Béghin-Say

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Béghin-Say
logo de Béghin-Say
illustration de Béghin-Say

Création 1972
Forme juridique Union de coopératives
Slogan Des envies bien sucrées
Actionnaires TereosVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Industrie agroalimentaire
Produits sucre
Société mère Tereos
Site web www.beghin-say.fr

Béghin-Say est une marque commerciale française de sucres appartenant à la société d'industrie agroalimentaire Tereos France. Cette dernière est spécialisée dans la transformation de produits agricoles sucriers pour la fabrication de sucre inverti, glucose et saccharose.

Historique[modifier | modifier le code]

Béghin-Say est issue de la fusion le 7 juillet 1972[1] des sociétés sucrières Say et Béghin puis de la fusion en 1992 de Béghin-Say et Eridania.

La sucrerie Say[modifier | modifier le code]

La sucrerie Béghin[modifier | modifier le code]

  • En 1898 : la société Ferdinand Béghin est créée par ses deux fils, Joseph (1871-1938) et Henri (1873-1944)[6].
  • En 1914, l'entreprise Béghin peut traiter le jus de 150 000 tonnes de betterave[7].
  • En 1930-1950 : la Sucrerie Centrale d’Arras est reprise par Béghin.
  • En 1967 : la société Béghin, présidée par le fils d'Henri Béghin, Ferdinand, prend le contrôle de la société Say[5].

La société Béghin-Say[modifier | modifier le code]

Ancien logotype de Béghin-Say
  • En 1972 : Béghin prend le contrôle de la Sucrerie centrale de Cambrai, fondée en 1872 par Jules Linard à Escaudœuvres (Nord). Béghin fusionne avec Say pour constituer Béghin-Say[5].
  • En 1975 : la sucrerie de Connantre est construite.
  • En 1986 : la distillerie de Morains, créée en 1951, devient une filiale de Béghin-Say. Le groupe Ferruzzi prend le contrôle de Béghin-Say.
  • En 1988 : Ferruzzi prend le contrôle d'une grande partie de l'entreprise Lesieur, comprenant la marque d'huiles, mayonnaises, sauces et margarines.
  • En 1991 : une coentreprise en Hongrie est fondée avec l'État hongrois à Hatvan, Szerencs et Szolnok.
  • En 1992 : le groupe Eridania Béghin-Say est constitué suite à la fusion de Béghin-Say et de la société génoise Eridania, au sein de Montedison (pôle agroalimentaire de Feruzzi). L'entreprise Ducros (incluant la marque d'épices éponyme ainsi que Vahiné), rachetée la même année, est intégrée à ce nouvel ensemble[8].
  • En 1998 : Eridania Béghin-Say vend à Unilever la marque Végétaline, qu'il avait récupérée au sein de Lesieur, en échange des marques d'huiles Fruit d'Or et Frial[9]. La marque Fruit d'Or était également constituée d'une gamme de margarines, qui reste au sein d'Unilever.
  • En 2000 : l'entreprise s'implante au Brésil à partir de la société Guarani, qui sera cotée à la bourse de São Paulo en 2007[10].
  • En 2000 : la société Beghin-Say est radiée du registre du commerce[11].
  • En 2001 : à la suite du rachat de Montedison par EDF et Fiat, le groupe se scinde en quatre unités : Béghin-Say, Cerestar (fournisseur de produits à base d'amidon), Cereol (oléagineux) et Provimi (alimentation animale)[12], et les agriculteurs betteraviers vendant leurs productions aux usines Béghin-Say se constituent en coopérative agricole sous le nom d'Union BS.
  • En 2002 : les parts de Béghin-Say sont rachetées par les coopératives Union SDA et Union BS.
  • En 2003 : sous l’impulsion de Dominique Ducroquet, alors président de la CGB, l’ensemble devient le groupe Tereos, certaines unités de transformation (dans la Marne) ayant été revendues au groupe Cristal Union.

Produits[modifier | modifier le code]

Trois sachets de vergeoise Béghin Say.

Béghin-Say propose en France plusieurs gammes de produits : sucres traditionnels, pâtissiers, gélifiants, pure canne, sucres fantaisie et sucres nutritionnels. Ses produits sont commercialisés sous les marques Beghin Say, La perruche, Le Blonvilliers et l'Antillaise.

Principaux concurrents[modifier | modifier le code]

Ecologie[modifier | modifier le code]

En 2020, la marque de sucre a vu son chiffre d'affaire impacté par des manifestants. En effet, une loi a autorisé l'utilisation de néonicotinoïdes[13], un insecticide dangereux à l'origine de la mort de nombreuses abeilles. Or, l'urgence climatique et la protection des abeilles est de nos jours une nécessité. Des manifestants, dont les partisans du mouvement populaire appelé "La Ronce", ont donc décidé d'agir afin que la marque prenne conscience de ses actes.[14] Ils ont appelé à retirer les bouchons de sucre et à ouvrir les boites afin de rendre les produits invendables. Ils espèrent que cette action montrera aux lobbystes que protéger l'environnement est une nécessité et qu'ils feront des pertes, voire qu'ils ne vendront plus, jusqu'à ce que cette nécessité soit prise en compte.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Chronique du XXe siècle, p. 1089
  2. Bernard Le Nail, Dictionnaire biographique de Nantes et de Loire-Atlantique, Pornic, Le Temps éditeur, , 414 p. (ISBN 978-2-363-12000-7), p. 366.
  3. a b et c Panneau Histoire de Paris boulevard Vincent-Auriol.
  4. « Sucrerie Frère et Cie, puis Sucrerie d'Attigny-Vouziers, puis Beghin-Say [Inventaire du patrimoine industriel de la région Champagne -Ardenne] », sur cr-champagne-ardenne.fr (consulté le 24 mars 2018)
  5. a b et c « Ferdinand Béghin », sur geni.com (consulté le 21 janvier 2012)
  6. a et b « Béghin », sur thierryprouvost.com (consulté le 21 janvier 2012)
  7. François Lecocq, « Les Béghin à la conquête de l'or blanc », dans Cent ans de vie dans la région, Tome 1 ː 1900-1914, La Voix du Nord éditions, hors série du 17 novembre 1998, p.88-89.
  8. La saga Ducros, sur le site officiel
  9. Unilever et Eridania Béghin-Say s'échangent des actifs, Les échos, 6 janvier 1998
  10. « Sucre : Tereos introduit Guarani à la Bourse de Sao Paulo - Le Blog Finance », sur Le Blog Finance (consulté le 14 septembre 2020).
  11. « BEGHIN-SAY à THUMERIES (383821410), CA, bilan, KBIS - Infogreffe », sur www.infogreffe.fr (consulté le 19 avril 2020)
  12. Eridania Béghin-Say: en avant la scission !, l'Express, 7 juin 2001
  13. « Les betteraviers normands attendent des mesures pour sauver la filière », sur France Bleu, (consulté le 11 novembre 2020)
  14. « Contre les néonicotinoïdes, des activistes appellent à gaspiller du sucre en magasins », sur L'Action Agricole Picarde (consulté le 11 novembre 2020)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]