Bataille du Bogside

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’Irlande du Nord
Cet article est une ébauche concernant l’Irlande du Nord.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Bataille du Bogside
Informations générales
Date 12 août 1969 - 14 août 1969
Lieu Quartier du Bogside (Irlande du Nord)
Issue Déploiement de l'armée britannique en Irlande du Nord
Apparition de Free Derry
Belligérants
Derry Citizens' Defence Association Police royale de l'Ulster

Conflit nord-irlandais

Coordonnées 55° 00′ Nord 7° 20′ Ouest / 54.9978, -7.32722

Géolocalisation sur la carte : Irlande

(Voir situation sur carte : Irlande)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille du Bogside.

Géolocalisation sur la carte : Irlande du Nord

(Voir situation sur carte : Irlande du Nord)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille du Bogside.

La bataille du Bogside est le nom donné à trois jours d'émeutes opposant la population catholique du Bogside à la police royale de l'Ulster (RUC), à Derry en Irlande du Nord, entre le 12 et le 14 août 1969.

Tout débuta par une marche des Apprentice Boys of Derry, réunissant 15 000 protestants le long du mur d'enceinte de Derry, près du quartier catholique du Bogside[1]. Le gouvernement avait hésité à autoriser son déroulement au vu des risques de violence[2]. La Police royale d'Ulster (RUC) intervint dans le Bogside alors que se déroulaient des réunions opposées à cette marche. La population se souleva et érigea des barricades tout autour du quartier, organisant son autodéfense autour de la Derry Citizens' Defence Association. La RUC et les Ulster Special Constabulary essayèrent de réinvestir le Bogside[1], suivis immédiatement par les loyalistes qui s'attaquèrent à la population et aux maisons[2]. L'embrasement se répandit dans d'autres villes d'Irlande du Nord, notamment Belfast, Armagh et Newry, où se multiplièrent les agressions de catholiques[1].

Le 14 août, James Callaghan autorisa l'intervention de l'armée qui, menée par le général Ian Freeland (en), s'interposa immédiatement entre les deux communautés à la place de la police. La population du Bogside acclama cette arrivée qui mettait fin aux violences[1],[2]. Ces deux jours de violence firent neuf morts, 750 blessés (dont 150 par balles), entre 180[3] et 500[4] maisons détruites tandis que 1 820 familles, majoritairement catholiques, durent fuir leur foyer. Les dommages furent estimés à 2,5 millions de livres sterling[1],[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Roger Faligot, La Résistance irlandaise (1916-1992), Terre de Brume, , 277 p. (ISBN 2908021110), p. 98-100
  2. a, b, c et d (en) David McKittrick et David McVea, Making Sense of the Troubles, Penguin Books, , 355 p. (ISBN 0141003057), p. 54-56
  3. Selon les estimations de McKittrick et McVea
  4. Selon les estimations de Faligot