Bibliothèque publique de Boston

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bibliothèque publique de Boston
USA Boston Public Library 2 MA.jpg
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Siège social
Boston (700, Boylston Street, MA 02116)Voir et modifier les données sur Wikidata
Pays
Coordonnées
Organisation
Affiliation
Association of Research Libraries (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Récompense
Site web

La Bibliothèque publique de Boston (Boston Public Library, ou BPL) est une bibliothèque municipale située à Boston. Fondée en 1848 grâce à l'artiste-ventriloque et philanthrope français Alexandre Vattemare, elle est alors la première grande bibliothèque publique aux États-Unis.

Les collections de la bibliothèque attirent près de quatre millions de visiteurs; elles comprennent vingt-trois millions de documents[1], ce qui en fait la seconde bibliothèque américaine, juste après la bibliothèque du Congrès[2]. Elles abritent 600 000 photographies, des dessins et des gravures de Rembrandt, de Dürer, de Rowlandson, de Goya, de Daumier, de Toulouse-Lautrec et 350 000 cartes anciennes[3], ainsi qu'un million de manuscrits[3].

Située à ses débuts dans les locaux d'une ancienne école de la rue Mason, la BPL est transférée sur la rue Boylston. Puis, en 1895, elle déménage au Square Copley, son emplacement actuel, sur un terrain offert par l'État du Massachusetts. Le bâtiment est solennel et imposant, classé monument historique[4]. En 1972, à l'étroit, elle s'agrandit encore grâce à un nouveau bâtiment conçu par l'architecte Philip Johnson, accolé à l'ancien.

La salle de lecture de la bibliothèque.

Le bâtiment[modifier | modifier le code]

Le bâtiment est construit en 1895 sur les plans de l'architecte Charles Follen McKim du cabinet McKim, Mead and White. Elle est située dans le quartier de Copley Square à Back Bay, près de l'Alliance française. L'architecture est de style néo-Renaissance. Charles McKim est en effet fortement influencé par ce style alors qu'il étudiait à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris. Les galeries sont décorées de peintures murales par Pierre Puvis de Chavannes et par John Singer Sargent.

Le vestibule[modifier | modifier le code]

Entrée depuis Copley Square.

Du square Copley, trois portes mènent au bâtiment McKim de la bibliothèque publique de Boston (en). Une fois à l'intérieur, la première pièce aperçue est le vestibule, chaleureux grâce au marbre rose. Trois paires de portes en bronze sculptées en bas-relief par Daniel Chester French portent les figures allégoriques de la musique, de la poésie, de la connaissance, de la sagesse et de la romance. Elles mènent au foyer du bâtiment.  

Au sud du vestibule se trouve la statue de Sir Henry Vane, le sixième gouverneur du Massachusetts, réalisée par le sculpteur Frederick William MacMonnies.

Le foyer (lobby)[modifier | modifier le code]

Le foyer McKim, dont le sol est fait de marbre de Georgie et qui est orné de motifs en laiton, conduit au cœur du bâtiment. Les voûtes du plafond couvertes de mosaïques sont réalisées par des immigrants italiens qui habitaient dans le North End, le quartier italien de Boston. On y reconnaît des motifs romains et on y lit le nom de trente hommes politiques du Massachusetts.

Ces plafonds sont la première œuvre aux États-Unis du célèbre architecte Rafael Guastavino, né en Espagne. Il réalise ces plafonds selon une technique qu'il a apprise dans une université d'architecture de Barcelone (la Escuela de Maestros de Obras). La technique est connue depuis 500 ans en Espagne, créée par les Maures qui ont conquis la péninsule ibérique. De fin carreaux de terracotta sont liés et collés par du mortier en un motif à chevrons qui suit la courbe du toit. Ces voûtes en mosaïque font seulement dix centimètres d'épaisseur, mais sont très solides et résistantes au feu.  

Le grand escalier[modifier | modifier le code]

L'escalier conduit du foyer au deuxième étage du bâtiment. Ses marches sont fabriquées en pierre d'Échaillon, une pierre utilisée dans la construction de l'Opéra Garnier de Paris, de couleur gris ivoire avec des inclusions de fossiles. La cage d'escalier est réalisée en marbre jaune de Sienne, soigneusement sélectionné par l'architecte.

Au pied de l'escalier, les lecteurs sont accueillis par un couple de lions, en hommage aux deux régiments d'infanterie de volontaires (le 2e et le 20e) pendant la guerre de Sécession (1861-1865). Les vétérans avaient financé eux-mêmes les statues sculptées par Louis Saint-Gudens. En raison du temps limité dont il disposait, le sculpteur avait transporté sur place les deux lions de marbre avant leur polissage. Contre l'avis de l'architecte, les vétérans ont demandé à conserver les sculptures avec cet aspect.

Une légende locale veut que le contact avec la queue des lions porte chance. Depuis 1895, date d'ouverture de la bibliothèque, ce sont des millions de caresses qui ont été portées sur les sculptures, les polissant et jaunissant, dans le ton du marbre de Sienne.

Galerie Puvis de Chavannes (Puvis de Chavannes Gallery)[modifier | modifier le code]

La galerie Puvis de Chavannes, dans le bâtiment McKim, avec les peintures murales de Pierre Puvis de Chavannes et les statues léonines de Louis Saint-Gudens

Le peintre français Pierre Puvis de Chavannes (1824–1898), considéré comme une figure majeure du XIXe siècle en particulier pour ses murales, réalise les peintures murales du premier étage (la seule qu'il ait faite hors de France). Il n'a pas vu son œuvre installée : il a peint les panneaux sur de la dentelle belge à Paris, les a envoyés à Boston par bateau, et elles ont été posées en 1895 et 1896 par marouflage. Pour rendre la palette harmonieuse, l'artiste avait fait venir un échantillon de marbre de Sienne

L'escalier principal est décoré de huit panneaux qui représentent les disciplines universitaires que l'on peut étudier à la bibliothèque : (de gauche à droite) la philosophie, l'astronomie, l'histoire, la chimie, la physique, la poésie pastorale, la poésie dramatique, et la poésie épique. Un panneau plus long orne l'entrée du couloir de Bates, où les muses de l'inspiration accueillent l'esprit de lumière.

Couloir de Bates (Bates Hall)[modifier | modifier le code]

La salle de lecture porte le nom de l'un de ses premiers contributeurs, Joshua Bates (en). Il avait mis trois conditions à sa générosité :

  1. Que la bibliothèque embellisse la ville de Boston ;
  2. Qu'elle accueille un minimum de 150 lecteurs ;
  3. Qu'elle soit gratuite pour tous.

La galerie de Sargent (Sargent Gallery)[modifier | modifier le code]

John Singer Sargent a travaillé 29 ans de sa vie sur le hall du troisième étage du bâtiment McKim entre 1890 et 1919. Connu pour ses portraits, il s'est engagé dans cette mission avec l'idée de réaliser son chef-d'oeuvre. Son thème, le triomphe de la religion, inclut une grande variété de moments et d'iconographie des religions primitives égyptiennes et assyriennes, du judaïsme et du christianisme, qu'il avait étudié en Europe.

Sargent a peint les panneaux muraux en Angleterre, puis les a transporté à Boston en quatre fois. À cause de la faible luminosité des salles, il a orné les panneaux avec des dorures ainsi que plus de 600 morceaux de bas-relief en plâtre, métal, bois et verre.

L'installation en 1919 d'images d'une synagogue et d'une église sur le mur Est du hall a causé une polémique. On a demandé à enlever la synagogue considérée comme insultante. L'artiste s'est défendu de toute mauvaise intention, mais l'opinion publique était embrasée. Sa mort en 1925 a laissé inachevé le panneau Sermon on the Mount (Le sermon sur la montagne), qui est toujours vide de nos jours.

Le salon Abbey (Abbey Room)[modifier | modifier le code]

Cette pièce servait pour la réception des livres que les lecteurs avaient demandés à Bates Hall. Le salon Abbey porte le nom de l'artiste qui en a fait les peintures murales. Edwin Austin Abbey était illustrateur pour un magazine connu, Harper's Magazine, mais n'avait que peu d'experience avec les peintures à huile et n'avait jamais fait de peinture murale. Il a tout de même réalisé l'histoire de Sir Galahad et la quête du saint Graal.

Histoire récente[modifier | modifier le code]

Dans les années 1970, la bibliothèque publique de Boston est mentionnée par Joe Brainard dans son autobiographie I remember (Je me souviens) : « Je me souviens d'avoir projeté de déchirer la page 48 de tous les livres que j'emprunterais à la bibliothèque publique de Boston mais de m'en être vite lassé »[5].

En 2008, la bibliothèque publique de Boston ouvre un compte Flickr pour mettre à disposition du public, gratuitement, un important fonds photographique[6].

En mai 2015, plusieurs gravures disparaissent de la bibliothèque, dont une copie de l’Adam et Ève d'Albrecht Dürer — l'une des gravures les plus importantes de l'histoire —, estimée à 600 000 dollars, et l’Autoportrait avec chapeau à plumes et sabre baissé de Rembrandt, estimée à 30 000 dollars[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Facts & Figures », Site officiel
  2. (en) « The Nation's Largest Libraries: A Listing By Volumes Held », Tools, Publications & Resources, (consulté le 1er novembre 2018)
  3. a et b (en) BPL- Central Library - Site officiel
  4. Bérard, Raymond, « Le Réseau des bibliothèques publiques de Boston », sur bbf.enssib.fr (consulté le 5 novembre 2018)
  5. « I remember planning to tear page 48 out of every book I read from the Boston Public Library, but soon losing interest »Joe Brainard, I remember (Je me souviens).
  6. Le compte Flickr de la bibliothèque publique de Boston - Flickr
  7. Clément Solym, « La bibliothèque de Boston égare pour 600 000 $ d'œuvres d'art », Actualitte.com, .

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]