Barbara Chase-Riboud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Barbara Chase-Riboud
Description de l'image Barbara Chase-Riboud cropped.jpg.
Nom de naissance Barbara Dewayne
Naissance (82 ans)
Philadelphie, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Anglais américain
Genres

Œuvres principales

Sally Hemings, A Novel of the Harem, Echo of Lions, The President's Daughter, Everytime a Knot is Undone, a God is Released

Barbara Chase-Riboud (Barbara Dewayne Chase-Riboud ou Barbara Chase[1]), née le à Philadelphie en Pennsylvanie est écrivaine, sculptrice et poétesse africaine-américaine. Elle vit à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Barbara est née le à Philadelphie, elle est la fille de Charles Edward Braithwaite Chase, entrepreneur en bâtiment et Vivian May West Braithwaite Chase, assistante médicale[2].

À sept ans, elle suit les cours du soir au Philadelphia Museum of Art et à la Fletcher Academy. À seize ans, elle remporte le concours organisé par le magazine Seventeen. Sa sculpture est acquise par le MoMA[3].

En 1957, Barbara Chase-Riboud obtient un baccalauréat en beaux-arts à l'université Temple. Elle rencontre à Paris le photographe Marc Riboud, qu'elle épouse. Ils partent voyager ensemble. Elle voyage en Italie, en Égypte, en Grèce, en Turquie. Ses œuvres s'inspirent de la sculpture classique et baroque puis s'oriente vers l'art non occidental. Elle participe en 1958 au premier festival des Deux Mondes de Spolète, avec une exposition personnelle. Elle travaille à Rome, sur les décors de péplums, aux studios de cinéma de Cinecittà[3]. En 1969, elle érige une stèle à la mémoire de Malcom X. En 1998, la sculpture Africa Rising de cinq mètres de haut se trouve devant le bâtiment du FBI à New York. Elle rend hommage à Saartjie Baartman, femme noire exhibée en Europe, au début du XIXe siècle[4].

Barbara Chase-Riboud est aussi une écrivaine[3]. En 1974, elle publie son premier ouvrage de poésie From Memphis and Peking inspiré de ses voyages[4].

Elle publie son premier roman La Virginienne, en 1979. Elle raconte l’histoire amoureuse entre Sally Hemings, une noire asservie et Thomas Jefferson, président des États-Unis. Ce roman fait scandale. Le roman est publié en français en 1981. En 1994, elle donne une suite à ce roman avec La Fille du président[4].

En 1989, elle publie le roman Echo of Lions, en français Le Nègre de l'Amistad. Ce roman raconte l’histoire de Joseph Cinqué, un Africain capturé dans les années 1800 qui poursuit le gouvernement pour sa liberté avec l’aide de l’ancien président John Quincy Adams. En 1997, le film Amistad de Steven Spielberg s'inspire également de cette histoire. Barbara Chase-Riboud poursuit Steven Spielberg pour avoir utilisé son histoire, sans son autorisation. Les protagonistes trouvent un arrangement à l'amiable pour un montant non divulgué[4].

Elle est également l'auteure de Portrait of a Nude Woman as Cleopatra qui est couronné en 1988 par le prix de poésie Carl Sandburg, de La Grande Sultane[5].

En 1996, elle est nommée chevalière des Arts et des Lettres, par le gouvernement français[3].

Barbara Chase-Riboud est docteure honoris causa à deux reprises, pour son œuvre littéraire, en 1981 à l'université Yale et en 1996 à l'université du Connecticut. Ses œuvres littéraires sont étudiées au collège aux États-Unis[4].

Œuvres choisies[modifier | modifier le code]

Sculptures[modifier | modifier le code]

  • Confession for Myself (1973)
  • Malcolm X (1970)
  • Cleopatra's Cape (1973)
  • Africa Rising (1998)

Romans[modifier | modifier le code]

  • La Virginienne (Sally Hemings, 1979)
  • La Grande Sultane (Valide: A novel of the Harem 1986)
  • Le Nègre de l'Amistad (Echo of Lions, 1989)
  • La Fille du président (The President's Daughter, 1994)
  • Vénus hottentote (Hottentot Venus: A Novel, 2004)

Poésie[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en-US) « Barbara Chase-Riboud », sur Smithsonian American Art Museum (consulté le )
  2. (en-US) « Barbara Chase-riboud | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le )
  3. a b c et d « Barbara Chase-Riboud », sur AWARE Women artists / Femmes artistes (consulté le )
  4. a b c d et e Sonia RECASENS, « Barbara CHASE-RIBOUD - Dictionnaire créatrices », sur www.dictionnaire-creatrices.com, (consulté le )
  5. « Fiche Babelio »
  6. (en) « Janet Heidinger Kafka Prize : Susan B. Anthony Institute for Gender & Women's Studies : University of Rochester », sur www.sas.rochester.edu (consulté le )
  7. « Art contemporain : Gaëlle Choisne et Barbara Chase-Riboud, lauréates aux Prix AWARE 2021 », sur Connaissance des Arts, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]