Maurice Copigneaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maurice Copigneaux
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
Nationalité

Maurice Copigneaux, né le à Bruxelles (Belgique) et mort le au Raincy (Seine) est un syndicaliste et homme politique français[1].

Employé de la Ville de Paris, militant du syndicat des travailleurs municipaux, il participe au deuxième congrès de la Confédération générale du travail (1896). Il est d'abord trésorier national de la confédération (1897-octobre 1898) avant de succéder à Lagailse, discrédité par son attitude lors d'une grève des cheminots, comme secrétaire général de la CGT, fonction qu'il occupe d'octobre 1898 (de facto, de droit en juin 1899), jusqu'en septembre 1900, où il est remplacé par Victor Renaudin.

Il poursuit son activité syndicale en participant activement à la création de la fédération des employés municipaux et départementaux en 1903, ainsi qu'à celle des services publics, dont il est le secrétaire général de 1919 à 1921.

Par ailleurs, Copigneaux était un militant socialiste parisien. Il participa notamment au congrès dit "du Globe" qui vit la naissance de la SFIO. Il rompt cependant avec le parti socialiste au lendemain de la Première Guerre Mondiale, pour des raisons d'appareil sans rapport avec l'orientation politique. Il exercera, entre 1925 et 1929, un mandat de conseiller municipal d'arrondissement à Paris, sous l'étiquette socialiste "indépendant".

Notes et références[modifier | modifier le code]