Anticommutativité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

En mathématiques, l'anticommutativité est la propriété caractérisant les opérations pour lesquelles intervertir deux arguments transforme le résultat en son opposé. Par exemple, une opération binaire ✻ est anticommutative si

.

Cette propriété intervient en algèbre, en géométrie, en analyse et, par conséquent, en physique.

Définition[modifier | modifier le code]

Étant donné un entier naturel n, une opération n-aire est dite anticommutative si intervertir deux arguments transforme le résultat en son opposé.

Plus formellement, une application de l'ensemble de tous les n-uplets d'éléments d'un ensemble A dans un groupe G est dite anticommutative si pour toute permutation σ de l'ensemble {1, 2, … ,n}, on a :

,

sgn(σ} désigne la signature de σ.

Cette formule est à interpréter comme suit :

  • si deux n-uplets se déduisent l'un de l'autre par une permutation impaire alors leurs images sont symétriques l'une de l'autre dans le groupe G ;
  • si deux n-uplets se déduisent l'un de l'autre par une permutation paire alors ils ont même image.

La formule comporte donc un abus de notation puisqu'a priori, l'ensemble d'arrivée G est seulement un groupe, dans lequel « –1 » et la multiplication n'ont pas de sens précis. Dans le groupe G, noté ici additivement, (–1) g représente le symétrique (ou opposé) g d'un élément g.

Le cas n = 2 est particulièrement important. Une opération binaire est anticommutative si

,

ce qui signifie que x1x2 est l'élément symétrique de x2x1 dans le groupe G.

Exemples[modifier | modifier le code]

Propriété[modifier | modifier le code]

Si le groupe G est tel que

,

c'est-à-dire si l'élément neutre est le seul élément qui soit égal à son symétrique alors :

  • pour toute opération binaire ✻ anticommutative et tout élément x1 on a :
 ;
  • plus généralement, pour toute opération n-aire ✻ anticommutative, l'image de tout n-uplet comportant une répétition (c.-à-d. tel que pour au moins deux indices i et j distincts) est égale à l'élément neutre :
.

Cette propriété est plus connue dans le cas particulier d'une application n-linéaire antisymétrique (E et F étant des espaces vectoriels sur un même corps K) : si la caractéristique de K est différente de 2 alors le seul vecteur de F égal à son opposé est le vecteur nul, si bien que f est alternée.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

N. Bourbaki, Éléments de mathématique, Algèbre, chap. 1-3, Springer Verlag, , 2e éd. (ISBN 978-3-540-33849-9), voir chap. 3 : « Algèbres tensorielles, algèbres extérieures, algèbres symétriques ».

Lien externe[modifier | modifier le code]

(en) A. T. Gainov, « Anti-commutative algebra », dans Michiel Hazewinkel, Encyclopædia of Mathematics, Springer, (ISBN 978-1556080104, lire en ligne)

Crédit d'auteurs[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Anticommutativity » (voir la liste des auteurs).