Giuliano da Empoli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Giuliano da Empoli
DaEmpoli09.jpg
Giuliano da Empoli lors de la conférence Cortina Incontri, en 2005.
Biographie
Naissance
Nationalités
Formation
Activités
Parentèle
Attilio da Empoli (d) (grand-père)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Membre de
Italy–USA Foundation (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction

Giuliano da Empoli, né en à Neuilly-sur-Seine, est un écrivain et conseiller politique italo-suisse[N 1]. Il est le président de Volta, un think tank basé à Milan, et enseigne à Sciences-Po Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît en 1973 à Neuilly-sur-Seine et grandit entre Bruxelles, Paris et Rome. Son père, l'économiste Antonio da Empoli, a notamment travaillé pour l'OCDE ; il est blessé lors d’un attentat terroriste à Rome en 1986[3].

Giuliano da Empoli est diplômé en droit de l'université « La Sapienza » à Rome et en sciences politiques de l'Institut d'études politiques de Paris[3].

Ancien adjoint au maire de Florence[4] chargé de la Culture[5], il a été le conseiller politique du président du Conseil italien Matteo Renzi[6],[3].

Il a été membre du conseil d'administration de la Biennale de Venise[7] et président du cabinet Vieusseux[8] à Florence.

De 2006 à 2008, il est le conseiller du ministre de la Culture et vice-président du Conseil des ministres italien Francesco Rutelli[3].

Il est membre de la Fondation Italie-États-Unis[9].

En 2016, il fonde[10] le think tank Volta[11],[3], membre du réseau Global Progress[12] dont la vocation est de donner vie à un groupe de réflexion de nouvelle génération, abordant des thèmes liés aux évolutions du monde contemporain tout en prenant en compte l'histoire et la culture italiennes[13].

Ayant mis un terme à son engagement politique, il enseigne la politique comparée à Sciences-Po Paris. Son cours a pour sujet : « De la poésie à la prose de la politique », en référence à la citation de l'homme politique américain Mario Cuomo, selon qui « on fait campagne électorale en poésie, on gouverne en prose »[3].

Écrivain et journaliste[modifier | modifier le code]

Depuis 1996, il publie régulièrement des articles et des éditoriaux dans les principaux journaux italiens, parmi lesquels le Corriere della Sera, La Repubblica, Il Sole 24 Ore et Il Riformista.

Il anime une émission radiophonique hebdomadaire sur la principale radio d'informations économiques en Italie, Radio 24.

En tant qu'auteur et commentateur politique, il intervient régulièrement dans des émissions télévisées et radiophoniques en Italie et en France[14].

À l'âge de 22 ans, il publie son premier livre[15], Un grande futuro dietro di noi, un essai à propos des difficultés rencontrées par les jeunes Italiens. Cette publication a fortement animé le débat national en Italie et poussé le journal La Stampa à le désigner « Homme de l'année »[16].

Depuis, il publie de nombreux autres essais qui analysent les mobilités et les changements sociaux, ainsi que l'impact de la nouvelle économie et ses effets sur la politique.

Son essai consacré aux spin doctors nationaux-populistes (Les Ingénieurs du chaos, Lattès, 2019) est traduit en douze langues.

En 2022 sort Le Mage du Kremlin, son premier ouvrage de fiction, qui dresse le portrait de Vadim Baranov, une éminence grise de Vladimir Poutine, personnage inspiré de Vladislav Sourkov[17],[18]. Ce roman remporte le grand prix du roman de l'Académie française[19] et fait partie de la sélection finale pour le prix Goncourt 2022[20].

Œuvres[modifier | modifier le code]

à propos de la méritocratie et de la mobilité dans l'économie numérique
à propos de la surinformation
à propos de la « brésilianisation » de la société contemporaine
livre traduit en français par Grasset sous le nom La peste et l'orgie (ISBN 2246700817) et en portugais brésilien par Sulina
à propos des industries créatives en Italie
à propos de l'élection de Barack Obama comme un exemple de politique autobiographique
sur Matteo Renzi
à propos de la nature et de l'organisation du Mouvement 5 étoiles
sur les coulisses du mouvement populiste global

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Contrairement à ce qui est parfois avancé par la presse française[1], l'écrivain ne possède pas la nationalité française. Interrogé sur le sujet dans un entretien pour Le Grand Continent, il est spécifié que s'il est né en France et qu'il y a habité, il ne possède que les nationalités italienne, via son père, et suisse, puisque sa mère est originaire du canton d'Argovie, et qu'il affirme lui-même en être citoyen[2].
  2. Giuliano da Empoli révèle que le personnage de Vadim Baranov est inspiré de Vladislav Sourkov, conseiller de Vladimir Poutine pendant de nombreuses années[21].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Mage du Kremlin couronné par l’Académie française » (consulté le ).
  2. « "C’est l’ennui politique suisse qui fait la force de son système", une conversation avec Giuliano da Empoli », Le Grand Continent,‎ (lire en ligne).
  3. a b c d e et f Anne Fulda, « Giuliano da Empoli, la nouvelle coqueluche des cénacles parisiens », Le Figaro,‎ , p. 17 (lire en ligne).
  4. « Archivio Corriere della Sera », sur archivio.corriere.it (consulté le ).
  5. (it) « Firenze si rinnova. Renzi presenta la sua giunta comunale - Wild Italy » (consulté le ).
  6. (it) « Giuliano da Empoli: "La maggioranza dei giovani per il no al referendum?Sono antisistema e non si rendono conto" », sur L’Huffington Post, (consulté le ).
  7. (it) « Biennale, nominato il nuovo cda - la Repubblica.it », sur Archivio - la Repubblica.it (consulté le ).
  8. (it) Redazione Nove da Firenze, « Giuliano da Empoli nuovo presidente del Gabinetto Vieusseux », sur nove.firenze.it (consulté le ).
  9. « Fondazione Italia Usa », sur italiausa.org (consulté le ).
  10. (it) « Domani a Bruxelles Matteo Renzi al lancio europeo dell'Aspen renziana 'Volta': lezione sull'immigrazione per l'Ue », sur L’Huffington Post, (consulté le ).
  11. « Leopolda: nasce il nuovo think tank di renzi. si chiamerà Volta », sur firenzepost.it (consulté le ).
  12. « Global Progress 2017 », sur canada2020.ca (consulté le ).
  13. Elise Lépine, « Qui est Giuliano da Empoli, lauréat du Grand Prix du roman de l’Académie française avec "Le Mage du Kremlin"? », sur Le Point, (consulté le )
  14. « Italie : l’Europe contre la volonté des peuples ? », sur La Tribune (consulté le ).
  15. (it) « Attenti, noi giovani ora apriamo la caccia », sur Archivio - la Repubblica.it (consulté le ).
  16. « Archivio », sur archivio.lastampa.it, (version du 22 juillet 2011 sur l'Internet Archive).
  17. Macha Séry, « Le Mage du Kremlin, de Giuliano da Empoli : le Kremlin vaut bien un roman », sur Le Monde, (consulté le ).
  18. Étienne de Montety, « Le Mage du Kremlin, de Giuliano da Empoli: l’homme qui parlait à l’oreille de Poutine », sur Le Figaro, (consulté le ).
  19. « Le Grand prix du roman de l’Académie Française 2022 revient à Giuliano da Empoli », Livres Hebdo,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  20. « Prix Goncourt, voici les quatre finalistes », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le ).
  21. Paul Vaccca, « Le Mage du Kremlin : l'épopée du chaos », Les Échos,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Radio[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]