Basoche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

image illustrant l’humour image illustrant l’histoire de France image illustrant le [[droit <adj>]]
Cet article est une ébauche concernant l’humour, l’histoire de France et le droit.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Le basoche sur la fontaine du carnaval à Mayence, allégorie de la justice

Lorsque les rois de France habitaient le Palais royal de l'île de la Cité (actuel Palais de justice), les juges, les avocats, les procureurs et tous les gens de justice furent désignés sous le nom de clercs de la basoche ou basochiens (c’est-à-dire « clercs du Palais », puisque le terme de « basoche » vient du mot latin basilica, palais royal) Le texte nécessitant une référence<ref>source.</ref>.

La bazoche[modifier | modifier le code]

Sous Louis IX le Saint, la mise en forme d'une administration cohérente se fit jour en désirant mettre en place un Parlement de Justice dans toutes les villes importantes. C'est sous Philippe IV le Bel que cet état des choses vit le jour. En créant cette forme de justice, il donna aussi ses lettres patentes à une corporation d'étudiants juristes. La Bazoche (ou la Basoche) était née.

Plusieurs basoches se créèrent en réalité sur tout le territoire français, la plupart inféodées à la Basoche du Palais, mais certaines se revendiquaient comme indépendantes comme la bazoche du Chatelet[1]. Elle s'étendit à tout parlement sur le territoire français, mais plus encore par contagion indirecte lorsque les étudiants partaient étudier à l'étranger comme il était courant.


Associés pour le plaisir, les basochiens élisaient un chef qui prenait le titre pompeux de roi de la basoche, avait une cour, des grands officiers, des armoiries (trois écritoires d'or sur un champ d'azur) ; ce roi faisait la revue de ses sujets tous les ans au Pré-aux-Clercs, et il leur rendait la justice deux fois par semaine. Les basochiens jouèrent longtemps des soties, des farces et des moralités : mais leur licence amena François Ier à défendre ces représentations (1540).

Henri III supprima le titre de Roi de la basoche et transmit au chancelier tous les droits et privilèges qui avaient été concédés à ce roi pour rire. La basoche poursuivit malgré tout ses activités sous d'autre appellations,(abbé,empereurs... de la bazoche).

Celle-ci vécu de manière prestigieuse jusqu'après la Révolution française. Sa longévité et la richesse de ses fastes donna l'exemple aux autres corporations étudiantes.

C'est ainsi que nous retrouvons de nombreux rites provenant de la logique bazochienne de nos jours encore[2]. Parmi ceux-ci, les cortèges de Saint-Nicolas des étudiants,Saint-Verhaegen...

Lorsqu'ils étaient mobiles, les étudiants errants étaient rémunérés en assurant le transport du courrier, de colis, en se faisant gardes du corps d'autres voyageurs, en vendant leur capacité à rédiger, en pratiquant des soties[3]. Ils se rendaient dans toutes les universités européennes afin de se perfectionner dans l'une ou l'autre matière. Ainsi, le modèle bazochien put s'étendre bien au-delà des frontières de France.

1793[modifier | modifier le code]

C'est l'année où la bazoche déposa ses prérogatives aux pieds du tombeau de Philippe IV, à Notre-Dame de Paris[4],[5].

Les juristes regrettèrent très rapidement la grande Bazoche comme en témoignent le nombre d'associations s'en identifiant encore[6],[7],[8],[9],[10],[11],[12], la quantité de bâtiments portant encore son nom, et l'opéra tardif qui lui fut consacré[13]. La carrière de monsieur Henri Dewandre témoigne également de cette survivance.

Mais dans un même temps, il est notable de voir évoquer le mot basoche comme synonyme de coterie [14].

Royaume de la Basoche[modifier | modifier le code]

Dans la ville de Poitiers, des étudiants se sont regroupés à nouveau sous le vocable de Royaume de la Basoche[15].

C'est de ce Royaume que partit une des meilleures blagues étudiante. En 1977, monsieur Didier Piganeau, écrivit sous le nom de Didier 1er, Roi de la Basoche, à son "cousin" Bokassa Ier qui se faisait couronner, qu'il n'avait pas reçu d'invitation. Probablement parce que ça l'amusait, l'Empereur l'invita avec sa compagne à Bangui en Centrafrique. Pris dans l’engrenage, il a assumé jusqu’au bout son rôle de roi et sa couronne imaginaire qui n'était somme-toute, qu'une faluche.


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Adolphe Fabre, Études historiques sur les Clercs de la Basoche, 1856[16]
  • Marie Bouhaïk-Gironès, « Le roi de la basoche », in T. Hiltmann (dir.), Les "autres" rois. Études sur la royauté comme notion hiérarchique dans la société du bas Moyen Âge, Munich/Paris, Oldenbourg Verlag/Institut historique, Ateliers des DHIP, 4, 2010, p. 113-123.
  • Didier Piganeau, Le Roi chez l'Empereur, Hors collection, La Table Ronde, 2008

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Adolphe Fabre (1819-1886), Études historiques sur les clercs de la Bazoche : suivies de pièces justificatives, 1856.
  2. Adolphe Fabre (1819-1886), Études historiques sur les clercs de la Bazoche : suivies de pièces justificatives, 1856.
  3. https://books.google.fr/books?id=ySrNjPlCbScC&pg=PA101&lpg=PA101&dq=la+bazoche+parlement&source=bl&ots=WYUoSPNw3B&sig=AItGi7VwT6mP7Ylxxg4N78GHw3A&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjpzrHX2-PMAhXJVRoKHTr8API4ChDoAQguMAU#v=onepage&q=la%20bazoche%20parlement&f=false
  4. Lucien Genty, La basoche notariale, origines et histoire, du XIVe siècle à nos jours, de la cléricature notariale et de la cléricature en général, clercs de procureur et d'avoué, d'huissier et de commissaire-priseur, Delamotte, , 265 p.
  5. Adolphe Fabre, Les clercs du palais : recherches historiques sur les bazoches des parlements et les sociétés dramatiques des bazochiens et des Enfants sans Souci, Scheuring, , 265 p.
  6. Comme en témoigne ce court passage, page 299, de L’ermite de la chaussée d'Antin, ou observations sur les mœurs..., Volume 1 par Étienne de Jouy : « ...ils cèdent la place à de petites ouvrières qui viennent, en quittant le magasin, rejoindre quelques clercs de la basoche échappés de l'étude » nous prouvant bien que les étudiants de droit en 1815 se revendiquaient encore de la basoche. [1]
  7. [2]
  8. [3]
  9. [4]
  10. [5]
  11. [6]
  12. http://www.studyrama.com/IMG/pdf/biographie_Balzac.pdf
  13. [7]
  14. Citation du Baron de Frenilly en 1848 : « Dans cette basoche on prédiscutait les matières, on réglait les ordres du jour, on votait, on distribuait les rôles, et le vote résolu devenait le mot d'ordre de tout le parti. » [8]page 274
  15. [9][10]
  16. [11]

Articles connexes[modifier | modifier le code]