Bernard Mazo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bernard Mazo
Bernard Mazo.jpg
Bernard Mazo au festival de poésie Voix vives à Sète le 29 juillet 2010.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction

Bernard Mazo, né le , à Paris, et mort le (à 73 ans), à Ramatuelle, dans le Var, est un poète français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Poète, critique et essayiste, Bernard Mazo a publié une dizaine de recueils.

Il a connu la guerre d’Algérie : « J’ai eu vingt ans dans les Aurès, où je suis resté cloué, triste rêveur éveillé, vingt-sept mois durant », confie-t-il, ajoutant : « sans la poésie et la lecture des poètes, sans la chaleur partagée de leur parole, sans doute aurais-je sombré dans le désespoir. » Cette expérience en aura fait un anticolonialiste convaincu ; ainsi, également, l’exil est devenu un de ses thèmes majeurs[1].

Il figure dans près d’une dizaine d’anthologies dont Poésie de langue française, 144 poètes d’aujourd’hui (Seghers, 2008), Anthologie de la poésie française (Larousse, 2007), La Poésie française contemporaine (Le Cherche-Midi, 2004), etc.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • Prix Max-Jacob pour son recueil : La Cendre des jours (2009) et pour l'ensemble de son œuvre.

Bernard Mazo a été secrétaire général du prix Guillaume-Apollinaire, membre de l’Académie Mallarmé et du PEN club français.

Commentaires[modifier | modifier le code]

Pour Jean Orizet, il est un poète qui « élève sa désespérance à la hauteur d’une morale avec du Cioran chez lui. »

Alain Bosquet le décrit ainsi en 1984[2] : « Lapidaire parmi les lapidaires, Bernard Mazo arrive à une densité lumineuse que peuvent lui envier bien des poètes célèbres. »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Passage du silence, éditions Rougerie, 1964
  • La Chaleur durable, éditions Rougerie, 1966
  • Mouvante mémoire, éditions Rougerie, 1970
  • Dilapidation du silence, éditions Saint-Germain-des-Prés, 1981
  • La Parole retrouvée, éditions Saint-Germain-des-Prés, 1985
  • Dans le froid mortel de l'exil, Rougerie, 1998
  • La Vie foudroyée, Le Dé bleu, 1999
  • Cette absence infinie, Le Dé bleu, 2004
  • La Cendre des jours, Voix d’encre, 2009 (prix Max-Jacob, 2010)
  • Dans l'insomnie de la mémoire, Voix d'encre, 2011
  • Comme une promesse d'éternité, œuvres poétiques complètes, Jacques André, 2018

Essais[modifier | modifier le code]

Anthologies[modifier | modifier le code]

  • La Poésie contemporaine depuis 1945, éditions Saint-Germain-des-Prés, 1971 (Serge Brindeau)
  • La Nouvelle Poésie française, Seghers, 1977 (B. Delvaille)
  • Histoire de la poésie française, Robert Sabatier, Albin Michel, 1988
  • Noir sur blanc, Fourbis, 1998
  • Cent-un et quelques poèmes contre le racisme, Le Temps des cerises, 1998
  • Ciel d'Europe, Maison de la poésie Nord Pas-de-Calais, 2000
  • Cent-un poèmes contre la guerre, Le Temps des cerises, 2003
  • La Poésie française contemporaine, Le Cherche midi, 2004 (Jean Orizet)
  • Poèmes pour la paix, Le Cherche midi, 2005
  • L’Année poétique 2005, Seghers (Patrice Delbourg, J.-L. Maxence)
  • Anthologie de la poésie française, Larousse, 2007 (Jean Orizet)
  • La Poésie est dans la rue, Le Temps des cerises, 2009
  • Poésie de langue française, 144 poètes d’aujourd’hui, Seghers, 2009

Notes et références[modifier | modifier le code]

Autorité[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Michel Baglin sur le site Poésie, Muzik, etc.
  2. Dans Le Monde des livres.