Audrey Gallet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Audrey Gallet
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (42 ans)
Nationalité
Activité
DocumentaristeVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinction

Audrey Gallet est une réalisatrice et productrice française née le . Elle est lauréate du prix Albert-Londres en 2012 pour son film Zambie, à qui profite le cuivre ?.

Carrière[modifier | modifier le code]

Audrey Gallet commence sa carrière en tant que journaliste reporter d’images pour la chaîne Panafricaine 3A Télésud. Elle réalise plusieurs clips (La Canaille, Keur Gui) et reportages musicaux, notamment Gabao Hip Hop unis et engagés diffusé en 2010 sur France Ô. Elle y prend comme prétexte le festival annuel "Gabao Hip-Hop" de Libreville au Gabon pour dresser un état des lieux de la situation du mouvement Hip-Hop en Afrique Centrale[1].

Elle travaille ensuite avec Jean-Robert Viallet en assurant l’image de sa série documentaire La Mise à mort du travail, diffusée en 2009[2].

Audrey Gallet enquête pendant deux ans avec Alice Odiot sur la multinationale Glencore qui fournit le plus de cuivre au monde mais refuse de payer ses impôts à la Zambie qu’elle exploite et pollue. Les deux journalistes démontrent un vaste mécanisme d’évasion fiscale et de détournement de l’aide publique au développement. Zambie, à qui profite le cuivre ? est diffusé en 2011 sur France 5. Elles reçoivent l’année suivante le prix Albert Londres de l'audiovisuel qui récompense les meilleurs « Grands Reporters » francophones âgés de moins de 40 ans[3].

Audrey Gallet, qui a accompagné de nombreux rappeurs africains depuis le début des années 2000 est invitée par des amis sénégalais à suivre la révolte des Y'en a marre qui monte en 2011 à Dakar[4]. Dans Boy Saloum, la Révolte des Y’en a marre, elle raconte comment quatre jeunes amis se retrouvent fers de lance de la contestation politique, jusqu’à influer le cours de l’histoire[5]. Elle monte la société Sélébéyone à Dakar avec Denise Safiatou Sow, l’une des quatre protagonistes du film, pour prendre part à la production[6].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Auteure - réalisatrice[modifier | modifier le code]

  • 2007 : Gabao Hip Hop unis et engagés[7]
  • 2011 : Zambie, à qui profite le cuivre ? (télévision) production France TV – Yami 2[8]
  • 2013 : Boy Saloum – la Révolte des Y’en a marre (cinema) production Cinéphage ! – Yami2 – Sélébéyone[9]

Image[modifier | modifier le code]

  • 2009 : La Mise à mort du travail de Jean-Robert Viallet

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Prix Albert Londres de l’audiovisuel 2012 pour Zambie, à qui profite le cuivre ?
  • Étoile de la Scam 2012 pour Zambie, à qui profite le cuivre ?

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Africiné », sur www.africine.org (consulté le 8 août 2019)
  2. « La Mise à mort du travail - 1) La Dépossession - 2) L'Aliénation - 3) La Destruction », sur Film documentaire (consulté le 8 août 2019)
  3. « Alfred de Montesqiou,Audrey Gallet,Alice Odiot », sur Scam.fr (consulté le 8 août 2019)
  4. « [Altermondes] Projection-débat autour du film "Boy Saloum" » (consulté le 8 août 2019)
  5. « Boy Saloum », sur www.autourdu1ermai.fr (consulté le 8 août 2019)
  6. « Africiné », sur www.africine.org (consulté le 8 août 2019)
  7. « Films », sur Africultures (consulté le 8 août 2019)
  8. « film-documentaire.fr - Portail du film documentaire », sur www.film-documentaire.fr (consulté le 8 août 2019)
  9. « BOY SALOUM – Cinéphage productions » (consulté le 8 août 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]