Boris Charmatz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Boris Charmatz
Description de l'image defaut.svg.
Naissance
Chambéry en Savoie
Activité principale Chorégraphe et danseur
Style Danse contemporaine
Non-danse
Lieux d'activité Rennes
Années d'activité Depuis 1989
Collaborations Dimitri Chamblas
Formation École de danse de l'Opéra de Paris et Conservatoire de Lyon
Récompenses voir section dédiées

Boris Charmatz, né en 1973 à Chambéry en Savoie, est un danseur et chorégraphe français de danse contemporaine. Il est considéré comme l'un des « chefs de file de la nouvelle vague française » et du mouvement de la non-danse né au milieu des années 1990[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Boris Charmatz est un ancien élève de l'École de danse de l'Opéra de Paris de 1986 à 1989 puis du conservatoire de Lyon. Il a collaboré ensuite comme interprète avec Régine Chopinot, Odile Duboc, Olivia Grandville, Xavier Marchand et Meg Stuart[2]. En tant que chorégraphe, il est rapidement reconnu pour ses expérimentations multiples et son approche radicale de la danse, ses pièces s'axent en général sur des interrogations de la place du danseur, son engagement et sur une recherche scénographique en prise directe avec le corps. Il fut alors l'un des chefs de file du courant de la non-danse[2]. Ainsi sa première pièce À bras le corps, créée et dansée avec son complice Dimitri Chamblas en 1993, place les deux danseurs au centre de la scène, directement entourés du public avec lequel ils interagissent. Elle remporta de nombreux prix internationaux et la reconnaissance du public[1].

En 1992, il crée l'association Edna avec Dimitri Chamblas[1]. Il développe alors des projets ouverts, des performances en lien avec divers médias (vidéo, arts plastiques, littérature, etc.). La plupart de ses pièces bousculent le genre, le renouvèle. Très jeune, il marque les esprits et s'affirme comme personnage iconoclaste au sein de la danse contemporaine française. Il propose des points de rencontre atypiques avec le public (contact direct, voire spectacle dansé pour un spectateur unique). Il amène la danse, ou du moins la « fonction » de danseur, jusqu'en terrain politique et polémique avec à chaque fois la même implication dans le danger. En 1996 avec son spectacle Aatt...enen...tionon, il obtient le Prix d'auteur des Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis[1]. Il crée l'année suivante Herses, sur des musiques de Helmut Lachenmann.

En 2002, il réalise Héâtre-élévision, une installation iconoclaste pour un spectateur unique à la fois qui est allongé sur un piano et doit visionner un film sur une télévision. Ce projet deviendra un spectacle à part entière Quintet Cercle. En 2006, il chorégraphie Régi en collaboration étroite avec Raimund Hoghe, ainsi que des improvisations multiples en direct avec des musiciens, comme Archie Shepp ou Otomo Yoshihidé.

Nommé à la direction du Centre chorégraphique national de Rennes et de Bretagne au , il le dirige depuis le , remplaçant ainsi Catherine Diverrès[2]. Il propose de transformer ce lieu en un Musée de la danse ou Dancing Museum[3].

Boris Charmatz a été choisi comme artiste associé du Festival d'Avignon en 2011 ce qui constitue une première dans l'histoire de ce festival théâtral et marque la place majeure de la danse dans les arts de la scène[4]. Il y présente deux pièces Enfant et une recréation de Levée des conflits. À cette occasion fait la rencontre de la chorégraphe belge Anne Teresa De Keersmaeker — l'une des figures de proue mondiale de la « danse qui danse[2] » — avec laquelle il prépare durant deux ans et danse en 2013 le duo Partita 2[5],[2].

Chorégraphies[modifier | modifier le code]

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Panorama de la danse contemporaine. 90 chorégraphes, par Rosita Boisseau, Éditions Textuel, Paris, 2006, p.95.
  2. a, b, c, d et e De Keersmaeker-Charmatz : le heureux hasard d'une rencontre par Rosita Boisseau dans Le Monde du 3 juillet 2013.
  3. [PDF] Manifeste pour le musée de la danse
  4. Un Avignon qui s'annonce dansant dans Le Monde du 25 mars 2011.
  5. "Pas de deux" pour trois solistes au sommet par Guy Duplat dans La Libre Belgique du 29 avril 2013.
  6. Palmarès du prix de la critique sur le site du Prix du Syndicat de la critique.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Boris Charmatz Je suis une école, Paris, éditions Les prairies ordinaires, 2009
  • Boris Charmatz et Isabelle Launay Entretenir - À propos d'une danse contemporaine, Dijon, CND/Les Presses du réel, 2003.
  • Christian Campion, "Dans les pas de Boris Charmatz", ArMen n°197, novembre-décembre 2013, p. 48-53.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Les Disparates, d'après le spectacle original de 1994, film 35 mm couleur réalisé par César Vayssié (2000).
  • Une lente introduction, film muet 35 mm couleur d'après Herses (2007).

Liens externes[modifier | modifier le code]