Alain Le Léap

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alain Le Léap
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Maire
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
Parti politique

Alain Le Léap, né le 29 septembre 1905 à Lanmeur (Finistère) et décédé le 26 décembre 1986 au Pradet (Var), est un syndicaliste français. Il est, avec Benoît Frachon, secrétaire général de la Confédération générale du travail (CGT) de 1948 à 1957.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un directeur d'école, Alain Le Léap poursuit des études en droit à Rennes. En 1928 il entre par concours dans l'Administration des Finances. Inspecteur des Contributions directes, il est secrétaire général du syndicat CGT des Impôts en 1939. Il participe à la Résistance clandestine dans la fonction publique et se rapproche alors des communistes sans adhérer à leur Parti. Il est commissaire du Conseil national de la résistance auprès du Ministère des Finances en 1944. Il milite dans la Fédération des finances CGT. Le 4 septembre 1944, il est nommé membre du bureau provisoire par la Commission Exécutive de la Fédération des Fonctionnaires CGT.

En 1946 il est élu secrétaire général de l'Union générale des fédérations de fonctionnaires CGT[1] : un rôle clé au moment où Maurice Thorez, ministre d'État, élabore le Statut général de la fonction publique.

Il est membre du Conseil économique et social de 1947 à 1950.

Il fait partie des dirigeants non communistes qui restent à la CGT après la scission de décembre 1947. De janvier 1948 à septembre 1957, il est membre du Bureau confédéral de la CGT et secrétaire général de la CGT (aux côtés de Benoit Frachon). Cette responsabilité se veut représentative de la permanence de la présence de non communistes au sein de la Confédération. Il en est de même de la parité communistes-non communistes au sein du Bureau confédéral. Il est vice-président de la Fédération syndicale mondiale jusqu'en 1957.

Du 10 octobre 1952 au 23 août 1953, il est incarcéré et accusé de complot contre la sécurité de l’État à la suite des manifestations contre la venue à Paris du général Ridgway. Comme Lucien Molino, autre membre du Bureau confédéral emprisonné, il est libéré à la suite des grèves des services publics de l'été 1953.

Vice-président du Conseil mondial des partisans de la paix, il reçoit le prix Staline pour la paix en 1954. Mais à l'automne 1956, ébranlé par l'intervention soviétique en Hongrie, il obtient, avec d'autres dirigeants de la centrale syndicale (notamment Pierre Le Brun et Jean Schaeffer), que la CGT, s'abstienne d'approuver celle-ci, à rebours de la volonté de nombreux syndicalistes communistes et Fédérations[2]. Il est probable que ces désaccords, joints aux problèmes réels de santé qu'il avance, ne sont pas étrangers, en septembre 1957, à sa démission de ses responsabilités nationales à la CGT. Il n'est pas remplacé au poste de co-secrétaire général de la Confédération. Il reprend ensuite son ancienne activité professionnelle

En 1966 il signe avec vingt-huit autres personnalités de gauche un manifeste en faveur de la politique étrangère du général de Gaulle[3].

Alain Le Léap, qui avait adhéré alors au PCF, est maire du Pradet de 1977 à 1979.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'Union générale des fédérations de fonctionnaires (UGFF-CGT), créée en mars 1946, est une structure syndicale qui regroupe les Fédérations CGT de la Fonction publique, à l'exception de celle des PTT. Mais chacune de ces fédérations (en 1946 : Enseignement, Travaux publics, Économie nationale, Finances, Air-guerre-marine, Administration générale, Police) gardent leur autonomie... L'élection d'Alain Le Léap a lieu non sans débat: il est élu contre Adrien Lavergne, de la Fédération de l'Enseignement. Cf. René Bidouze, Les fonctionnaires sujets ou citoyens. Le syndicalisme des origines à la scission de 1947-1948, éditions sociales, 1979, p. 323-332
  2. Habileté de Benoît Frachon, c'est à l'unanimité malgré tout que le 13 novembre 1956 le Bureau confédéral constate que la prise de position en un sens ou dans l'autre « aurait abouti à mettre la CGT en opposition d'autres organisations confédérées ». Cf René Bidouze, Les fonctionnaires, sujets ou citoyens, vol. 2 (de 1947-1948 à 1981), éditions sociales, 1981, p. 107-108. Voir aussi : Michel Dreyfus, Histoire de la CGT, éditions Complexe, 1995, p. 251-252
  3. Notice « Alain Le Léap », par Jean Maitron, dans le Dictionnaire biographique, mouvement ouvrier, mouvement social.

Liens externes[modifier | modifier le code]