Alfred Gusenbauer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alfred Gusenbauer
Alfred Gusenbauer, en 2010.
Alfred Gusenbauer, en 2010.
Fonctions
Chancelier fédéral d'Autriche

(1 an 10 mois et 21 jours)
Président fédéral Heinz Fischer
Gouvernement Gusenbauer
Législature XXIIIe
Coalition SPÖ-ÖVP
Prédécesseur Wolfgang Schüssel
Successeur Werner Faymann
Président fédéral du Parti social-démocrate d'Autriche

(8 ans 3 mois et 10 jours)
Prédécesseur Viktor Klima
Successeur Werner Faymann
Biographie
Date de naissance (56 ans)
Lieu de naissance Sankt Pölten (Autriche)
Nationalité Autrichienne
Parti politique SPÖ

Alfred Gusenbauer
Chanceliers fédéraux de la République d'Autriche

Alfred Gusenbauer, né le à Sankt Pölten, est un homme d'État autrichien, membre Parti social-démocrate d'Autriche (SPÖ).

Il est président du SPÖ entre 2000 et 2008, et à ce titre chancelier fédéral de 2007 à 2008.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ascension[modifier | modifier le code]

Il préside les Jeunesses socialistes (SJÖ) entre 1984 et 1990. Cette année-là, il commence à travailler dans une chambre du travail (AK) et devient secrétaire général du SPÖ de Basse-Autriche. Il siège au Conseil fédéral entre 1991 et 1993, puis au Conseil national.

Président fédéral du SPÖ[modifier | modifier le code]

Il est nommé secrétaire général du SPÖ le , quelques semaines après que le parti a été renvoyé dans l'opposition pour la première fois depuis 30 ans[1]. Le , il est élu à seulement 40 ans président fédéral du Parti social-démocrate, recueillant 96 % des voix des délégués. Il succède alors à Viktor Klima[2].

Il prend ensuite la présidence du groupe parlementaire social-démocrate et mène l'opposition à la « coalition noire-bleue » du chancelier fédéral Wolfgang Schüssel.

Au cours des élections législatives anticipées du , il parvient à améliorer le score du Parti social-démocrate de plus de trois points et quatre sièges, mais le Parti populaire autrichien (ÖVP) arrive en tête pour la première fois depuis 1966. Schüssel décide toutefois de reconduire son alliance avec le FPÖ, et c'est alors la première fois depuis 1945 que les sociaux-démocrates sont exclus deux fois consécutivement de la participation à la majorité parlementaire.

Chancelier fédéral[modifier | modifier le code]

Le retour de la grande coalition[modifier | modifier le code]

Lors des élections législatives du , le SPÖ recueille 35,7 % des suffrages contre 34,2 % pour l'ÖVP du chancelier Schüssel. Les deux partis négocient alors la formation d'une nouvelle « grande coalition ». Les discussions aboutissent au bout de trois mois et demi, et Alfred Gusenbauer est nommé chancelier fédéral le . Schüssel ne siège pas au sein de ce cabinet, laissant la présidence de l'ÖVP et les fonctions de vice-chancelier à Wilhelm Molterer. Il se trouve alors être le premier chancelier depuis Alfons Gorbach en 1961 à ne pas avoir d'expérience ministérielle. Sur les onze chanceliers de l'après-guerre au moment de sa prise de fonction, il est le deuxième plus jeune après Leopold Figl.

Rupture au bout de dix-huit mois[modifier | modifier le code]

Gusenbauer, Doris Bures et Faymann au 40e congrès fédéral du SPÖ à Linz le .

Au fil des mois, il est de plus en plus critiqué au sein de sa formation politique, où on lui reproche de faire trop de concessions à l'ÖVP. Le , la direction fédérale le pousse à renoncer à la présidence au profit du ministre fédéral des Transports Werner Faymann.

À peine dix jours plus tard, le , tous deux signent une tribune dans le Kronen Zeitung appelant à ce toute modification des traités européens qui toucherait aux intérêts de l'Autriche soit soumis à référendum. Cette position conduit à la rupture de la majorité le , déjà tendue depuis des mois à cause des réformes à mener dans les domaines de l'éducation et de la santé[3].

Fin de vie politique[modifier | modifier le code]

Il ne postule pas aux élections législatives anticipées du et se retire alors de la vie politique. Remplacé par Faymann le , il réalise le deuxième mandat le plus court à la chancellerie de la IIe République après Karl Renner, en 1945. Il rejoint ensuite le secteur privé, où il occupe des fonctions de direction.

Après que Faymann a démissionné le , il organise le soutien interne à l'un des candidats à la succession, Christian Kern, s'opposant en cela au bourgmestre de Vienne et président par intérim du SPÖ Michael Häupl, qui se trouve être l'un des principaux responsables de la chute de Gusenbauer en 2008[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (es) Julieta Rudich, « El excanciller austriaco Klima dimite como líder de los socialdemócratas », sur www.elpais.com/,‎ (consulté le 10 mai 2016).
  2. (de) « Alfred Gusenbauer: Der Neue an der SPÖ-Spitze », sur www.spiegel.de/,‎ (consulté le 10 mai 2016).
  3. Maurin Picard, « Le débat européen fait chuter l’exécutif », sur www.lesoir.be/,‎ (consulté le 10 mai 2016).
  4. (de) Maria Kern, « SPÖ-Wirren: Mehrheit für Kern, Häupl im Eck », sur kurier.at/,‎ (consulté le 11 mai 2016).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]