Alexis Lévrier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alexis Lévrier
Alexis Lévrier.jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Historien, historien des médias, maître de conférencesVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour

Alexis Lévrier, né le à Périgueux, est un universitaire français, spécialiste de l’histoire du journalisme et des médias.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après une maîtrise consacrée au théâtre de Marivaux (soutenue à l’université Toulouse-Le-Mirail en 1998), il a consacré son DEA et son doctorat de littérature française au journalisme d’expression individuelle du XVIIIe siècle. Il a soutenu sa thèse en novembre 2005 à l’université de Reims, sous la direction du professeur Françoise Gevrey. Un ouvrage tiré de ce travail a été publié en 2007 aux Presses de l'université Paris-Sorbonne[1].

Alexis Lévrier est maître de conférences à l’université de Reims depuis 2007. Il est par ailleurs chercheur associé au Groupe de recherches interdisciplinaires sur les processus d'information et de communication (centre de recherche du CELSA) et enseigne depuis 2016 à l’Institut d’études politiques de Paris. Il est membre nommé du Conseil national des universités depuis novembre 2015.

Domaines de recherche[modifier | modifier le code]

Tous ses travaux sont consacrés à l’histoire du journalisme français et européen. D’abord spécialiste de la presse d’Ancien Régime, il a ensuite élargi ses recherches pour traiter également de l’histoire récente et de l’actualité du journalisme. Il étudie en particulier l’histoire littéraire, culturelle et matérielle de la presse.

Ses publications récentes portent notamment sur l’imaginaire du journal et sur l’identité collective des journalistes. Il s’interroge en outre sur les liens que partage la presse écrite avec d’autres modes d’expression, tels que la bande dessinée. Alexis Lévrier s’intéresse enfin aux relations entre journalisme et politique, sujet auquel il a consacré un essai, paru en 2016 aux éditions Les Petits matins sous le titre Le contact et la distance[2].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Il a publié ou copublié les ouvrages suivants :

  • Érudition et polémique dans les périodiques anciens (XVIIe-XVIIIe siècles), sous la direction de Françoise Gevrey et Alexis Lévrier, Reims, Épure, 2007.
  • Alexis Lévrier, Les journaux de Marivaux et le monde des « spectateurs », Paris, Presses de l'université Paris-Sorbonne, coll. « Lettres françaises », 2007[3].
  • Regards sur les « spectateurs », sous la direction de Klaus Dieter Ertler, Alexis Lévrier et Michaela Fischer, Francfort, Peter Lang, 2012.
  • Matière et esprit du journal, du Mercure galant à Twitter, sous la direction d’Alexis Lévrier et Adeline Wrona, Paris, Presses de l'université Paris-Sorbonne, coll. « Histoire de l’imprimé », 2013.
  • La spectatrice, sous la direction d’Alexis Lévrier, Reims, Épure, coll. « Héritages critiques », 2013.
  • Alexis Lévrier, Le contact et la distance : le journalisme politique au risque de la connivence, Paris, Les Petits matins, coll. « Médias, politique et communication », 2016.
  • Éthique, poétique et esthétique du secret de l’Ancien Régime à l’époque contemporaine, sous la direction de Françoise Gevrey, Alexis Lévrier et Bernard Teyssandier, Louvain, Éditions Peeters, coll. « La République des lettres », 2016.
  • Correspondance littéraire de Karlsruhe, t. II, 2 janvier 1760-20 juin 1766, textes édités par Sébastien Drouin, Henri Duranton, Béatrice Ferrier, Cyril Francès et Alexis Lévrier, Paris/Genève, Champion/Slatkine, vol. 5.2, 2016.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les journaux de Marivaux et le monde des "spectateurs", Paris, PUPS, (ISBN 978-2-84050-527-3, lire en ligne)
  2. Le Contact et la distance : le journalisme politique au risque de la connivence, Paris, Les Petits matins, (ISBN 978-2-36383-209-2, lire en ligne)
  3. Note de lecture [lire en ligne]

Liens externes[modifier | modifier le code]