Benno Ohnesorg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un homme politique image illustrant allemand
Cet article est une ébauche concernant un homme politique allemand.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

En relief : Der Tod des Demonstranten (La mort du manifestant) par Alfred Hrdlicka; Lieu : Berlin, Allemagne

Benno Ohnesorg (/ˈbɛnoː ˈoːʰnəzɔɐk/), né le à Hanovre, décédé le , était un étudiant allemand, tué d'une balle de pistolet dans la tête lors d'une manifestation contre le Chah Mohammad Reza Pahlavi à Berlin-Ouest.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lors de son meurtre, le coup fut tiré à très courte distance (environ 1,50 m) par le policier Karl-Heinz Kurras. Ce dernier déclara avoir brandi son arme de service parce qu'il s'était senti menacé par des manifestants, et plaida pour sa défense que le coup était parti accidentellement. Inculpé d'homicide involontaire, il fut finalement relaxé et maintenu dans la police ouest-berlinoise jusqu'à sa retraite en 1987.

Cet événement, qui a soulevé une émotion considérable dans le mouvement étudiant allemand, a joué un rôle-clé dans la radicalisation de toute l'extrême-gauche européenne à la fin des années 60. Il peut être considéré comme un des déclencheurs des troubles de 1968, et plus tard de l'émergence du terrorisme de la Rote Armee Fraktion.

Des découvertes effectuées dans les archives de la Stasi est-allemande et publiées le 21 mai 2009 montrent que Karl-Heinz Kurras était également espion travaillant depuis 1955 pour la Stasi, le service secret de la RDA, et qu'il aurait transmis une masse d'informations précieuses à Berlin-Est. Cependant, rien dans ces archives ne paraît établir que le meurtre d'un étudiant ait eu un quelconque rapport avec son travail pour la Stasi[1],[2].

En 2012 le magazine Der Spiegel dévoile une série d’éléments confondants pour la police ouest-allemande. Ainsi, le supérieur de Kurras, qui prétendait ne pas avoir été présent, apparait sur une photographie à proximité du corps d’Ohnesorg Par ailleurs, le médecin en charge du corps aurait reçu l'ordre d’indiquer comme cause de décès « traumatisme contondant » pour camoufler les causes réelles de la mort Benno Ohnesorg[3].

Note[modifier | modifier le code]

  1. 1968 Revisited: The Truth about the Gunshot that Changed Germany, 28 mai 2009
  2. L'ombre de la Stasi sur les années de plomb, Libération, 28 mai 2009
  3. (fr) « À la mémoire de Benno Ohnesorg (1940–1967), par Iain Macdonald | Le Club de Mediapart » (consulté le 7 juillet 2016)