Batailles de Rjev (1942)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bataille de Rjev
Description de cette image, également commentée ci-après
Une compagnie soviétique en ordre de marche munie d'armes anti chars.
Informations générales
Date
Lieu Russie
Issue L'armée allemande évacue la région de Moscou
Belligérants
Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemandDrapeau de l'URSS Union soviétique
Commandants
Drapeau de l'Allemagne Fedor von Bock
Drapeau de l'Allemagne Günther von Kluge
Drapeau de l'Allemagne Ludwig Kübler
Drapeau de l'Allemagne Walter Model
Flag of the Soviet Union (1936–1955).svg Georgy Zhukov
Flag of the Soviet Union (1936–1955).svg Ivan Konev
Flag of the Soviet Union (1936–1955).svg Vasily Sokolovsky
Flag of the Soviet Union (1936–1955).svg Dmitri Leliouchenko
Forces en présence
1 600 000 hommes2 100 000 hommes
Pertes
470000 ; du 1 janvier au 30 mars : 330 000.1300000 ; du 1 janvier au 30 mars : 776 889, 25,7 % de l'armée.

Seconde Guerre mondiale

Batailles

Front de l’Est
Prémices : Campagne de Pologne · Guerre d’Hiver


Guerre Germano-sovietique :

  • 1941 : L'invasion de l'URSS

Opération Barbarossa
Front Nord : Guerre de Continuation · Opération Silberfuchs · Siège de Léningrad
Front Central : Bataille de Białystok–Minsk · 1re bataille de Smolensk · Bataille de Kiev
Front Sud : Siège d'Odessa · Campagne de Crimée

  • 1941-1942 : La contre-offensive soviétique

Front Nord : Poche de Demiansk · Poche de Kholm
Front Central : Bataille de Moscou
Front Sud : Seconde bataille de Kharkov

  • 1942-1943 : De Fall Blau à 3e Kharkov

Front Nord : Offensive Siniavino · Opération Iskra · Bataille de Krasny Bor · Opération Polyarnaya Zvezda
Front Central : Opération Mars
Front Sud : Bataille du Caucase (opération Fall Blau) · Bataille de Stalingrad · Opération Uranus · Opération Saturne · Offensive Ostrogojsk-Rossoch · Offensive Voronej-Kastornoe · Troisième bataille de Kharkov

  • 1943-1944 : Libération de l'Ukraine et de la Biélorussie

Front Central : 2e bataille de Smolensk · Opération Bagration
Front Sud: Bataille de Koursk · Bataille du Dniepr · Offensive Dniepr-Carpates · Offensive de Crimée · Offensive Lvov-Sandomir

  • 1944-45 : Campagnes d'Europe centrale et d'Allemagne

Allemagne : Offensive Vistule-Oder · Offensive de Poméranie orientale · Siège de Breslau · Offensive de Prusse-Orientale · Bataille de Königsberg · Bataille de Seelow · Bataille de Bautzen · Bataille de Berlin · Capitulation allemande
Front Nord et Finlande : Guerre de Laponie · Offensive Leningrad–Novgorod · Bataille de Narva
Europe orientale : Insurrection de Varsovie · Soulèvement national slovaque · Bataille de Budapest · Offensive Vienne · Insurrection de Prague · Offensive Prague · Bataille de Slivice


Front d’Europe de l’Ouest


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Bataille de l’Atlantique


Guerre du Pacifique


Guerre sino-japonaise


Théâtre américain

La bataille de Rjev fut une opération stratégique russe conduite durant la contre offensive soviétique.

Prélude[modifier | modifier le code]

Ordres de batailles[modifier | modifier le code]

Soviétiques[modifier | modifier le code]

Allemandes[modifier | modifier le code]

L'opération[modifier | modifier le code]

Plan de bataille en 1942.
Position le 6 août 1942.

Après la Bataille de Moscou, c'est la première contre attaque soviétique pour repousser l'armée allemande vers l'ouest.

La contre-offensive suite aux opérations de l'hiver 1941 débute le 8 janvier 1942 et se termine le 20 avril 1942. Les forces allemandes ont été repoussées de Moscou. La ligne de front s'est établie vers la ville de Rjev. Cette ligne, stratégiquement importante pour le groupe de l'armée allemande du centre, face à Moscou et elle a donc été puissamment fortifiée, et sera âprement défendue.

Les forces initiales soviétiques arrivent de Kalinin pour le Front de l'Ouest, elles comprenaient les 22e, 29e, 30e, 31e, 39e, 5e, 10e, 16e, 20e, 33e, 43e, 49e et 50e armées. L'intention était pour la 22e armée, la 29e armée et les 39e armées soutenues par le 11e corps de cavalerie d'attaquer à l'ouest de Rjev et de pénétrer profondément dans le flanc ouest de la 9e armée allemande. Cette opération est réalisée en janvier, et à la fin du mois le corps de cavalerie s'est retrouvé à 110 km du flanc allemand. Pour éliminer cette menace à l'arrière de la 9e armée allemande a commencé l'opération Seydlitz avant le 2 juillet. Toutefois, en raison de la nature du terrain, et des contraintes liées à l'état de la route pour l'approvisionnement, des troupes des 22e, 29e et 39e armées soviétiques ont tenté d'élargir la pénétration: il était devenu difficile de les encercler.

Les conséquences[modifier | modifier le code]

Les combats dans la région sont restés principalement statiques pendant 14 mois. Les énormes pertes ont obligé les Allemands à abandonner des points importants afin de libérer des réserves.

La défense a nécessité 29 divisions. Son abandon en a libéré 22, et a de ce fait créé une réserve stratégique qui a permis aux Allemands de stabiliser le front, et de récupérer quelque peu les pertes massives subies à Stalingrad.

Le général allemand Heinz Guderian avait des doutes sur les objectifs stratégiques de la dernière Opération Citadelle, puisque les Allemands devaient abandonner l'importante région stratégique de Rzhev-Vyazma pour rassembler des troupes dans la région de Koursk[1].

La retraite des Allemands dans l'opération Büffel fut un succès tactique et militaire, mais l'abandon Rzhev-Vyazma a constitué une perte stratégique pour l'Allemagne sur le front de l'Est[2].

L'armée soviétique a payé un prix élevé pour sa défaite à Rzhev, mais les Allemands, affaiblis, ont été contraints de se retirer, ce qui signifiait la perte d'une importante tête de pont qui permettait jusque-là aux Allemands de menacer Moscou. Les Allemands se sont retirés sur des positions défensives aussi fortes que celles qu'ils détenaient auparavant, ce qui contribua à l'échec des offensives de l'Armée rouge contre l'armée du centre lors de l'été 1943[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • August von Kageneck, La Guerre à l'Est – Histoire d'un régiment allemand 1941-1944, Éditions Perrin, 1998, 200 p. (ISBN 978-2-262-01367-7).
  • Svetlana Gerasimova, The Rzhev Slaughterhouse: The Red Army's forgotten 15-month campaign against Army Group Center, 1942–1943, Helion Publishing, Solihull, 2013. (ISBN 9781908916518), 280 pages.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Самсонов, Александр Михайлович. Крах фашистской агрессии 1939-1945. — М.: Наука, 1980. (Aleksandr Mikhilovich Samsonov. The failure of the Nazi Germany's invasions. Science Publisher. Moskva. 1980. Chapter 11, section 1)
  2. Гудериан Гейнц. Воспоминания солдата. — Смоленск.: Русич, 1999. (Guderian Heinz. Erinnerungen eines Soldaten. — Heidelberg, 1951.. Rossiya Publisher. Smolensk. 1999. Chapter IX: Chief Inspector of Armoured Units) (in Russian)
  3. Бевин Александер. 10 фатальных ошибок Гитлера. — М.: Яуза; Эксмо, 2003. (Alexander Bevin. How Hitler Could Have Won World War II: The Fatal Errors That Led to Nazi Defeat.—L.: Times Books, 2000. Published at Moskva in 2003. Chapter 10: The lost at Moskva; Chapter 19: "Citadel" collapsed) (in Russian)