Alain Le Léap

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alain Le Léap
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Maire
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
Parti politique

Alain Le Léap, né le 29 septembre 1905 à Lanmeur (Finistère) et décédé le 26 décembre 1986 au Pradet (Var), est un syndicaliste français. Il est, avec Benoît Frachon, secrétaire général de la Confédération générale du travail (CGT) de 1948 à 1957.

Biographie[modifier | modifier le code]

Inspecteur des Contributions directes, secrétaire général du syndicat CGT des Impôts en 1939, il est commissaire du Conseil national de la résistance auprès du Ministère des Finances en 1944. Il milite dans la Fédération des finances CGT. Le 4 septembre 1944, il est nommé membre du bureau provisoire par la Commission Exécutive de la Fédération des Fonctionnaires CGT.

En 1946 il est élu secrétaire général de l'Union générale des fédérations de fonctionnaires CGT : un rôle clé au moment où Maurice Thorez, ministre d'État, élabore le Statut général de la fonction publique.

Il est membre du Conseil économique et social de 1947 à 1950.

Il fait partie des dirigeants non communistes qui restent à la CGT après la scission de décembre 1947. De janvier 1948 à septembre 1957, il est membre du Bureau confédéral de la CGT et secrétaire général de la CGT (aux côtés de Benoit Frachon). Cette responsabilité se veut représentative de la permanence de la présence de non communistes au sein de la Confédération. Il en est de même de la parité communistes-non communistes au sein du Bureau confédéral. Il est vice-président de la Fédération syndicale mondiale jusqu'en 1957. Du 10 octobre 1952 au 23 août 1953, il est incarcéré et accusé de complot contre la sécurité de l’État à la suite des manifestations contre la venue à Paris du général Ridgway. Il reçoit le prix Staline pour la paix en 1954.

En 1966 il signe avec vingt-huit autres personnalités de gauche un manifeste en faveur de la politique étrangère du général de Gaulle[1].

Alain Le Léap, qui avait adhéré alors au PCF, est maire du Pradet de 1977 à 1979.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]