Ann Veronica Janssens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ann Veronica Janssens
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalités
Activité
Autres informations
Mouvement

Ann Veronica Janssens, née en 1956 à Folkestone (Royaume-Uni), est une artiste plasticienne belge. En 1999, elle représente la Belgique à la Biennale de Venise. Elle crée des installations avec des lumières et des brouillards artificiels qui viennent perturber la perception de l'espace. Elle vit et travaille à Bruxelles.

Tropical Moonlight (2008)

Biographie[modifier | modifier le code]

Ann Veronica Janssens, née en 1956, à Folkestone au Royaume-Uni, fait des études d'histoire de l'art en Angleterre. Elle étudie ensuite à l'École nationale supérieure des arts visuels de la Cambre à Bruxelles[1]. Elle réalise sa première exposition personnelle en 1981, à Liège en Belgique[1].

Œuvre[modifier | modifier le code]

La pratique artistique de Ann Veronica Janssens pourrait se définir comme une recherche basée sur l'expérience sensorielle de la réalité. Par divers types de dispositifs (installations, projections, environnements immersifs, interventions urbaines, sculptures), Ann Veronica Janssens invite le spectateur à franchir le seuil d'un espace sensitif nouveau, aux limites du vertige et de l'éblouissement[2]. Dans un registre inspiré de processus cognitifs[3] (perception, sensation, mémoire, représentation), ses œuvres tendent vers un certain minimalisme, soulignant le caractère fugitif, éphémère ou fragile des propositions auxquelles elle nous convie[4]. Spatialisation et diffusion de lumière, rayonnement de la couleur, impulsions stroboscopiques, brouillards artificiels, surfaces réfléchissantes ou diaphanes sont autant de moyens lui permettant de révéler l'instabilité de notre perception du temps et de l'espace. Les propriétés des matériaux (brillance, légèreté, transparence, fluidité) ou les phénomènes physiques (réflexion, réfraction, perspective, équilibre, ondes) sont ici questionnés avec rigueur dans leur capacité à faire vaciller la notion même de matérialité.

Elle a collaboré avec la chorégraphe belge Anne Teresa De Keersmaeker pour la scénographie de plusieurs spectacles de danse contemporaine, intitulés Keeping Still (2007), The Song (2009) et Cesena (2011).

Expositions[modifier | modifier le code]

Expositions personnelles (sélection)

  • 2011 : château des Adhémar Centre d’art contemporain, Montélimar
  • 2010 : "May", Air de Paris, Paris
  • 2009 : "0034 93 487 64 02" (Galeria Toni Tapies, Barcelone), "Are you experienced ?" (EACC - Espai d'Art Contemporani de Castello, Castello), Curated by Michèle Lachowsky and Joel Benzakin
  • 2008 : "Experiences and Sketches" (Galerie Esther Schipper, Berlin), Galerie Micheline Szwajcer (Anvers).
  • 2007 : "An den Frühling" (Museum Morsbroich, Leverkusen).
  • 2006 : "Avril" (Air de Paris, Paris), "June" (Centre d'Art Contemporain Chapelle du Genêteil, Château Gontier).
  • 2005 : Galerie Esther Schipper (Berlin), Galerie Micheline Szwajcer (Anvers).
  • 2004 : "Freak Star" (Galeria Toni Tapies, Barcelone)
  • 2003 : "8'26" (MAC Galeries contemporaines des musées de Marseille, Marseille), "Travellings" (Openluchtmuseum voor Beeldhouwkunst Middelheim, Antwerp), "Licht und Farben" (Kunsthalle Bern, Bern), "Scrub Color II" (Schipper & Krome, Berlin)
  • 2002 : IKON Gallery, Birmingham
  • 2001 : Neue National Galerie, Berlin

Expositions collectives (sélection)

  • 2013 : "Dynamo, 1913-2013, un siècle de lumière et de mouvement dans l'art" (Grand Palais, Paris)
  • 2011 : "In-perception" (Le centquatre, Paris)
  • 2009 : "UN-SCR-1325" (The Chelsea Art Museum, New York).
  • 2008 : "Losing Control" (De Garage, Mechelen), "Expats/Clandestines" (Wiels, Bruxelles).
  • 2007 : "The experience of color" (Fine Art Center, University of Mass Amherst).
  • 2006 : "ON/OFF" (Casino Luxembourg, Luxembourg).
  • 2005 : "Expérience de la durée" (8e Biennale d'art contemporain de Lyon).
  • 2004 : "Eyes, Lies & Illusions" (Hayward Gallery, London).
  • 2003 : CCAC Wattis Institute for Contemporary Arts, San Francisco.
  • 2001 : "Works for space" (Kunstverein München, Munich)

Distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) (fr) (nl) (de) (es) (zh) (ja) (ru) (pt) Ann Veronica Janssens et Michel François, Experienced, Bruxelles, Base Publishing / EACC (Espai d'Art Contemporani Castellon), (ISBN 978-94-90066-00-0)
  • Hans Theys, Ann Veronica Janssens An den Frühling, Köln, DuMont Literatur und Kunst Verlag, (ISBN 9783832190217)
  • Nathalie Ergino, Anne Pontégnie et Ann Veronica Janssens, Ann Veronica Janssens 8'26, Paris, ENSBA / MAC, (ISBN 978-2840561583)
  • Hans Theys, Ann Veronica Janssens-the Gliding Gaze, Anvers, Middelheim Museum, (ISBN 90-76222-19-3)
  • (fr) (en) Mieke Bal, Une image différente dans chaque œil / A Different Image in Each Eye, Bruxelles, Espace 251 Nord / Communauté française de Belgique, (ISBN 2-87317-124-3)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Béatrice Didier, Le dictionnaire universel des créatrices : Janssens, Ann Veronica, (ISBN 9782721006295), p. 2151
  2. « Il s’agit de provoquer l’expérience de l’excès, du dépassement des limites. Les situations d’éblouissements, de rémanence, de vertige, de saturation, de vitesse, d’épuisement, m’intéressent car elles nous permettent de nous structurer autour d’un seuil d’instabilité visuelle, temporelle, physique et psychologique. » Cette citation de l'artiste est extraite de Ann Veronica Janssens 8’26’’, par Nathalie Ergino, Anne Pontégnie, Ann Veronica Janssens, ENSBA / MAC, Paris, 2004.
  3. « la mémoire ne fonctionne plus comme un répertoire dans lequel on irait puiser des solutions ou des images toutes faites, mais comme un catalyseur de formes ouvertes et d'inventions, un espace sensitif de liberté. » D'après Pascal Rousseau, « Ann Veronica Janssens - Light Games », Art Press, n° 299, mars 2004, p. 30.
  4. « Je m’intéresse à ce qui m’échappe, non pas pour l’arrêter dans son échappée mais bien au contraire pour expérimenter « l’insaisissable ». Il y a peu d’objets dans mon travail. Ce sont des gestes engagés, des pertes de contrôle, revendiqués et offerts comme des expériences actives. Ma démarche se constitue de cette perte de contrôle, de l’absence de matérialité autoritaire, et de la tentative d’échapper à la tyrannie des objets. » Op. cit..

Liens externes[modifier | modifier le code]