André Figueras

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
André Figueras
Description de cette image, également commentée ci-après
defaut.svg
Naissance
Paris
Décès (à 78 ans)
Paris
Activité principale
Écrivain, journaliste, éditeur
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

André Figueras, né le 8 janvier 1924, mort le 15 mars 2002 à Paris, est un éditeur, écrivain et journaliste français connu pour son activité de pamphlétaire, engagé dans la Résistance en 1940.

Biographie[modifier | modifier le code]

Engagé dans la résistance en 1941, à l'âge de 17 ans, il n'en demeure pas moins un défenseur de Philippe Pétain. Il termine la guerre dans les commando-parachutistes de l'Armée d'Afrique ; à ce double titre, il a reçu la croix de Guerre et la Médaille de la Résistance.

Après guerre, il commence une carrière dans la presse dans le journal L’Essor aux côtés de Maurice Clavel et épouse en premières noces la fille de Pierre Brossolette, dont il divorcera peu après. Il se remariera par la suite à deux reprises. La guerre d'Algérie et l'abandon de l'Algérie française par Charles de Gaulle vont contribuer à faire de lui un adversaire très résolu du gaullisme.

En , il signe un appel demandant l'arrêt de poursuites en cours contre le Groupe union défense[1].

Il publie un grand nombre d'ouvrages pamphlétaires, dont plusieurs seront interdits par la censure, notamment Le Général mourra ou Charles le Dérisoire. Il est également l'auteur d'un roman sur la France de la Seconde Guerre mondiale, assez cynique et subversif, Pas de champagne pour les vaincus, célèbre notamment pour sa description réaliste et effrayante du lynchage mortel d'une prostituée par les comités d'épuration de la Libération.

Il s'associa plusieurs fois au caricaturiste Pierre Pinatel pour l'écriture de satires de la vie politique française, notamment Le Cirque socialiste.

En écrivant Ce Canaille de D…, il a opéré un virage idéologique en se rangeant du côté des antidreyfusards. Beaucoup lui reprocheront d'avoir voulu rouvrir le dossier d'une affaire classée qui avait suscité de nombreux débats et avait coupé la France en deux en 1899. Figueras contestait la réhabilitation de Dreyfus au début du XXe siècle.

Bien qu'ayant conservé des amitiés à gauche (notamment avec Jean-Edern Hallier et Maurice Clavel), André Figueras a également été proche du catholicisme traditionaliste de Monseigneur Marcel Lefebvre et des mouvements anti-avortement. À partir des années 1980, il a soutenu Jean-Marie Le Pen, qui est d'ailleurs le parrain de sa fille.

En 1992, il fait partie du comité de parrainage de la bibliothèque privée Jeanne-d'Arc, sise à Paris, qui comprend des ouvrages {anti-maçonniques, antisémites, négationnistes, ou « faisant l'apologie de Vichy »[2].

À la fin de sa vie[Quand ?], il présenta sa candidature à l'Académie française, sans succès.

Descendance[modifier | modifier le code]

L'un de ses deux fils, Olivier, collabore au journal Présent, où il écrit sous le pseudonyme d'Olivier Mirande jusqu'à la mort de son père, et son autre fils, Raphaël, est ecclésiastique.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Marche à l'azur (Poésie, Jouve, 1945)
  • Fernand Gregh, poète moderne (Jouve, 1946)
  • Châteaux en azur (Poésie, Jouve, 1947)
  • La Porte humaine (Poésie, Jouve, 1947)
  • La France et le soleil (Poésie, Les Cahiers d'art et d'amitié. Mourousy, 1948)
  • Mon cœur parmi son mal (Poésie, Le Rebec, hors commerce, 1949)
  • Instantanés nerveux (Poésie, Le Rebec, hors commerce, 1950)
  • Onze novembre (Poésie, Le Rebec, hors commerce, 1952)
  • Jules Romains (« Poètes d'aujourd'hui », Seghers, 1952)
  • L'humour jaune (Poésie, Seghers, 1953)
  • André Soubiran et les « Hommes en blanc » (Segep, 1954)
  • Dante, lumière du Moyen Age (1954)
  • Moitié, moitié (Poésie, Seghers, 1954)
  • Juif ou pas... (Poésie, hors commerce, 1955)
  • Zoologie du Palais Bourbon (1956 - édition revue et augmentée en 1964)
  • Objectif : France (Club Honneur et Patrie, hors commerce, 1956)
  • Mourir pour rire (Poésie, Subervie, 1957)
  • Poèmes patriotiques (Poésie, Subervie, 1958)
  • Agnès, notre cœur (Roman. L'Inter, 1958)
  • Algérie française (1959)
  • Lyautey assassiné. La question marocaine (Volonté française, Fischbacher, 1959. Réimp. 1996)
  • Nous sommes Frey ! La vérité sur l'UNR (1959)
  • Faut-il rester en République ? (1960)
  • Saint Bernard (La Table Ronde, 1960)
  • Bretagne bretonne (Subervie, 1961)
  • Les Origines étranges de la Ve République (1962)
  • Les Pieds-Noirs dans le plat (1962)
  • Guide d'anti-cinquième (1963)
  • Charles le Dérisoire Pièce en 5 actes (1964. Réimp. 1979)
  • Le Général mourra, Paris, La Librairie française, (1965)[3]
  • Les gaullistes vont en enfer (1965)
  • Raoul Salan, ex-général d'armée (La Table Ronde, 1965. Réimp. 2001, Didro, sous le titre Raoul Salan, général rebelle)
  • Figueras contre De Gaulle (1965)
  • Mes Condamnations (1966)
  • Corrida de lieutenant (chant funèbre à la mémoire de Roger Degueldre) (Ed. du Midi, 1967. Réimp. 1978)
  • C'est la faute à Paris (1968)
  • Adjudant fisc (La Table Ronde, 1969)
  • Raoul Salan : Lettres de prison, La Table Ronde, (1969)
  • De Gaulle l'Impuissant (1970)
  • L'affaire du Bazooka (La Table Ronde, 1970)
  • J'accuse Michel Debré (1971)
  • La République des gredins (1972)
  • Scandale de la Résistance (1973)
  • Faux résistants et vrais coquins (1974)
  • La Croix de Lorraine qui tue (1975)
  • Strictement confidentiel (1975)
  • Marty sans laisser d'adresse (1976)
  • Pamphlets interdits (2 volumes d'œuvres censurées) (Réunit en un volume la réédition de « Le général mourra » et « Les gaullistes vont en enfer ») (1976)
  • Giscarnaval et Mitterandoignon (1976)
  • La Gestapo fiscale (1977)
  • De Laënnec à Saint-Nicolas-du-Chardonnet, le combat de Mgr Ducaud-Bourget (1977)
  • Le Camarade cardinal (1977)
  • Pétain, c'était De Gaulle (uchronie, préface de Jacques Isorni) (1979)
  • Histoires surnaturelles (1980)
  • Avorteurs et avortons (1980)
  • Mitterrand dévoilé (1980)
  • Pas de champagne pour les vaincus (roman) (1981)
  • Les Derniers Jours de la patrie (suite de Pas de champagne pour les vaincus) (roman) (1982)
  • Ce canaille de D…reyfus, Paris, A. Figueras, (1982)[4]
  • Les résistants à la « Popaul » (1982)
  • La France « aux Français » (1983)
  • Le Cirque socialiste (1984)
  • Les Catholiques de tradition (L'Orme Rond, 1984)
  • Les monastères de tradition (tome 1 : Ils campent sur des ruines - tome 2 : L'espoir des fondations) (1984)
  • Les funérailles de l'honneur (1984)
  • Traité de balayage (1985)
  • Philippe Pétain devant l'Histoire et la Patrie (1986)
  • Le taureau par la queue (1986)
  • L'adieu aux Juifs (1987)
  • Les 4 secrets de Barbie (1987)
  • Gloire à l'Armée d'Afrique (1987)
  • Dernières nouvelles des salauds (1988)
  • L'Affaire Dreyfus revue et corrigée, Paris, A. Figueras, (1989) [ (ISBN 2-905432-05-5)]
  • Pétain et la Résistance (1989)
  • Le roman noir du fisc ou l'impôt des Borgia (1990)
  • Pour en finir avec le Général (1990)
  • Onze amiraux dans l'ouragan (1991)
  • Pétain et la Marine (1992)
  • Mémoires intempestifs. Tome I (1992)
  • Mémoires intempestifs. Tome II : Mi-Figueras, mi-raisin (1993)
  • Dictionnaire analytique et critique de la Résistance (1994)
  • Mes opinions indépendantes sur Pétain, Salan, Le Pen et quelques autres (1994)
  • Pour l'amour de Dieu (1994)
  • Mémoires intempestifs. Tome III : Le petit monde de Don Figueras (1995)
  • La Fable d'Auschwitz et d'Abraham (1996)
  • Pas d'Oradour à Saint-Amand-Montrond (1996)
  • Tableau de la fausse résistance (1997)
  • Dialogues politiquement incorrects (1998)
  • Le Palimpseste de Vichy (1998)
  • Aux environs de Petit-Goulag (1999)
  • Le rendez-vous de Caluire. Qui a livré Jean Moulin ? (1999)
  • Le fou de l'Élysée. La malédiction du Général (2000)
  • Le sang de Hoche et le sang de Bayard (2000)
  • Chroniques des années noires (2001)
  • À une voix près... (2002)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Plusieurs personnalités lancent un appel en faveur du GUD », sur lemonde.fr, .
  2. Jean-Yves Camus et René Monzat, Les Droites nationales et radicales en France : répertoire critique, Lyon, Presses universitaires de Lyon, , 526 p. (ISBN 2-7297-0416-7), p. 154.
  3. Cf. Notice SUDOC.
  4. Cf. Notice SUDOC et réédition en 2001, Déterna [ (ISBN 2-913044-46-8)].