigitte Giraud en 2012.
Biographie
Naissance
Nationalité
Domiciles
Activités
Autres informations
Genre artistique
Distinctions
Prix Goncourt ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Liste détaillée
Prix Goncourt de la nouvelle ()
Prix du Jury Jean-Giono (d) ()
Officier des Arts et des Lettres‎ ()
Prix Goncourt ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales

Brigitte Giraud, née en 1966 à Sidi Bel Abbès en Algérie française, est une écrivaine française, auteure de romans et de nouvelles. Elle reçoit le prix Goncourt 2022 pour son roman Vivre vite.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née en 1966[1],[2], Brigitte Giraud grandit à Rillieux-la-Pape avant de s’installer à Lyon[3].

Libraire, journaliste, elle écrit et commence à publier à la fin des années 1990[1]. Elle reçoit en 2001 la mention spéciale du prix Wepler pour À présent[4]. Elle est lauréate du prix Goncourt de la nouvelle en 2007 pour son recueil L'amour est très surestimé, puis du prix Jean-Giono pour Une année étrangère en 2009. Ses livres sont traduits dans une vingtaine de pays.

Elle a notamment créé[5] :

  • en 2008, une lecture musicale de Avec les garçons, avec le musicien Fabio Viscogliosi ;
  • en 2011, la lecture dansée BG/BG Parce que je suis une fille, avec la chorégraphe Bernadette Gaillard ;
  • en 2014, une lecture musicale, L'Amour ping-pong, avec le musicien Albin de la Simone.

Son roman Pas d'inquiétude fait l'objet d'une adaptation par France 2 (diffusée en 2014), réalisée par Thierry Binisti, avec Isabelle Carré et Grégory Fitoussi dans les rôles principaux.

Son roman publié en 2015 Nous serons des héros est mis en espace par le comédien Hippolyte Girardot et le musicien Bastien Lallemant.

Elle est l'auteure d'une pièce de théâtre, Le jour où Maud a sauté, publiée dans le recueil Scandale aux éditions L'avant-scène théâtre en 2016, et jouée au théâtre des Mathurins, à Paris, en janvier 2017, dans le cadre du « Paris des femmes ».

De 2010 à 2016, elle dirige la collection de littérature « La Forêt » aux éditions Stock, où elle publie Fabio Viscogliosi, Dominique A, Sébastien Berlendis, Mona Thomas, Carole Allamand, Karin Serres, Anne Savelli, Lionel Tran ou Denis Michelis.

Son roman Un loup pour l'homme sort chez Flammarion en 2017 et fait l'objet d'une lecture musicale avec les musiciens Bastien Lallemant et Sébastien Souchois. Il est en cours d'adaptation au cinéma[6].

Le 3 novembre 2022, elle obtient le prix Goncourt 2022, avec son récit Vivre vite, qui revient sur l'accident de moto qui a emporté son mari, en 1999, à l’âge de 41 ans[7]. Elle est la treizième femme à recevoir ce prix en cent vingt ans (depuis 1903)[8]. Elle est sacrée au quatorzième tour du scrutin, du fait d'une confrontation disputée avec l'ouvrage très différent de Giuliano da Empoli Le Mage du Kremlin[9].

Décoration[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • La Chambre des parents, Fayard, 1997
  • Nico, Stock, 1999
  • Marée noire, Stock, 2004[11]
  • J’apprends, Stock, 2005[12]
  • Une année étrangère, Stock, 2009[13]Prix du jury Jean-Giono 2009
  • Pas d’inquiétude, Stock, 2011
  • Avoir un corps, Stock, 2013
  • Nous serons des héros, Stock, 2015
  • Un loup pour l'homme, Flammarion, 2017[14]
  • Jour de courage, Flammarion, 2019, 160 pages (ISBN 978-2-0814-6977-8)
  • Porté disparu, l'École des loisirs, 2022, 168 pages (ISBN 9782211319133)

Récits[modifier | modifier le code]

Nouvelles[modifier | modifier le code]

Recueils[modifier | modifier le code]

Participation et collaborations[modifier | modifier le code]

  • « Bowling » in Tout sera comme avant, collectif, Verticales, 2004 (ISBN 2-84335-198-7) – d'après l'album homonyme de Dominique A
  • Une nouvelle dans Dix ans sous la Bleue, collectif, Éditions Stock, 2004
  • « Beau repaire », collectif avec Jacques Higelin, Sony Music 2013
  • « Bienvenue ! 34 auteurs pour les réfugiés », collectif, éditions Point Seuil 2015
  • « Se brûler sur ta lampe » in Vacances à Véga, journal de l'enregistrement de La maison haute, album de Bastien Lallemant, Zamora records 2015

Prix et sélections[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Sélections[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Brigitte Giraud », sur Evene/Le Figaro.
  2. « Brigitte Giraud : "Ce livre est à la croisée de toutes mes obsessions" », sur France Culture, (consulté le ) : « Interview audio, la date de naissance de 1960 est précisée par l'auteur à 3 minutes 20 secondes. »
  3. Mathilde Beaugé, « La Lyonnaise Brigitte Giraud reçoit le prix Goncourt 2022 », Tribune de Lyon,‎ (lire en ligne).
  4. « PRIX », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. « Brigitte Giraud : "La retenue est ce qui me touche le plus dans le monde" », France Culture,‎ (lire en ligne).
  6. Vincent Raymond, « Un loup pour l'homme… et pour le cinéma », Le Petit Bulletin,‎ (lire en ligne).
  7. a et b « Prix Goncourt 2022 en direct : Brigitte Giraud lauréate pour son roman Vivre vite », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. « Brigitte Giraud, prix Goncourt 2022 pour "Vivre vite" », sur radiofrance.fr, .
  9. « Brigitte Giraud remporte le Goncourt avec "Vivre vite", 13e autrice sacrée en 120 ans », sur L'Express, .
  10. Aurélie Filippetti, « Arrêté du 16 janvier 2014 portant nomination et promotion dans l'ordre des Arts et des Lettres », ministère de la Culture et de la Communication, (consulté le ).
  11. Martine Laval, « Marée noire de Brigitte Giraud - Les absents font toujours tort », Télérama,‎ , p. 39
  12. Christine Rousseau, « Brigitte Giraud et la quête des origines », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. Christine Rousseau, « "Une année étrangère", de Brigitte Giraud », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  14. Mohammed Aïssaoui, « Un loup pour l'homme, de Brigitte Giraud : chronique des années de braise et de silence », sur Le Figaro, (consulté le )
  15. Christine Rousseau, « Brigitte Giraud, après l'amour », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  16. Raphaëlle Leyris, « Goncourt des lycéens : Alice Zeniter récompensée pour L’Art de perdre », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :