Beata Umubyeyi Mairesse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Beata Umubyeyi Mairesse
Naissance
Butare (Rwanda)
Auteur
Genres

Beata Umubyeyi Mairesse est une auteure franco-rwandaise née en 1979 à Butare au Rwanda.

Biographie[modifier | modifier le code]

Beata Umubyeyi Mairesse est née et a grandi à Butare, au Rwanda[1]. Survivante du génocide des Tutsi au Rwanda en 1994, elle arrive en France en juillet de la même année. Après le lycée, elle entame des études littéraires (hypokhâgne et khâgne), obtient un diplôme de l'Institut d'études politiques de Lille, puis un DESS en coopération internationale et développement à l'Université Panthéon-Sorbonne [2]. Elle a travaillé pour des ONG internationales avant de s’installer en 2007 à Bordeaux où elle coordonne des projets de prévention en santé[3]. Elle y a fondé et co-anime un cercle de lectures afro-caribéennes [4].

En 2015, paraît son premier recueil de nouvelles, Ejo, mot qui en kinyarwanda signifie à la fois "hier" et "demain". Il raconte l’avant et l'après génocide des Tutsi au Rwanda[5], à travers des voix de femmes[6]. Il a obtenu plusieurs prix dont le prix François Augiéras en 2016.

Son second recueil de nouvelles, Lézardes, est publié en 2017. Il présente un portrait de groupe de la génération rwandaise de l'auteure, là encore à travers des histoires brèves, entre le conte et la nouvelle, se déroulant avant et après le génocide de 1994. Un élément central de ce recueil est l'impact de cet événement sur la trajectoire d'enfants ou de futurs parents [7].

Après le progrès, son troisième livre publié, est un recueil de 45 poèmes en prose, ordonnés en trois parties: perdu, volé, racheté [8].

Son premier roman, Tous tes enfants dispersés, paraît à la rentrée littéraire 2019[9]. Il raconte l'histoire d'une famille sur trois générations, entre la France et le Rwanda, et aborde les thèmes du métissage et de la transmission. Il porte la voix de femmes fortes se réappropriant leur histoire, et confirme la fibre féministe de l'auteure[10]. L'ouvrage reçoit un accueil critique très positif[9],[11],[12], et est nominé pour plusieurs prix littéraires (Prix Wepler, Prix André Malraux, Prix Jean Giono, Prix du premier roman de la SGDL...).

Publications[modifier | modifier le code]

Recueils de nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Ejo, La Cheminante, 2015, sélection Prix Place aux Nouvelles 2016[13], Prix François Augiéras 2016[14], Prix du livre Ailleurs 2017
  • Lézardes, La Cheminante, 2017, Prix de l'Estuaire 2017, Prix La Boétie 2019[15]

Nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Cette colline qui ne m'a pas quittée, XXI no 26, printemps 2014[16]
  • Motherhoods, Words Without Borders, - The New French[17]
  • Noir et Blanc, Brèves no 109, 2017
  • Igicucu, Brèves no 109, 2017
  • La Civilisation, Apulée #3 - La guerre et la paix, 2018[18]
  • Petite, Onuphrius, 2018[19]
  • Miss, Apulée #4 - Traduire le monde, 2019[20]
  • Elle écrit, Nouvelles du Rwanda, Ed. Magellan & cie, 2019[21]
  • Le fardeau de la femme blanche, La Nouvelle Revue française no 639, [22]

Poésie[modifier | modifier le code]

Roman[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Beata Umubyeyi Mairesse : biographie, actualités et émissions France Culture », sur France Culture (consulté le 15 août 2019)
  2. Christian Eboulé, « Génocide des Tutsis au Rwanda : comment tout dire sans le raconter », TV5 Monde,‎ (lire en ligne).
  3. « Beata Umubyeyi Mairesse. L’écriture pour « consoler en soulevant le couvercle du chagrin » », sur L'Humanité, (consulté le 27 août 2019)
  4. « AUDIO – Le cercle de lectures afro-caribéennes vu par deux de ses créatrices, Beata et Isabelle Kanor », sur L'Afro - news, enquêtes, reportages, (consulté le 15 août 2019)
  5. « Nouvelles du Rwanda : Beata Umubyeyi Mairesse », sur Femmes de lettres, (consulté le 20 août 2019)
  6. Posté par La Plume Francophone, « Beata Umubyeyi Mairesse, Ejo », sur La Plume Francophone, (consulté le 15 août 2019)
  7. Jean-Yves Potel (En Attendant Nadeau), « «Lézardes», voix des enfants du génocide rwandais », sur Mediapart (consulté le 15 août 2019)
  8. « Après le progrès, de Beata Umubyeyi Mairesse : des moments abîmes », sur En attendant Nadeau, (consulté le 14 août 2019)
  9. a et b « Le couvercle du chagrin », sur Livres Hebdo (consulté le 20 août 2019)
  10. Cheek Magazine, « Onze primo-romancières à découvrir à la rentrée », sur ChEEk Magazine, (consulté le 27 août 2019)
  11. « « Tous tes enfants dispersés », de Beata Umubyeyi Mairesse : trois générations dispersées par le génocide du Rwanda », Le Monde des livres,‎ (lire en ligne, consulté le 3 novembre 2019)
  12. « Génocide des Tutsis au Rwanda : « Tous tes enfants dispersés », une œuvre sur l’avant et l’après », sur JeuneAfrique.com, (consulté le 3 novembre 2019)
  13. admin, « Beata Umubyeyi Mairesse - Rencontre vidéo », sur Place aux nouvelles, (consulté le 15 août 2019)
  14. « Le prix Augiéras | Livre en fête à Champcevinel » (consulté le 15 août 2019)
  15. « 1ère édition du Prix de la Boétie », sur iut-perigueux.u-bordeaux.fr (consulté le 15 août 2019)
  16. http://www.revue21.fr/tous_les_numeros#n-26_cette-colline-qui-ne-m-a-pas
  17. « Motherhoods », sur Words Without Borders (consulté le 26 septembre 2020).
  18. http://www.zulma.fr/livre-apulee-3-la-guerre-et-la-paix-572163.html
  19. « N°17 – Petite » (consulté le 15 août 2019)
  20. http://www.zulma.fr/livre-apulee-4-traduire-le-monde-572177.html
  21. « Nouvelles du Rwanda », sur www.editions-magellan.com (consulté le 14 août 2019)
  22. « La Nouvelle Revue Française », sur La Nouvelle Revue Française (consulté le 3 novembre 2019)
  23. Beata Umubyeyi Mairesse, « Tous tes enfants dispersés de Beata Umubyeyi Mairesse - Editions Autrement », sur www.autrement.com (consulté le 15 août 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]