Bataille de Sadowa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sadowa.
Bataille de Sadowa
Description de cette image, également commentée ci-après

La bataille de Sadowa, huile sur toile de Georg Bleibtreu (1869)

Informations générales
Date
Lieu Sadová, Bohême
(République tchèque actuelle)
Issue Victoire prussienne décisive
Belligérants
Drapeau de la Prusse Royaume de Prusse Drapeau de l'Autriche Empire d'Autriche
Drapeau du Royaume de Saxe Royaume de Saxe
Commandants
Guillaume Ier
Helmuth von Moltke
Ludwig von Benedek
Forces en présence
221 000 soldats
702 pièces d'artillerie
206 100 soldats
dont 22 000 Saxons
605 pièces d'artillerie
Pertes
1 900 morts
275 disparus
6 800 blessés
940 chevaux
5 735 morts
7 925 disparus
8 440 blessés
22 000 prisonniers
6 000 chevaux
116 canons

Guerre austro-prussienne

Batailles

  • front austro-prussien

Hühnerwasser · Podol · Trautenau · Nachod · Langensalza · Oswiecim · Münchengrätz · Soor · Skalitz · Gitschin · Schweinschædel · Sadowa (Königgrätz) · Kissingen · Aschaffenbourg · Üttingen · Blumenau

  • front austro-italien
Custoza · Val Vestino · Cimego · Pieve di Ledro · Monte Nota · Lissa · Bezzecca · Primolano · Borgo · Cimego · Levico · Versa
Coordonnées 50° 12′ 36″ nord, 15° 49′ 48″ est

Géolocalisation sur la carte : République tchèque

(Voir situation sur carte : République tchèque)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Sadowa.

La bataille de Sadowa ou bataille de Königgrätz eut lieu sur un plateau entre l'Elbe et la Bistritz, non loin de la ville tchèque de Hradec Králové (en allemand Königgrätz), le dans le cadre de la guerre austro-prussienne. Ce fut une victoire du Royaume de Prusse sous le commandement du général Helmuth von Moltke.

Cette bataille faisait suite à une autre victoire des Prussiens, sur les alliés de l'Autriche lors de la bataille de Langensalza (27 et 28 juin 1866).

Cette bataille marqua la fin de la lutte de pouvoir entre la Prusse et l'Autriche au sein du monde germanique. L'Autriche dut laisser la Prusse l'exclure de la Confédération germanique qui devint alors la Confédération de l'Allemagne du Nord et réussit quatre ans plus tard l'Unification allemande.

Antécédents[modifier | modifier le code]

Après les guerres napoléoniennes, le Congrès de Vienne rétablit partiellement l'ordre ancien entre les puissances européennes en 1815. La restauration partielle des principautés allemandes s'accompagna de l'institutionnalisation du Deutscher Bund (Confédération germanique), censé compenser la disparition du Saint Empire romain germanique et contenir la montée du sentiment national allemand. Mais cette alliance très théorique entre les États allemands et l'Autriche est source de tensions croissantes entre les deux grandes puissances allemandes de l'époque, l'Autriche et la Prusse, quant à l'hégémonie dans la Confédération, tensions aggravées après la mise en place du Zollverein entre les États du nord de l'Allemagne, mené par la Prusse, et délibérément attisées par le premier ministre prussien Otto von Bismarck au sujet d'un conflit avec le Danemark.

Le roi du Danemark, depuis 1806 avait obtenu des duchés de langue allemande: le Schleswig et le Holstein. L'annexion de ces duchés par le Danemark provoque une insurrection dans le Holstein en 1848, puis une crise exploitée par Bismarck : la Prusse et l'Autriche conduisent en 1864 la guerre des Duchés pour forcer le Danemark à évacuer les duchés. En 1865, par la convention de Gastein, le Danemark renonce à ces territoires : le Holstein revint à l'Autriche, le Schleswig à la Prusse. Mais, multipliant les incidents, la Prusse occupe le Holstein, ce qui conduit l'Autriche à mobiliser l'armée confédérale du Deutscher Bund. La Prusse se retire alors de la Confédération et déclare la guerre à l'Autriche le .

Du côté de l'Autriche se trouvaient les États de l'Allemagne moyenne : la Bavière, le Hanovre, la Saxe, le Wurtemberg, le pays de Bade ainsi que divers petits États allemands.

Aux côtés de la Prusse se rangent la Thuringe, quelques petits États du nord de l'Allemagne, ainsi que l'Italie, qui voit là l'occasion de s'emparer de la région de Venise encore sous souveraineté autrichienne.

À la veille de la guerre austro-prussienne, la Prusse avait envoyé des centaines d'observateurs au côté des Nordistes durant la guerre de Sécession américaine, pour observer l'utilisation des moyens militaires modernes ainsi que la mise en place de stratégies adéquates. L'introduction d'une Oberste Heeresleitung (« haut-commandement »), c'est-à-dire une direction stratégique centralisée des armées, fut l'un des résultats de ces observations.

Importance dans l'histoire militaire[modifier | modifier le code]

Le prince Frédéric Charles salué par les troupes

La signification de la bataille de Sadowa est importante à la fois dans le contexte politique général et dans le développement de la stratégie militaire en Europe. Avec Sadowa débute l'époque des manœuvres d'armées massives qui, à la différence des armées napoléoniennes, mènent des combats où l'arme à feu devient centrale. La baïonnette qui jusqu'alors décidait de l'issue d'une bataille par des combats au corps à corps devient accessoire avec l'élévation de la cadence de feu. Il faut ici remarquer l'introduction de nouveaux armements : la Prusse utilise des fusils Dreyse à aiguille (en allemand : Preußisches Nadelgewehr ou ZündNadelgewehr), une arme ultramoderne pour l'époque, qui permettait aux fantassins de tirer allongé 6 à 8 coups par minute car ils se rechargeaient par la culasse, alors que les Autrichiens n'étaient équipés que de fusils à piston les obligeant à être debout pour recharger après chaque tir.

Dans le même temps, c'est la tactique de commandement qui est bouleversée. Jusqu'alors, sous l'influence de Frédéric II de Prusse, la tactique imposait un strict respect des consignes de l'État-major par les officiers de troupe, ceci pour la mise en œuvre de la « tactique de la ligne », c'est-à-dire la progression des troupes en lignes formant un carré ou un rectangle. Cette tactique datant du XVIIIe siècle permettait d'optimiser le temps de tir mais présentait de sérieux inconvénients, notamment une faiblesse sur les flancs. De fait, les batailles de Iéna et Auerstaedt en 1806 en avaient consacré la faillite. À présent une marge de manœuvre plus large et une plus grande responsabilité est laissée aux hommes de terrain. Dès lors les chefs de compagnies — c'est-à-dire les officiers au grade de capitaine ou lieutenant – peuvent, en cas de doute, prendre des décisions selon leur propre appréciation sans craindre de sanctions pour désobéissance.

Peut-être encore plus important : la mobilisation et le transport des troupes sont opérés par le chemin de fer. Le commandant en chef Helmuth von Moltke, ancien élève de Carl von Clausewitz, utilise les moyens fournis par les techniques modernes pour mettre en œuvre des plans complexes, fondés sur le respect exact de mouvements quasi minutés. Tout aussi novatrice est la révolution des communications : le messager à cheval de l'époque pré-industrielle est de plus en plus remplacé par le télégraphe. Là encore, la bataille de Sadowa tint lieu de première expérimentation.

Le plan de bataille du comte von Moltke était, comme il le décrivit lui-même nonchalamment, « des plus simples ». Il se fondait sur le principe simple, quoique difficile à mettre en œuvre dans la pratique : « Marcher séparément, frapper ensemble » (Getrennt marschieren, vereint schlagen). Ainsi, trois armées sont mises en marche par le haut-commandement prussien à la fin de juin 1866 : la première sous le commandement du Prince Frédéric-Charles de Prusse, la seconde sous celui de son cousin, le prince héritier Frédéric-Guillaume (le futur Frédéric III) et la troisième, l'armée de l'Elbe, sous le commandement du général Herwarth von Bittenfeld. Celles-ci devaient, par un large mouvement d'encerclement, anéantir l'armée autrichienne du maréchal Ludwig von Benedek. Si ce plan fonctionna, c'est sans doute également grâce à l'absence de cohésion au sein de la coalition dirigée par l'Autriche. Benedek disposait lui aussi de trois armées, mais dont deux ne lui obéissaient que très théoriquement et assuraient la défense de Francfort et de Munich. Le maréchal autrichien était donc isolé sur l'aile droite du front puisqu'il se trouvait en Bohème.

Après quelques combats dans les régions montagneuses autour de Prague (les rues de Berlin conservent le souvenir de ces accrochages : Trautenau, Nachod et Skalitz) entre le 26 juin et le 3 juillet, combats le plus souvent remportés par les armées prussiennes, les deux armées se rencontrent le 3 juillet au petit jour près de Sadowa.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Carte de la bataille de Sadowa

Au départ, l'armée autrichienne n'a que la 1re armée prussienne et l'armée de l'Elbe face à elle, les unités du prince héritier étant encore en chemin. En effet, à la suite d'une coupure des lignes télégraphiques, l'ordre d'attaque décidé le soir précédent par Frédéric-Charles n'est transmis à l'armée emmenée par le prince héritier que vers 4 h du matin (deux cavaliers ont dû chevaucher toute la nuit). En conséquence, la pression se fait au fil des heures de plus en plus forte sur les troupes prussiennes en sous-nombre.

La 7e division d'Infanterie prussienne du général-major Eduard von Fransecky, et en particulier le 2e régiment d'Infanterie magdebourgeois, attaque dans les bois de Swiep. Ils se retrouvent face à deux corps d'armée autrichiens. Un carnage effroyable s'ensuit. Le roi de Prusse ordonne à la 1re armée (au centre) de marcher et de soutenir Fransecky. Le village de Sadowa est pris mais les combats font toujours rage dans les bois.

L'artillerie autrichienne arrête les Prussiens vers 11 h du matin, la 1re armée prussienne qui s'était placée au départ à l'ouest de la rivière Bystřice ne pouvant que difficilement faire traverser son artillerie. Sans en référer à l'état-major autrichien, le comte Festetics et ses troupes tentent alors de reprendre le bois.

Déjà, les généraux autrichiens se bercent de l'illusion d'une victoire facile, ce qui les conduit d'ailleurs à ne pas « finir le travail » en ordonnant une charge de cavalerie au moment où la bataille pouvait être décidée en leur faveur. Du côté prussien, les premiers signes de mauvaise humeur apparaissaient contre le plan peu orthodoxe de von Moltke (Guillaume Ier lui-même, ainsi que son ministre-président, le comte Bismarck, craignirent une défaite).

À midi, le maréchal Benedek ordonne l'utilisation des troupes de réserve, qui ne parviennent cependant pas à reconquérir la colline.

À environ 14 h 30 surgit à l'horizon, en haut d'une colline, le 1er régiment de Gardes. C'était l'avant-garde des Corps de Gardes appartenant à la 2e Armée. L'armée du prince héritier était là, avec près de 100 000 hommes. Elle attaque le flanc droit autrichien et prend aussitôt l'armée autrichienne en tenaille dans le bois de Swiep (les divisions de l'Armée de l'Elbe no 14, 15 et 16 attaquant sur le flanc gauche).

Le « 1er Régiment de la Chrétienté » (1er régiment de Gardes, ainsi surnommé par les contemporains) prend Chlum, à l'est de Sadowa et derrière le centre autrichien, tandis que dans le même temps l'armée de l'Elbe prend Probluz et enfonce le flanc gauche autrichien.

En peu de temps, les Autrichiens perdent près de 10 000 hommes. Face à la menace d'un encerclement de l'ensemble de son armée, Benedek abandonne la partie et ordonna le retrait de ses troupes, poursuivies par la cavalerie prussienne.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Suites politiques[modifier | modifier le code]

La signification de la bataille ne reste pas inconnue des contemporains. Dans le Paris du Second Empire, on craint que ne se crée, sur la frontière est, un voisin puissant et uni sous la domination de la Prusse. Très vite apparaît le slogan d'appel à la bataille pour empêcher la Prusse d'unir plus avant l'Allemagne : « Revanche pour Sadowa ! »[1],[2]. Le but est d'étouffer le mouvement d'unification allemande, ce qui aboutit à la guerre franco-prussienne de 1870. On peut affirmer que le refus français de soutenir l'Autriche s'est révélé un bien mauvais calcul : la Prusse est renforcée, assurée de ne pas être attaquée par la Russie, et pourra bientôt se tourner tranquillement... contre la France.

La bataille a aussi de profondes conséquences pour l'Empire autrichien. Malgré les victoires de Custoza le 24 juin et de Lissa (bataille navale le 20 juillet) contre les Italiens, alliés des Prussiens, l'empereur François Joseph est contraint, à la suite de la défaite catastrophique de Sadowa, à remettre la Vénétie à l'Italie. L'Autriche est exclue de la Confédération germanique, dissoute de fait, et la Prusse annexe le Schleswig-Holstein, le Hanovre, la Hesse Électorale, le Duché de Nassau et Francfort-sur-le-Main tout en fondant la Confédération d'Allemagne du Nord. Le 26 juillet 1866 est conclue la paix provisoire de Nikolsburg, suivie du traité (définitif) de Prague le 23 août.

Le maréchal autrichien Ludwig von Benedek, qui était certes un stratège doué, est tenu pour responsable de cette débâcle. À la suite de la défaite, il est démis de son poste et traduit en Conseil de guerre. La procédure est suspendue sous la pression de l'Empereur, mais il est ordonné à Benedek de se taire jusqu'à la fin de ses jours à propos de cette bataille (ce qu'il fit). Les historiens en Autriche sont de nos jours plutôt de l'avis que bien que Benedek ait commis des erreurs (sur le choix du terrain notamment), la défaite est plutôt à mettre au compte des officiers hongrois qui, à l'encontre des ordres de Benedek, contre-attaquèrent dans les bois de Swiep, ce qui a conduit à rompre le front autrichien et à permettre l'encerclement par le régiment prussien « en retard ». Quant à la supériorité des fusils Dreyse, Benedek semble en avoir été bien informé, ce qui le conduisit à essayer d'obliger les Prussiens à se battre dans des bois épais (comme celui de Swiep). Les lignes étant ainsi plus rapprochées, l'armement supérieur des Prussiens ne leur était que de peu d'utilité. Cette tactique fonctionna plutôt bien, jusqu'à la contre-attaque fatale des Prussiens.

En politique intérieure autrichienne, l'Empereur se trouve sous pression. La monarchie est affaiblie sur le plan extérieur et en 1867, l'Autriche se trouva acculée à des concessions. Le 21 décembre, la division de l'ancien Empire autrichien entre Autriche et Hongrie est accordée (en réalité Cisleithanie et Transleithanie), tandis que la Constitution de décembre est signée au Conseil de l'Empire (Reichsrat).

Enfin, sur le plan militaire, la stratégie prussienne s'impose : attaque massive au centre, puis contournement des ailes avec comme objectif d'écraser l'armée ennemie (ce qui n'est que partiellement atteint à Sadowa). Cette même tactique s'imposera d'ailleurs à Sedan.

Suites financières[modifier | modifier le code]

Sur le plan économique et financier, la défaite autrichienne a précipité la Crise de 1866, qui avait déjà posé ses germes en mai en Angleterre. Dans les jours précédents Sadowa, le marché obligataire avait chuté car on pensait que la guerre serait interminable, la victoire prussienne ayant été précédée par une victoire autrichienne en Italie qui était censée mettre fin aux espoirs du Risorgimento. La netteté de la victoire prussienne à Sadowa renverse complètement la tendance sur les emprunts d'État italiens et français, qui repartent très fortement à la hausse, après avoir été vendus à découvert par de nombreux agents de change : le 5 juillet 1866, le cours de l'emprunt français à 3 % passe de 64,40 francs à 70 francs, soit une progression de presque 10% en une seule journée[3]. Parallèlement, le cours de l'emprunt italien à 5 % passe de 42,60 à 70, soit une progression de presque 40 % en une seule séance[4]. Les pertes subies par les agents de change qui avaient vendus à découvert rendent la Crise de 1866 très aigüe sur la place de Paris ; les agents de change Doyen et Porché se retrouvent en faillite, avec des pertes respectives de 1,38 millions et 350 000 francs. La Chambre syndicale des agents de change propose que les opérateurs sur la place de Paris se soutiennent solidairement pour éviter des faillites en cascade, mais la Compagnie des agents de change s'y oppose et le sauvetage fut opéré par une souscription privée[3].

Dans son roman L'Argent, Emile Zola met en personnage fictif mais inspiré de la réalisé, le banquier Saccard, héros de l'histoire, qui s'enrichit au lendemain de Sadowa, en rachetant à la baisse des actions qui vont ensuite bénéficier de la fin rapide de la guerre[5].

Curiosités[modifier | modifier le code]

Dans le roman de Theodor Fontane Effi Briest (1895), l'héroïne met au monde son enfant, sa fille Annie, le jour de la bataille de Königgrätz. Citation du chapitre 14 : « … et au matin du 3 juillet se tenait à côté du lit de Effi un berceau. Le docteur Hannemann tapota la main de la jeune mère et dit : Aujourd'hui est le jour de Königgrätz ; dommage que ce soit une fille. Mais un garçon peut venir plus tard, et les Prussiens ont beaucoup de jours de victoires (devant eux)". »

C'est de cette bataille que vient le proverbe « Les Prussiens ne tirent pas si vite ! ». S'agit-il d'un rappel ironique à la supériorité des fusils prussiens, leur permettant de tirer plus vite ? Sebastian Haffner affirme le contraire dans son livre Preußen ohne Legende : « Le proverbe […] ne se réfère pas aux tirs des Prussiens avec leurs fusils modernes — et ils tiraient particulièrement vite ! — mais il vient du fait qu'ils étaient beaucoup plus lents quand il s'agissait de fusiller les déserteurs… En Prusse, on recevait certes dans ce cas là une raclée qui vous laissait à demi-mort, mais on était ensuite remis sur pieds pour pouvoir servir à nouveau. Les déserteurs avaient trop de valeur pour être fusillés ; ici aussi, l'économie prussienne ».

L'empereur François Joseph est supposé avoir dit, après qu'on lui apprit la nouvelle de la défaite et d'une façon bien peu princière, à propos de son général : « Benedek, l'imbécile ! » (Benedek, der Trottel !).

Hindenburg, futur maréchal et commandant en chef des forces allemandes durant la Première Guerre mondiale et futur président de la République de Weimar, servait déjà en tant qu'officier dans les troupes prussiennes à l'époque de la bataille de Sadowa. Il est vrai qu'il était déjà en retraite quand on le rappela en 1914.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Frank Zimmer: Bismarcks Kampf gegen Kaiser Franz Joseph. Königgrätz und seine Folgen, Styria 1996
  • (de) Frank Becker: "Getrennt marschieren, vereint schlagen" Königgrätz, 3. Juli 1866. In: Stig Förster [Hg.]: Schlachten der Weltgeschichte. Von Salamis bis Sinai, dtv 2004, S. 216-229
  • (de) Sebastian Haffner: Preußen ohne Legende, 1. Auflage Seite 106
  • (en) Creasy, Sir Edward S., & Mitchell, Joseph B. Twenty Decisive Battles of the World. Chapter 17 ("The Battle of Sadowa, A.D. 1866").
  • (de) Gordon A. Craig, Königgrätz. 1866 - eine Schlacht macht Weltgeschichte, Vienne, Zsolnay, (ISBN 3-552-04824-3)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gilbert Krebs, Gérard Schneilin: La naissance du Reich[1]
  2. Heinrich Von Sybel: Les Droits de L'Allemagne Sur L'Alsace Et La Lorraine (1875) books.google.com
  3. a et b La Prodigieuse Histoire de la Bourse, par Alfred Colling, page 279
  4. La Prodigieuse Histoire de la Bourse", par Alfred Colling, page 279
  5. "L'Argent: Nouvelle édition augmentée", par Zola, Emile, page 165 [2]

Liens externes[modifier | modifier le code]